Un lien d’Akhenaton avec la fête des récoltes de Shavuot – Partie 1

Le festival juif de Shavuot se déroule dans le monde entier. C’est une ancienne célébration de la récolte printanière des céréales et des premiers fruits. C’est la première récolte de blé de l’année, et les Juifs du monde entier marquent l’occasion en paradant leurs produits et les richesses de la terre, et en rendant joyeusement grâce à Dieu pour ses bénédictions. Ils apprécient les produits laitiers, le pain frais, le raisin et le miel. Ils célèbrent également le don de leur loi sur le mont Sinaï. Cette loi, appelée Torah, est le fondement de toute la pratique religieuse et de la littérature juives, et elle a été donnée pour la première fois il y a 3 300 ans par Moïse. Ce don de la loi a été l’événement fondateur du judaïsme et est célébré chaque année pendant Shavuot.

L’accent particulier mis sur la Torah et son étude, souvent effectuée lors de sessions marathon de nuit, est au cœur des vacances modernes. Les dix commandements sont lus à haute voix dans les synagogues, en particulier aux enfants, qui sont encouragés à entendre ces règles fondamentales en premier lieu en ce jour saint. Les enfants occupent une place de choix tout au long des festivités, en dansant, chantant et agitant des fleurs. Les familles sont encouragées à aller dehors dans la nature et à célébrer la création de Dieu. Tous ces thèmes – la récolte des céréales, les premiers fruits, la nature, la famille, les enfants, l’action de grâce, la joie, l’étude de la Torah – donnent à Shavuot une couleur supplémentaire, mais approfondissent aussi son mystère.

Les origines de ses principales caractéristiques restent obscures, mais je crois pouvoir démontrer comment le pharaon hérétique égyptien Akhenaton a contribué à initier nombre de ses importantes traditions et en a inspiré beaucoup d’autres. J’ai déjà fait valoir qu’Akhenaton a vécu en exil, pour finalement devenir le prophète hébreu Moïse. Il aurait ainsi conservé nombre de ses motifs et caractéristiques préférés de sa ville d’Amarna lors de la conception de la nouvelle religion israélite. Nous ne voyons peut-être pas ces thèmes mieux que dans les trois principaux festivals juifs, en particulier Shavuot.

Tablettes de la loi avec le veau d'or, par Cosimo Rosselli, 1481-1482 après J.-C. (maintenant dans la Chapelle Sixtine, par Web Gallery of Art). (Cosimo Rosselli / Domaine public)

Tablettes de la loi avec le veau d’or, par Cosimo Rosselli, 1481-1482 après J.-C. (maintenant dans la Chapelle Sixtine, par Web Gallery of Art). (Cosimo Rosselli / Domaine public )

Origines dans l’agriculture

Le Shavuot est mentionné pour la première fois dans la Torah en rapport avec l’agriculture, plus précisément la récolte du blé et les premiers fruits. Elle devait toujours avoir lieu cinquante jours après la première récolte d’orge de la Pâque, et était à l’origine appelée « Fête de la récolte des premiers fruits » ( Chag HaBikkurim ). Dans l’Exode 23:16, nous lisons que Moïse a donné des ordres à son peuple : « Tu observeras la fête de la récolte des prémices de ton travail, de ce que tu auras semé dans les champs… » Moïse l’a aussi appelé la « Fête des Semaines » ( Chag HaShavuot ) dans Exode 34:22 : « Tu célébreras la Fête des Semaines, c’est-à-dire les premiers fruits de la moisson du blé… » La référence aux semaines fait référence à son apparition sept semaines après la Pâque (Shavuot signifie « semaines »).

L’ancien « Calendrier de Gezer » est une inscription gravée sur une pierre récupérée en Israël. Datant du Xe siècle avant J.-C., le texte est un calendrier agricole, décrivant ce que faisaient les agriculteurs de la terre chaque mois de l’année. Il décrit la période de fin mai-début juin (le temps de Shavuot) comme le temps de « la récolte et de la mesure des grains », avant les mois d’été où l’on taille les fruits d’automne. Cet incroyable calendrier ancien, écrit en caractères paléo-hébreux, offre une fiabilité historique pour l’antiquité des fêtes de Moïse. Il divise les mois de l’année en activités agricoles spécifiques, telles que les semailles et la récolte, et sert de modèle pour les fêtes du temple de Salomon.

