Tout ce que vous devez savoir, mais qui n’a jamais été dit – Regards de l’ancienne bibliothèque de Nag Hammadi

Il y a quelques années, je suis tombé sur un trésor d’informations anciennes trouvé dans une jarre scellée en 1945 près de la ville de Nag Hammadi à environ 75-80 miles au nord de Louxor sur les rives du Nil en Egypte. Il s’agit de la bibliothèque de Nag Hammadi, de textes ou d’écritures et grâce à eux, d’autres pièces majeures du puzzle ont été révélées et mes conclusions déjà en cours de développement ont été confirmées.

La trouvaille de Nag Hammadi comprenait 13 codices (manuscrits) en papyrus reliés de cuir et plus de 50 textes écrits en égyptien copte qui étaient l’œuvre – avec d’autres influences anciennes – d’un peuple connu sous le nom de gnostiques. Ils n’étaient pas tant un groupe racial qu’une façon de percevoir la réalité sous le nom de gnosticisme. Cela vient du terme gnose ou connaissance dans le contexte de la connaissance spirituelle et de la conscience de la réalité telle qu’elle est réellement. Gnose est un mot grec qui se traduit par « connaissance secrète », et Gnostique signifie « appris ». On dit en anglais « using your nous » ou « using your head/brain/intelligence », mais pour les gnostiques, l’éveil spirituel ou le « salut » ne peut être atteint qu’en étendant la conscience au-delà de ce qu’ils appellent « nous » et en pneuma (Soi Infini). La version humaine de l’intellect sur lequel repose tout le monde est en fait un niveau de conscience scandaleusement bas, qui est loué et célébré comme la fontaine de la connaissance. C’est plutôt un bec d’ignorance. Les gnostiques étaient actifs dans de nombreux endroits et étaient impitoyablement visés par l’Église romaine qui se sentait gravement menacée par la façon dont les fondements de son propre système de croyances étaient bouleversés. Ce que l’Église romaine considérait comme son Dieu tout-puissant à vénérer, les gnostiques croyaient qu’il était la source du mal qui avait créé le monde matériel – selon mes termes, le monde « matériel » de la simulation numérique holographique par ordinateur. Les gnostiques pouvaient voir à travers l’illusion de la « matière » et je ne doute pas qu’ils ont été aidés dans cette compréhension par l’utilisation de potions psychoactives qui les ont fait « sortir ».

Les gnostiques pouvaient voir à travers l'illusion. La gravure Flammarion, Paris 1888

Les gnostiques pouvaient voir à travers l’illusion. La gravure Flammarion, Paris 1888 (domaine public)

La Grande Bibliothèque d’Alexandrie, en Égypte, avec son étonnante collection de connaissances et d’histoire anciennes, était dominée par la pensée gnostique. On estime que près d’un demi-million de parchemins, manuscrits et documents ont été rassemblés en de nombreux endroits, notamment en Assyrie, en Grèce, en Perse et en Inde, ainsi qu’en Égypte. Ceux qui avaient une conscience plus étendue étaient attirés par cette oasis d’ouverture d’esprit et parmi eux se trouvait une femme appelée Hypatie (environ 350- 415 après J.-C.). Mathématicienne, astronome et philosophe de formation athénienne, elle a enseigné les travaux des philosophes grecs Platon et Aristote et a dirigé l’école platonicienne d’Alexandrie. Une de ses citations rapportées confirme son ouverture d’esprit :

Réservez votre droit de penser, car même penser mal vaut mieux que de ne pas penser du tout.

De nombreux aperçus de la réalité ont été inspirés par ce havre de libre pensée des milliers d’années avant que la « science » ne les découvre prétendument pour la première fois. Il s’agit notamment de la compréhension du fait que la Terre tourne autour du Soleil 2 000 ans avant sa création par le mathématicien et astronome polonais Nicolaus Copernic.

A lire  Qu'est-ce que le ciel ? | Origines antiques

La bibliothèque d'Alexandrie

La bibliothèque d’Alexandrie ( CC par SA 4.0 )

Comment l’humanité serait-elle plus éclairée si les gnostiques et autres savants ouverts d’esprit n’étaient pas molestés dans leur quête de découverte. Hélas, il n’en sera rien. En 415 après J.-C., une foule de pigeons ahuris, menée par Cyrille, patriarche d’Alexandrie, attaqua et détruisit la Bibliothèque royale comme elle l’avait été auparavant. Hypatia a été piratée à mort.

