Sir Gawain et le jeu de décapitation du chevalier vert

Sir Gawain and the Green Knight (en moyen anglais sous le nom de Sir Gawayn and þe Grene Knyȝt ) est l’une des légendes arthuriennes les plus célèbres. Comme le suggère le nom du poème, l’histoire parle de Sir Gawain, un des chevaliers du roi Arthur, et d’un mystérieux chevalier vert. Entre les deux personnages se trouvent des éléments tels que les actes chevaleresques, la séduction et la tentation, et le paysage sauvage, qui sont quelques-unes des caractéristiques de la romance chevaleresque.

On ne sait pas très bien à quel point le conte était populaire à l’époque, mais on sait qu’il a disparu pendant un certain temps et qu’il n’a réapparu qu’au XIXe siècle. Depuis lors, il a été reconnu comme un chef-d’œuvre de la littérature du moyen-anglais et sa popularité a augmenté. Cela est évident dans le fait que l’histoire a été racontée, reprise et réinterprétée par beaucoup après la redécouverte du poème.

Création mystérieuse du poème

Bien que l’histoire de Sir Gawain et du Chevalier vert soit bien connue, nous ne savons pas grand-chose du contexte dans lequel elle a été écrite. Par exemple, bien qu’il soit généralement admis que le poème a été composé à la fin du Moyen Âge, les spécialistes ne peuvent que supposer qu’il a probablement été écrit vers la fin du 14e siècle.

Un plus grand mystère, cependant, est l’identité du poète, surnommé le « Gawain Poet », ou « Pearl Poet ». D’après le dialecte du moyen-anglais utilisé par l’auteur dans Sir Gawain and the Green Knight (ainsi que dans trois autres poèmes du même manuscrit), on pense qu’il était originaire du nord-ouest des Midlands. À part cela, il n’y a pas grand-chose d’autre à dire sur « l’auteur de Gawain ». Cela n’a pas empêché les chercheurs de spéculer sur son identité.

La survie du poème est en soi un récit remarquable. À l’heure actuelle, on sait que le poème se trouve dans un seul manuscrit, connu sous le nom de Cotton Nero A.x. Ce manuscrit contient les trois autres œuvres attribuées au poète de Gawain : Pearl, Purity et Patience, qui sont toutes des poèmes narratifs religieux.

Sir Gawain et le chevalier vert, d'après le manuscrit original. (Domaine public)

Sir Gawain et le chevalier vert, d’après le manuscrit original. ( Domaine public )

Bien que la date de création du manuscrit soit incertaine, on sait qu’au début du 17e siècle, il était en possession d’un Yorkshireman du nom de Sir Henry Savile of Bank. Soit dit en passant, Savile était l’un des érudits impliqués dans la préparation de la version autorisée (connue également sous le nom de version du roi Jacques) de la Bible. Par la suite, elle a été acquise par l’un des contemporains de Savile, Sir Robert Cotton.

Cotton et sa bibliothèque

En plus d’être membre du Parlement, Cotton était également un antiquaire, et la bibliothèque qu’il a créée, connue sous le nom de Cotton Library, a été décrite comme « la plus importante collection de manuscrits jamais rassemblée en Grande-Bretagne par un particulier ». La collection de Cotton, qui est aujourd’hui conservée à la British Library, contient « plus de 1 400 manuscrits et plus de 1 500 chartes, rouleaux et sceaux », qui « datent du IVe siècle aux années 1600 et ont leur origine en Europe occidentale et au-delà ».

Outre Sir Gawain et le Chevalier vert, les Évangiles de Lindisfarne, cinq exemplaires de la Chronique anglo-saxonne et le seul manuscrit connu de Beowulf faisaient également partie de la Cotton Library. La bibliothèque a été transférée à la nation britannique après la mort du petit-fils de Cotton, Sir John Cotton, en 1702. La Cotton Library est devenue l’une des collections de base du British Museum nouvellement créé en 1753, et a ensuite été transférée à la British Library lors de sa fondation en 1973.

Un chef-d’œuvre redécouvert de l’oubli

Quant à Sir Gawain et le Chevalier vert, acquis par Robert Cotton, il l’a gardé pour la postérité. Mais en même temps, il a été oublié. Ce n’est qu’au XIXe siècle, sous le règne de la reine Victoria, que le poème est sorti de l’oubli. En 1837, Sir Frederic Madden, un paléographe travaillant pour le British Museum, redécouvrit le texte et le reconnut comme un chef-d’œuvre important de la littérature.