La tablette du calendrier agricole de Gezer est l'un des premiers textes hébraïques, soulignant l'importance de l'agriculture pour les premiers Israélites. Le texte décrit les principaux actes de l'agriculture à chaque saison, y compris la récolte des céréales de Shavuot. Début de l'âge du fer, 10e siècle avant J.-C. De Gezer, dans l'État d'Israël actuel. Musée d'archéologie, Istanbul, Turquie. (Osama Shukir Muhammed Amin FRCP(Glasg) / CC BY-SA 4.0)

La tablette du calendrier agricole de Gezer est l’un des premiers textes hébraïques, soulignant l’importance de l’agriculture pour les premiers Israélites. Le texte décrit les principaux actes de l’agriculture à chaque saison, y compris la récolte des céréales de Shavuot. Début de l’âge du fer, 10e siècle avant J.-C. De Gezer, dans l’État d’Israël actuel. Musée d’archéologie, Istanbul, Turquie. ( Osama Shukir Muhammed Amin FRCP(Glasg) / CC BY-SA 4.0 )

La fête de la Pâque au début du printemps marquait la récolte de l’orge, tandis que cinquante jours plus tard, la fête de Shavuot marquait la récolte du blé et les premiers fruits. Cette période spécifique de sept semaines était commémorée chaque jour en comptant les « Omer », ou gerbes d’orge récoltées, et ce rituel est toujours pratiqué par des prières dans les synagogues chaque année.

Peinture représentant Shavuot (Pentecôte), 1880. Les thèmes présents sont la verdure abondante, le rôle central du rouleau de la Torah, l'importance des enfants, et même les Tablettes de la Loi qui veillent sur tout, exactement comme les deux cartouches du nom de l'Aton (aujourd'hui au Musée juif de Manhattan). (Moritz Daniel Oppenheim / Domaine public)

Peinture représentant Shavuot (Pentecôte), 1880. Parmi les thèmes présents, on peut citer la verdure abondante, le rôle central du rouleau de la Torah, l’importance des enfants, et même les Tablettes de la Loi qui veillent sur tout, exactement comme les deux cartouches du nom de l’Aton (aujourd’hui au Musée juif de Manhattan). (Moritz Daniel Oppenheim / Domaine public )

Des siècles après que Moïse ait donné ces règles aux Israélites au mont Sinaï, ceux-ci s’étaient installés en Terre promise d’Israël, et le roi Salomon avait construit un temple permanent pour le Seigneur à Jérusalem. Celui-ci est resté en service pendant plus de quatre cents ans, au cours desquels les Israélites devaient s’y rendre trois fois par an pour faire des offrandes. Il a été détruit en 586 avant J.-C., mais reconstruit moins d’un siècle plus tard. À partir de ce moment, pendant 585 ans en fait, il a continué à fonctionner sans interruption, étant appelé familièrement le « deuxième » temple juif.

Il a été magnifiquement rénové par Hérode le Grand dans les années qui ont suivi la prise de contrôle d’Israël par Rome, et lorsque Jésus l’a visité pour la première fois dans sa jeunesse, le temple et la montagne qui l’entoure étaient devenus le plus grand et le plus beau site de tout l’empire. À cette époque, des centaines de milliers de Juifs s’y rendaient pendant les trois principales fêtes, dont Shavuot, pour y offrir du pain, des céréales, des oiseaux, des animaux, des fleurs et des fruits. Je peux imaginer Jésus et ses disciples parcourant les routes poussiéreuses du sud de la Galilée jusqu’au temple avant Shavuot, passant devant les pèlerins portant des paniers de gerbes de blé et de raisins.