Le contenu de la bibliothèque a été perdu par étapes, à la suite d’une combinaison d’incendie et de vol, et une grande partie de ce qui a été pris se trouve encore aujourd’hui dans les coffres du Vatican. Cyril est devenu un saint, tout comme une longue liste de tueurs en série et d’escrocs de l’Église romaine avant et après. L’attaque qui a tué Hypatia correspond à l’âge estimé des manuscrits de Nag Hammadi.

On pense qu’elles datent de 350 à 400 ans, mais il est probable qu’il s’agisse de copies de versions grecques antérieures datant peut-être de 120 à 150 ans ou plus tôt. Des siècles après l’assaut contre les gnostiques d’Alexandrie, la campagne contre les cathares gnostiques du sud de la France s’est terminée par leur brûlage sur le bûcher après le siège du château de Montségur en 1244.

Représentation de l'incendie des Cathares par l'Inquisition papale dans le Languedoc à la fin du 12e et au début du 13e siècle

Représentation de l’incendie des Cathares par l’Inquisition papale dans le Languedoc à la fin du 12ème et au début du 13ème siècle ( domaine public )

Les informations gnostiques ont toujours terrifié l’Église et pour cause, comme nous allons le voir. On pensait que les détails de la croyance gnostique avaient été perdus grâce aux efforts de Rome, mais ensuite Nag Hammadi a changé la donne. Un point important à propos de ces documents est que, parce qu’ils ont été cachés pendant si longtemps, ils n’ont pas été déformés et trafiqués comme leurs homologues religieux pour satisfaire les autorités de l' »époque ». Ce que les écrivains croyaient, les textes le disent encore.

Le gnostique tout ce qu’il est

Les manuscrits de Nag Hammadi révèlent pourquoi l’Eglise frémit comme une gelée devant l’explication gnostique du monde. J’ai souvent été étonné en les lisant de voir comment les thèmes, les fondements et beaucoup de détails se synchronisaient avec mes propres conclusions avant même que je n’en ai entendu parler. Ils parlent du « Père » (conscience infinie, toute possibilité, tout potentiel) et font la distinction entre nous (esprit) et pneuma (Soi infini). Un texte sans titre du Codex de Nag Hammadi Bruce dit que « Le Tout » (toute conscience, tout ce qui existe) est contenu dans le « Père » :

Il est incompréhensible, mais c’est lui qui comprend tout. Il les reçoit pour lui-même. Et rien n’existe en dehors de lui. Mais tout existe en lui. Et il est la limite de tous, comme il les enferme tous, et ils sont tous en lui. C’est lui qui est le Père des éons, existant devant eux tous. Il n’y a pas de place en dehors de lui.

A lire  La vérité derrière le mythe du Christ : l'homme vert et la légende de Jésus - Partie II

Une page de l'apocalypse de Saint-Pierre, bibliothèque de Nag Hammadi

Une page de l’apocalypse de Saint-Pierre, bibliothèque de Nag Hammadi ( domaine public )

C’est ce que j’appelle la conscience de tout ce qui est ou la conscience infinie de soi – « la force qui fait bouger toutes choses ». L’Infini n’est même pas une forme d’énergie, mais une pure conscience, un état d’absence de conscience. L’énergie vient de son imagination. Vous pouvez comprendre pourquoi les gnostiques utilisent le terme « Père » pour symboliser le concept pour les gens, mais maintenant, à l’ère de la physique quantique et de l’informatisation, nous pouvons utiliser des analogies modernes. Le symbolisme du Père a été englobé par la Bible et l’Église et « il » s’est transformé en un type sur un trône. Le mot « éons » serait considéré aujourd’hui comme signifiant une longue période de temps, mais pour les gnostiques, les éons se réfèrent à ce que nous pourrions appeler des bandes de perception, de réalité et de potentiel. Les dictionnaires définissent ce sens du mot « éon » comme « une puissance existant depuis l’éternité ; une émanation ou une phase de la divinité suprême ». Les textes gnostiques font référence aux « ères supérieurs » et aux « ères inférieurs » dans des termes très différents et ils disent qu’entre les deux se trouve un rideau, un voile ou une frontière. On dit que les ères supérieurs émanent directement de l’unité de « l’Unique » – tout ce qui est dans la conscience de soi – et peuvent être symbolisés par des cercles concentriques exprimant l’Unité de leur Créateur ou Émanateur. Il n’y a pas de séparation ou de sens de cette unité. Les gnostiques décrivent les ères supérieures comme « le silence », « le silence silencieux », « le silence vivant », avec sa « lumière aqueuse ». Ce n’est pas la même chose que la lumière que nous percevons dans notre réalité qui est un piège que l’on peut comparer à du papier tue-mouches énergétique ; mais c’est pour plus tard. L’eau est souvent utilisée dans les textes pour symboliser le royaume de l’Unité de l’Éon supérieur comme dans « … les eaux qui sont au-dessus », « … les eaux qui sont au-dessus de la matière » et « … les Éons dans l’eau vivante ». Les ères supérieurs sont une réalité (état d’être) sans temps ni espace. Puisque les émanations sont illimitées et incommensurables, comme le dit un texte, il ne peut y avoir ni temps ni espace. Les Upper Aeons sont la conscience pure ou la prise de conscience. Ils sont également appelés Plérôme ou « la totalité », « la plénitude » et « la perfection » des « émanations du Père ». L’Évangile de vérité de Nag Hammadi dit : « C’est pourquoi toutes les émanations du Père sont des plérômes, et la racine de toutes ses émanations est en celui qui les a toutes faites grandir en lui ». Les ères supérieures sont également décrites comme la « maison du trésor », la « maison-magasin », le « lieu d’habitation » et le « royaume sans roi ». Un texte intitulé le traité tripartite dit