A lire :  Le chat est revenu : Une histoire plus que magique - Partie II

Par exemple, les aspects techniques du poème ont été mis en évidence par des spécialistes. Sir Gawain and the Green Knight est composé de plus de 2500 vers, qui ont été écrits en utilisant une rime interne, connue également sous le nom d’allitération. La complexité du poème est renforcée par l’utilisation d’une forme métrique connue sous le nom de « bob and wheel », où « chaque strophe se termine par une courte demi-ligne de seulement deux syllabes (le bob), suivie d’une mini-stanza de lignes plus longues qui riment intérieurement (la roue) ».

Première page du seul manuscrit survivant. (Domaine public)

Première page du seul manuscrit survivant. ( Domaine public )

En outre, le poème puise son matériau dans diverses sources et contient des motifs du folklore britannique, ainsi que des romances chevaleresques françaises. Le poème présente également un riche vocabulaire, y compris des mots dialectes, dont beaucoup sont d’origine scandinave, du nord-ouest de l’Angleterre.

L’histoire la plus étrange

Un très bref résumé de l’histoire de la Grande-Bretagne, de la guerre de Troie au règne du roi Arthur, constitue l’introduction de Sir Gawain et du Chevalier vert . Ce prélude est destiné à inciter le lecteur (ou l’auditeur) à rester pour une histoire qui est « étrange par-dessus tous les récits que l’on raconte sur Arthur ».

Le poème amène ensuite le lecteur/auditeur à Camelot, où le roi Arthur et sa cour sont engagés dans des festivités à l’occasion de la fête de Noël. À la veille du Nouvel An, Arthur et ses chevaliers, dont Gawain, qui était le neveu du roi, sont en fête, lorsqu’ils sont interrompus par un étranger,

« Quand, par la porte du hall, un champion se précipita, féroce et tomba, le plus haut de sa stature, lui, de tous les habitants de la terre ! Du cou à la taille, si carré et si épais, Ses reins et ses membres étaient si longs et si grands, Demi-géant sur terre, je le tiens pour avoir été, Dans tous les sens du terme, le plus grand des hommes, il, je le sème – »

L’étrange chevalier était habillé de la tête aux pieds en vert, « Vert comme l’herbe qui pousse ; et plus vert encore, je ween, / E’en que le vert d’émail sur l’or qui brille », et était donc appelé le Chevalier Vert. Après une longue description du chevalier, de ses vêtements et de son comportement, le poème révèle la raison de son arrivée à Camelot :

« Je ne suis pas venu ici pour me cacher dans l’enceinte de ton château, On raconte les louanges de ton peuple à travers le monde, …

C’est pourquoi, dans ta cour, j’ai envie d’une plaisanterie de Noël : « C’est le jour de Noël et le jour de l’An, et voici beaucoup d’invités. Si quelqu’un dans cette salle est si robuste, si vaillant de sa main, si courageux de son sang et de son cerveau, Si audacieux, qu’il ose échanger avec moi un coup contre un coup, …

Ici, je renonce à ma revendication, la hache sera à lui – Et je supporterai son coup, ici, sur ce sol de pierre, Pour que je porte à mon tour un coup, ce seul bienfait, je le prie, Mais il aura un répit, Un douze mois et un jour. Maintenant, rapidement, je te demande : « Qui a encore quelque chose à dire ? »

Les chevaliers d’Arthur étaient stupéfaits et aucun n’a accepté le défi du Chevalier vert, ce qui l’a poussé à se moquer d’eux, humiliant ainsi le roi. Arthur se sentit obligé de donner au Chevalier vert ce qu’il avait demandé, mais l’un des chevaliers, Gawain, se porta volontaire pour prendre la place d’Arthur. Prenant la hache d’Arthur, Gawain décapita le Chevalier vert.

A lire :  Les origines anciennes de certaines langues mortes ou mourantes

Représentation de Sir Gawain, d'après l'histoire du roi Arthur et de ses chevaliers. (Howard Pyle / Domaine public)

Représentation de Sir Gawain, d’après l’histoire du roi Arthur et de ses chevaliers. (Howard Pyle / Domaine public )

À la stupéfaction de tous, le corps sans tête n’est pas tombé par terre, mais s’est relevé, a relevé sa tête et est remonté sur son cheval. Avant de quitter le château, le Chevalier vert a rappelé à Gawain son engagement et lui a demandé de le chercher à la Chapelle verte (ou Chapel Green) au moment prévu.