Lorsque le deuxième temple juif a été détruit par les légions romaines en 70 après J.-C., le peuple juif était dispersé et en désarroi, incapable de participer à aucun des rituels de la Torah qui impliquaient des offrandes au temple. Le centre de leur religion avait été effacé et ils ont lutté pour trouver une alternative appropriée. Ils ont finalement choisi la Torah elle-même comme substitut. Les survivants juifs de la guerre romaine ont réimaginé la fête de Shavuot et lui ont donné une nouvelle signification, afin de survivre. Comme elle a lieu cinquante jours après la Pâque, il a été décidé qu’ils se concentreraient plutôt sur la remise de la loi à Moïse sur le mont Sinaï, un événement qui a également eu lieu cinquante jours après l’Exode.

Une maquette du deuxième temple juif, construit sous le roi Hérode mille ans après que Salomon ait construit le premier temple au même endroit. Ce temple a été visité par Jésus et Paul. La ville de Jérusalem est visible derrière l'immense Mont du Temple, dont le Temple lui-même n'occupe que la petite partie centrale. Dans le Musée d'Israël de Jérusalem. (Ariely / CC BY 3.0)

Une maquette du deuxième temple juif, construit sous le roi Hérode mille ans après que Salomon ait construit le premier temple au même endroit. Ce temple a été visité par Jésus et Paul. La ville de Jérusalem est visible derrière l’immense Mont du Temple, dont le Temple lui-même n’occupe que la petite partie centrale. Dans le Musée d’Israël de Jérusalem. (Ariely / CC BY 3.0 )

Les « premiers fruits » de Shavuot et leurs antécédents à Amarna

« Célébrez ensuite la fête des Semaines à l’Éternel, votre Dieu, en donnant l’offre libre en proportion des bénédictions que l’Éternel, ton Dieu, t’a accordées ». (Deutéronome 16:10). De nombreux liens avec Akhenaton peuvent être trouvés dans ces « offrandes volontaires » – des aliments symboliques offerts tout au long de l’été, en commençant d’abord pendant Shavouot. On les appelle les « sept espèces de la terre », ou les premiers fruits : blé, orge, raisins, olives, figues, dattes et grenades. Ils comprennent également du pain frais fabriqué à partir de farine de blé. En particulier, ces nouveaux pains de blé, fabriqués spécifiquement avec de la levure, devaient être agités en offrande à Dieu pendant Shavuot. Des plantes et des fleurs sont également utilisées pour décorer les synagogues.

Partie supérieure des colosses calcaires d'Akhenaton, portant la double couronne de Haute et de Basse-Égypte, une couronne imposante rappelant la couronne de la Torah (keter) et des fleurons, ou rimonim (aujourd'hui au musée du Caire). (Gérard Ducher / CC BY-SA 2.5)

Partie supérieure des colosses calcaires d’Akhenaton, portant la double couronne de Haute et de Basse-Égypte, une couronne imposante rappelant la couronne de la Torah (keter) et des fleurons, ou rimonim (aujourd’hui au musée du Caire). (Gérard Ducher / CC BY-SA 2.5 )

Nous avons lu des offrandes similaires à Amarna, dans le gigantesque temple de Great Aten, où plus de mille autels étaient régulièrement empilés avec du pain, des fruits, des fleurs, de la viande et de l’encens pendant les services. Depuis la tombe de Panehesy, grand prêtre d’Amarna, nous voyons des images de centaines de tables d’offrandes dans le temple. Le roi lui-même décrit une énorme offrande qu’il a faite très tôt à Amarna : « Une grande offrande a été présentée au Père, l’Aton, consistant en pain, bière, bétail à cornes longues et courtes, veaux, volailles, vin, fruits, encens, toutes sortes de plantes vertes fraîches et tout ce qui est bon devant la montagne d’Akhet-Aten ». (Stèle de frontière).