L’émanation des Totalités, qui existent de celui qui existe, ne s’est pas faite selon une séparation des uns des autres, comme une chose rejetée de celui qui les engendre. Leur engendrement est plutôt comme un processus d’extension, comme le Père s’étend à ceux qu’il aime, afin que ceux qui sont sortis de lui deviennent lui aussi.

A lire  Qu'est-ce que le paradis et où se trouve-t-il ? Les réponses sont au cœur de l'histoire de Pâques

Les créations (extensions/émanations) de la Conscience Infinie dans la conscience de soi peuvent être symbolisées comme les manifestations de la Pensée, mais je préfère le terme « imagination créative ». Celui-ci décrit ce que les gnostiques appelaient les ères supérieures – le royaume de l’imagination infinie et donc de la toute-possibilité, du tout-potentiel. Les gnostiques symbolisaient l’imagination infinie en tant que « Père » et la « Pensée » en tant que « Mère ». Ils ont dit que l’interaction des deux produisait une troisième force ou imaginait une création/extension/réflexion d’elle-même qui était symbolisée par le Fils.

Un texte intitulé Apocryphon of John (« Écriture secrète » de Jean) décrit ce concept :

Car c’est lui qui se regarde [saw his reflection] dans la lumière qui l’entoure, à savoir la source de l’eau de la vie. Et c’est lui… qui regarde son image qu’il voit dans la source de l’Esprit. C’est lui qui met son désir [intent] dans son eau-lumière qui est à la source de l’eau-lumière pure qui l’entoure.

Et sa pensée a accompli un acte et elle [the ‘Mother’] s’est présentée, à savoir celle qui avait comparu devant lui [his image/imagination] dans l’éclat de sa lumière. [She] est sorti de son esprit … C’est la première pensée, son image.

Une illustration de la création par Phillip Medhurst

Une illustration de la création par Phillip Medhurst ( CC par SA 3.0 )

De là, ce que nous appelons la « Création » a émergé de l’imagination de la Conscience Infinie et de ses créations qui sont des extensions de cette même Conscience Infinie. Les textes gnostiques décrivent comment l’acte de nommer les créations de l’Imagination Infinie les fait naître. Ceci est tiré de l’Évangile de la Vérité :

Tous les espaces sont ses émanations. Ils savent qu’ils sont issus de lui, comme des enfants qui sont issus d’un adulte. Ils ont su qu’ils n’avaient pas encore reçu de forme, ni de nom, chacun d’eux étant engendré par le Père…

Mais le Père est parfait, il connaît chaque espace en lui. S’il le veut, il manifeste qui il veut, en lui donnant une forme et en lui donnant un nom, et il lui donne un nom, et fait en sorte que ceux-là viennent à l’existence.

Les éons supérieurs sont le domaine du « Créateur » ultime, ou de la force créative/imagination, et cela soulève une question : Si c’est le cas, pourquoi la vie est-elle si désagréable – voire choquante – pour tant de personnes dans notre réalité ? Il existe une réponse à cette question.

Image du haut : Évangile de Thomas et le Livre secret de Jean (Apocryphon de Jean), Codex II Les manuscrits de Nag Hammadi ( domaine public )

Cet article est un extrait du livre « Tout ce que vous devez savoir mais n’avez jamais été dit » de David Icke. Pour plus d’informations, visitez le site www.davidicke.com.

Par David Icke

.

Bouton retour en haut de la page