Lorsque le moment est venu pour Gawain de tenir sa promesse au Chevalier Vert, il se met en quête de la Chapelle Verte. Au cours de son voyage, Gawain a demandé aux personnes qu’il a rencontrées si elles connaissaient un Chevalier vert ou la Chapelle verte, mais aucune n’avait entendu parler d’une telle figure ou d’un tel endroit. Le chevalier est finalement arrivé dans un château et a reçu un accueil chaleureux de la part de son seigneur et de sa dame. Le seigneur, dont le nom n’est révélé que vers la fin du poème, est Bernlak de Hautdesert (parfois orthographié Bercilak ou Bertilak).

Histoire de séductions et d’une gaine

Pendant le séjour de Gawain au château, le chevalier a (inévitablement) demandé à Bernlak ce qu’il en était de la Chapelle verte, et on lui a répondu que l’endroit n’était en fait pas loin du château. Bernlak invita Gawain à rester dans son château quelques jours de plus, et promit que le jour de l’an, il commanderait des hommes pour guider le chevalier jusqu’à sa destination. Gawain accepta l’invitation.

Le lendemain, Bernlak est parti à la chasse, avant quoi il a proposé un marché avec Gawain : il donnerait à Gawain tout ce qu’il prendrait en échange de tout ce que Gawain pourrait gagner pendant la journée, ce à quoi le chevalier a consenti. Pendant que Bernlak était parti à la chasse, sa femme est venue séduire Gawain, mais le chevalier a résisté à ses tentations et n’a accepté qu’un baiser, car il ne voulait pas offenser la dame. À son retour, Bernlak donna à Gawain le cerf qu’il avait tué. En retour, Bernlak a reçu un baiser du chevalier, sans toutefois en révéler la source.

Lady Bertilak séduisant Gawain dans son lit (d'après le manuscrit original). (domaine public)

Lady Bertilak séduisant Gawain dans son lit (d’après le manuscrit original). ( Domaine public )

Le lendemain, Bernlak est revenu de sa chasse avec un sanglier. Pendant son absence, Lady Bernlak tente à nouveau de séduire Gawain, mais échoue, bien que le chevalier accepte cette fois-ci deux baisers, qu’il donne à Bernlak en échange du sanglier.

Le troisième jour (la veille du Nouvel An), Lady Bernlak tente à nouveau Gawain, mais le chevalier réussit à lui refuser ses avances. La femme de Bernlak offre à Gawain une bague en or en souvenir, mais le chevalier refuse l’offre. La dame a alors offert sa gaine, qu’elle a prétendu être charmée, et qui protégerait Gawain du danger. Le chevalier, conscient qu’il pourrait mourir le lendemain, a accepté le cadeau, en plus de trois baisers. Lorsque Bernlak revint, il donna un renard à Gawain et reçut trois baisers. Cependant, Gawain n’a pas mentionné la gaine à Bernlak, car il avait promis à la dame de garder le cadeau secret.

Les chevaliers de l'époque de Gawain ont été testés dans leur capacité à équilibrer le code chevaleresque masculin et les règles féminines de l'amour courtois. (Edmund Leighton / Domaine public)

Les chevaliers de l’époque de Gawain ont été testés dans leur capacité à équilibrer le code chevaleresque masculin et les règles féminines de l’amour courtois. (Edmund Leighton / Domaine public )

La chapelle verte, un peu comme une histoire

Le jour suivant, Gawain est parti pour la Chapelle verte, avec la ceinture de Lady Bernlak autour de la taille, bien sûr. À la Chapelle verte, il rencontre le Chevalier vert, qui s’apprête à couper la tête de Gawain. Alors que le Chevalier vert balançait sa hache, Gawain a un peu tressailli, ce qui a fait que l’arme a manqué sa cible. Gawain a eu honte lorsqu’on s’est moqué de sa lâcheté, et n’a pas bronché la deuxième fois.

Le Chevalier vert attend Gawain avec une hache. (GR L / CC BY-NC-SA 2.0)

Le Chevalier vert attend Gawain avec une hache. (GR L / CC BY-NC-SA 2.0 )

Cette fois, cependant, le Chevalier vert a délibérément manqué sa cible, et a déclaré qu’il ne faisait que tester le nerf de Gawain. Cela a mis Gawain en colère, qui voulait que toute l’affaire se termine le plus vite possible. Le Chevalier vert a donc balancé sa hache une troisième fois, qui n’a fait qu’effleurer la peau du cou de Gawain. Comme Gawain avait reçu un coup de hache du Chevalier vert, il avait rempli sa part du marché, et s’était armé, au cas où le chevalier l’attaquerait.