Puisque j’ai déjà parlé des liens entre la grenade et le vin, je vais me concentrer ici sur certains autres aliments symboliques de Shavuot. Il est intéressant de noter que ce sont tous des aliments qui étaient bien connus à la cour d’Akhenaton. Nous voyons, sur des blocs brisés de sa ville, de belles inscriptions de ce qu’était la vie là-bas il y a 3 350 ans. De ces blocs, ou talatat, nous voyons des preuves de nombreuses espèces sacrées sur Shavuot. Nous voyons un champ d’épis d’orge mûrs grandeur nature, chaque grain délicatement sculpté, se balançant dans une douce brise, dans une forme d’art jamais vue auparavant en Égypte, « alors que vos rayons nourrissent chaque champ ! (Grand hymne à l’Aton).

Une belle sculpture d'orge mûre, provenant d'un bloc de talatat Amarna. Elle montre des épis d'à peine grandeur nature, délicatement sculptés, se balançant dans une douce brise, dans une forme d'art jamais vue auparavant en Égypte, mais typique de l'art naturaliste d'Akhenaton (Met Museum / Domaine public)

Une belle sculpture d’orge mûre, provenant d’un bloc de talatat Amarna. Elle montre des épis d’orge à peine grandeur nature, délicatement sculptés, se balançant au gré de la brise, dans une forme d’art jamais vue auparavant en Égypte, mais typique de l’art naturaliste d’Akhenaton (Met Museum / Public domain )

Nous voyons une vigne avec une grappe de raisin, montrant à la fois des feuilles légèrement sculptées et des raisins profondément coupés. Nous voyons la main du roi tenant un rameau d’olivier sous les rayons de l’Aton, montrant avec beaucoup de détails les ongles du roi, la rondeur des olives, et même comment les rayons traversent les feuilles individuelles, d’abord en dessous, puis au-dessus, montrant un grand degré de sophistication artistique.

Une autre belle sculpture de la main du roi tenant un rameau d'olivier sous les rayons de l'Aton, provenant d'un bloc d'Amarna talatat. Elle montre avec beaucoup de détails les ongles du roi, la rondeur des olives, et même comment les rayons de l'Aton traversent les feuilles individuelles, d'abord en dessous, puis au-dessus, montrant un grand degré de sophistication. (Met Museum / Domaine public)

Une autre belle sculpture de la main du roi tenant un rameau d’olivier sous les rayons de l’Aton, provenant d’un bloc d’Amarna talatat. Elle montre avec beaucoup de détails les ongles du roi, la rondeur des olives, et même comment les rayons de l’Aton traversent les feuilles individuelles, d’abord en dessous, puis au-dessus, montrant un grand degré de sophistication. (Met Museum / Domaine public )

Étonnamment, nous voyons aussi des preuves que de l’orge et du blé étaient utilisés à Amarna, et que de grands fours servaient les temples, le palais et la ville. L’égyptologue Barry Kemp a fait des fouilles à Amarna depuis la fin des années 1970 et a mis au jour des preuves de l’existence d’énormes boulangeries près du temple du Grand Aton. Dans son classique La ville d’Akhenaton et de Néfertiti : Amarna and Its People (2012), Kemp note que « l’élément le plus évident de la ville était une énorme banque de fours où le pain était cuit … Chaque chambre était une unité de cuisson unique … et le nombre total de chambres de cuisson s’élevait à plus de 100 ». De plus, Kemp et son équipe ont fouillé des fragments de dizaines de milliers de moules à pain coniques en céramique, entassés dans le désert à l’est des boulangeries et ont même enterré les chambres également.

Je crois que le lien le plus direct avec les rituels de Shavuot et d’Akhenaton se fait avec le rituel des « deux pains », ou Shtei Halechem. Comme nous le lisons dans l’Exode 23:17 : « De quelque lieu que tu habites, apporte deux pains faite de deux dixièmes d’épha de la meilleure farine, cuite au four avec de la levure, comme une offrande de prémices à Yahvé ». On trouve des « pains d’offrande » similaires dans de nombreuses inscriptions funéraires à Amarna : « Qu’il accorde la réception de pains d’offrande qui proviennent de la présence à chaque fête d’Aton vivant… » (Panehesy, premier serviteur de l’Aton).

Il est frappant de voir les images d’Akhenaton et de ses filles tenant deux pains ! Dans plusieurs scènes des tombes d’Amarna, nous voyons la famille royale tenant deux pains devant le ciel, les offrant à l’Aton, en geste de remerciement. Ces belles images nous rappellent l’importance de la famille à Amarna, l’importance des six filles du roi dans ses rituels, et le rôle important que les enfants jouent aujourd’hui dans le judaïsme en général et à Shavuot en particulier.

La princesse Ankhesenpaaten d'Amarna, à qui sa nourrice Tia a offert deux pains fraîchement cuits, dans une scène d'un talatat d'Amarna Cette scène spécifique rappelle la tradition des Shavouot du Shtei Halechem (Deux pains), au cours de laquelle deux pains étaient offerts au temple de Jérusalem sur Shavouot, faits de la première récolte de blé de cette année-là. (Met Museum / Domaine public)

La princesse Ankhesenpaaten d’Amarna, à qui sa nourrice Tia a offert deux pains fraîchement cuits, dans une scène d’un talatat d’Amarna Cette scène spécifique rappelle la tradition des Shavouot du Shtei Halechem (Deux pains), au cours de laquelle deux pains étaient offerts au temple de Jérusalem sur Shavouot, faits de la première récolte de blé de cette année-là. (Met Museum / Domaine public )

Les animaux étaient également un élément clé des offrandes de Shavuot et d’Amarna. Dans Nombres 28:27, nous lisons que les Juifs avaient reçu l’ordre de se présenter devant le grand prêtre et : « Présentez un holocauste de deux jeunes taureaux… » Nous voyons des taureaux similaires prêts au sacrifice à Amarna, comme l’a noté Berry Kemp : « A Amarna, les images montrent le bétail conduit à l’abattage dans le culte de l’Aton, en guirlande de fleurs. Bien que l’abattage soit une activité bruyante, malodorante et désordonnée, le temple du Grand Aton a été aménagé pour l’accueillir ».

Les décorations florales portées par le bétail étaient encore utilisées des siècles plus tard au temple de Jérusalem. Panehesy était responsable des sacrifices de bétail et lorsque son domaine a été fouillé en 1926, de nombreux restes d’os et de cornes de bétail ont été trouvés.

Un délice laitier et un « pays de lait et de miel

La nourriture la plus importante à Shavuot est bien sûr les produits laitiers, généralement consommés sous forme de blintzes ou de cheesecake. Les raisons de cette situation ne sont pas encore claires. Certains pensent que parce que les lois alimentaires juives ( kashrut ) ont été incluses dans le don de la Torah, la viande qu’ils avaient déjà préparée n’était pas kasher (rituellement propre). Ainsi, alors qu’ils abattaient des animaux selon les nouvelles règles casher, ils mangeaient des repas laitiers. Ils ne pouvaient pas non plus contaminer leurs plats, car sous la nouvelle rubrique de Moïse, il était interdit de cuisiner et de manger ensemble de la viande et des produits laitiers, et même de partager des ustensiles entre eux.

D’autres y voient une raison plus symbolique, comme un lien entre la consommation de produits laitiers et l’idée qu’Israël était une terre « où coulent le lait et le miel ». Dieu a d’abord décrit Israël à Moïse au buisson ardent dans Exode 3:8 comme une terre « où coulent le lait et le miel », et cette expression est souvent utilisée dans la Bible, qui elle-même est souvent comparée à du « lait spirituel », contenant tous les nutriments spirituels pour la vie. Elle est même évoquée en ces termes dans le Cantique des Cantiques 4:11 : « Comme le miel et le lait, elle repose sous ta langue ».