A lire :  Un Univers de Vomi : L'histoire de la création de Mbombo

Le Chevalier vert, cependant, n’était pas du tout en colère, mais très heureux, et a raconté à Gawain ce qui se passait réellement. Le chevalier a révélé qu’il était en fait Bernlak, et qu’il était au courant de tout ce qui se passait pendant le séjour de Gawain dans son château, c’est-à-dire les baisers que Gawain recevait de sa femme, ainsi que la gaine. De plus, tout l’épisode était en fait un tour conçu par la sorcière Morgane le Fay (la soeur d’Arthur) pour tester les chevaliers d’Arthur, et pour effrayer la reine à mort. Le Chevalier vert a également dit à Gawain que la mystérieuse vieille femme qu’il avait vue dans son château était Morgane le Fey déguisée.

Après la révélation, Gawain s’est senti incroyablement honteux de son comportement trompeur. Le Chevalier vert, cependant, ne s’est pas du tout inquiété de cette affaire, déclarant que Gawain était vrai et qu’il avait été jugé comme n’importe quel homme sur Terre. Bien que le Chevalier vert ait invité Gawain à revenir dans son château, le chevalier déclina l’invitation. Les deux hommes se séparèrent en bons termes, et Gawain retourna à Camelot.

À la cour du roi Arthur, Gawain a transmis le récit de son aventure au roi et à ses compagnons chevaliers. Bien que Gawain se sente toujours coupable, Arthur et ses chevaliers l’ont absous. Avant la fin du poème, les chevaliers d’Arthur décidèrent qu’ils porteraient eux aussi une bande verte autour de la taille en l’honneur de Gawain, et pour leur rappeler d’être honnêtes dans toutes leurs actions.

Gawain représentait le chevalier parfait, en tant que combattant, amant et adepte de la religion. La Vigile, 1884. (John Pettie / Domaine public)

Gawain représentait le chevalier parfait, en tant que combattant, amant et adepte de la religion. La Vigile, 1884. (John Pettie / Domaine public )

La popularité du chevalier vert

Deux ans après la redécouverte du manuscrit, Madden a édité et publié une traduction en prose de Sir Gawain and the Green Knight . Chef-d’œuvre de la littérature du moyen-anglais, Sir Gawain and the Green Knight a reçu beaucoup d’attention de la part des spécialistes de la littérature, et divers aspects du poème ont été analysés.

La popularité du conte ne se limite toutefois pas aux milieux universitaires, étant donné qu’il a atteint un public plus large grâce à un large éventail de médias, dont les livres, les films, le théâtre et même l’opéra. L’adaptation la plus récente de Sir Gawain et le chevalier vert, par exemple, est le Chevalier vert de David Lowery, qui doit sortir dans les salles de cinéma cet été.

Image du haut : Représentation du Chevalier vert du poème de Gawain. Source : Luca Oleastri / stock Adobe

Par Wu Mingren

Références

Anon., Sir Gawain et le Chevalier vert [Online]

[Weston, J. L. (trans.), 1999. Sir Gawain and the Green Knight .]

Disponible à l’adresse suivante : https://www.yorku.ca/inpar/sggk_weston.pdf

Armitage, S., 2018. Sir Gawain et le chevalier vert : une introduction. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.bl.uk/medieval-literature/articles/sir-gawain-and-the-green-knight-an-introduction

Enquête sur la littérature britannique, 2020. Auteurs : Gawain Poète. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://people.umass.edu/eng2/authors/GawainPoet.html

Burgess, A., 2019. Romance chevaleresque médiévale. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.thoughtco.com/the-medieval-chivalric-romance-740720

McGillivray, M., 2016. Le poète Gawain. [Online]Available at: https://www.oxfordbibliographies.com/view/document/obo-9780195396584/obo-9780195396584-0218.xml

The British Library, 2020. Manuscrits en coton. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.bl.uk/collection-guides/cotton-manuscripts

The British Library, 2020. Sir Gawain et le Chevalier vert. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.bl.uk/works/sir-gawain-and-the-green-knight

Le projet Camelot, Université de Rochester, 2020. Gawain. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://d.lib.rochester.edu/camelot/theme/gawain

Les rédacteurs de l’Encyclopaedia Britannica, 2012. Sir Gawayne et le chevalier Grene. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/Sir-Gawayne-and-the-Grene-Knight

Les éditeurs de l’Encyclopaedia Britannica, 2019. Gawain. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/Gawain

Whitehead, F. & Vinaver, E., 2019. Romances médiévales en prose. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/art/romance-literature-and-performance/Medieval-prose-romances

.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!