Il est intéressant de noter que le lait était une partie importante de la vie à Amarna, et qu’il est mentionné dans de nombreuses inscriptions associées aux offrandes. On peut lire sur la tombe du Dirigeant des quartiers royaux, Mery-Ra II : « Une bénédiction que le roi donne de l’Aton vivant … Qu’il accorde la brise parfumée du vent du nord, le lait qui sort sur la table d’offrandes, et toutes sortes d’offrandes – toutes sortes de légumes, de pain, de bière, et de denrées alimentaires à chacun de vos endroits …  » Sur le Naos de Bek, le « Chef Sculpteur » à Amarna, nous lisons l’appel : « Que l’on verse pour vous du vin et du lait, et que l’on reçoive des pains d’offrande qui sortent en présence… »

Du tombeau de Huya, chef intendant de la Reine Tiye, nous lisons « Puis-je prendre part aux choses qui émanent de la Présence, afin de pouvoir manger des « shenes » – pains, pâtisseries au miel, pains d’offrande, cruches de bière, viande rôtie, nourriture chaude, eau fraîche, vin, lait, tout ce qui provient du manoir de l’Aton… » Dans le temple du Grand Aton, les archéologues ont mis au jour une situle (un récipient rituel) qui contenait autrefois du lait pour les offrandes, ayant la forme d’un sein. Elle possède le cartouche effacé d’Akhenaton, et est faite de faïence à glaçure bleue. Nous pouvons également voir des récipients de forme similaire, de toutes tailles, dans les inscriptions funéraires du temple.

Une situle avec le cartouche effacé d'Akhenaton, trouvée dans le temple d'Aton à Amarna. En faïence à glaçure bleue, les situles étaient censées symboliser le sein féminin et contenaient souvent du lait, à verser en offrandes devant une divinité, en l'occurrence l'Aton. (Musée d'art Walters / Domaine public)

Une situle avec le cartouche effacé d’Akhenaton, trouvée dans le temple d’Aton à Amarna. En faïence à glaçure bleue, les situles étaient censées symboliser le sein féminin et contenaient souvent du lait, à verser en offrandes devant une divinité, en l’occurrence l’Aton. (Musée d’art Walters / Domaine public )

Un autre délice apprécié sur Shavuot est ce second nectar qui a coulé d’Israël : le miel. C’était un produit populaire dans l’Égypte ancienne, où l’on trouve de nombreux témoignages sur le miel et l’apiculture, tant dans l’archéologie que dans les inscriptions. Le miel est mentionné à de nombreuses reprises dans les « Lettres d’Amarna », une collection de tablettes portant l’inscription de la correspondance étrangère personnelle d’Akhenaton.

Les ruches d’Égypte étaient cylindriques et faites de boue, avec un petit trou à une extrémité pour permettre aux abeilles d’entrer, et un couvercle amovible à l’autre extrémité, pour donner accès aux rayons de miel. Ces ruches figurent sur les inscriptions égyptiennes de l’Ancien Empire, et dès cette époque, l’abeille a été associée à la royauté, le pharaon ayant adopté le titre de nesu-bity : « Celui de la haie et de l’abeille », en référence aux deux terres d’Égypte. De façon surprenante, des ruches presque identiques ont été fouillées par l’archéologue israélien Amihai Mazar sur le site de Tel Rehov, datant de 970-870 av. Plus étonnant encore est le fait que ces mêmes types de ruches sont encore utilisés aujourd’hui en Israël et en Égypte.

La boucle est bouclée pour l’agriculture

Lorsqu’Israël est redevenu une nation en 1948, après deux mille ans de sans-abris collectifs, l’agriculture est devenue le fondement de la nouvelle terre. Le kibboutz, une ferme communale où tous les membres de la société vivaient dans une forme d’égalitarisme social où chacun travaillait et profitait des avantages collectifs, en est probablement la meilleure expression.

Figure 29 : Première célébration des fruits (Bikurim), village de jeunes Meir Shfeyah, Israël, ~1930. De : Collection Hadassah en prêt à long terme à l'American Jewish Historical Society. (Centre d'histoire juive, NYC / Domaine public)

Figure 29 : Première célébration des fruits (Bikurim), village de jeunes Meir Shfeyah, Israël, ~1930. De : Collection Hadassah en prêt à long terme à l’American Jewish Historical Society. (Centre d’histoire juive, NYC / Domaine public)

C’était un système très proche de celui pratiqué par les premières communautés israélites, vers ~1200 av. Ces kibboutzim sont réellement apparus dans les décennies précédant la formation d’Israël, fondés par des sionistes immigrés d’Europe et de Russie, et Shavuot a été choisi très tôt comme le jour où ils ont exprimé leur nouvelle connexion juive avec leur terre ancestrale.

En répétant une histoire millénaire, les premiers agriculteurs d’Israël ont été ses héros, avec ses soldats, et l’agriculture est devenue le cri de ralliement de la jeune nation. Des festivals comme Shavuot ont pris une nouvelle pertinence et une nouvelle signification, et nous pouvons voir de nombreuses images de ces premières années d’Israël de la première cérémonie des fruits dont profitent les jeunes familles israéliennes, leurs enfants produisant des gerbes, du pain et des fruits.

Sur les photos d’archives, les jeunes filles portent des bidons de lait et les agriculteurs défilent avec leurs chariots décorés et chargés de produits, et présentent même les nouvelles technologies agricoles. Ces festivités se poursuivent aujourd’hui, et alors même qu’Israël dépasse son ancienne dépendance à l’égard de l’agriculture pour s’engager dans de nouvelles frontières technologiques, biologiques et médicales, le nombre de membres des kibboutzim est néanmoins en augmentation, atteignant aujourd’hui plus de 140 000.

Nous approfondirons les fascinants liens entre Akhenaton et Chavouot dans la deuxième partie.

LIRE LA PARTIE II

Image du haut : Les origines des traditions de la fête juive Shavuot sont obscures. Mais qu’en serait-il si elles pouvaient être liées au pharaon Akhenaton, offrant un nouveau regard sur Moïse ? Images : Représentation de la célèbre traversée de la mer par Moïse. Source : Vlastimil Šesták / Adobe stock

Par Jonathon A. Perrin

Références

Altein, Boruch, « The Shtei Halechem (Two Breads), Chabad.org, ( https://www.chabad.org/library/article_cdo/aid/2599670/jewish/The-Shtei-Halechem-Two-Breads.htm).

Bernis, Jonathan, « Shavuot – Riche de signification prophétique », Institut biblique juif messianique, 1er mai 2012, ( https://mjbi.org/2012/05/01/shavuot-rich-prophetic-significance/).

Davies, N. de G., Les tombes d’El Amarna : Parts I – VI (Londres, Egypt Exploration Fund, 1908 ; 6 volumes à l’origine, les parties V et VI étant réimprimées par l’Egypt Exploration Society, 2004).

Fisher, Gaber, « Kibbutz membership at all-time high », In The Times of Israel, 3 avril 2012, ( https://www.timesofisrael.com/kibbutz-membership-at-all-time-high/).

Friedman, Richard Elliot, Commentaire sur la Torah (Harper One, New York, 2001).

Issacs, Rabbin Ronald H., Every Person’s Guide to Shavuot (Jason Aronson Inc, Northvale, New Jersey, 1998).

Kemp, Barry, la ville d’Akhenaton et Néfertiti : Amarna and its People (Thames and Hudson, Londres, 2012).

Lichtheim, Miriam, Late Egyptian Wisdom Literature in the International Context (Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, Allemagne, 1983).

Mazar, Amihai, et Nava Panitz-Cohen. « C’est le pays du miel : Apiculture au Tél Reḥov. » Archéologie du Proche-Orient, vol. 70, no. 4, 2007, pp. 202-219. JSTOR.

Murnane, William J, Textes de la période Amarna en Égypte (Scholars Press, Atlanta, GA, 1995).

Murnane, William J., & Charles C. Van Siclen III, The Boundary Stelae of Akhenaten (Routledge, Londres, 2011).

Plaskow, Rabbin Baruch, « Milk on Shavuot », In Torah Mitzion, Halachah MiTzion, ( https://torahmitzion.org/learn/milk-shavuot/).

Salomon, Rabbin Norman, « Shavuot : How the Festival of Harvest Grew », dans TheTorah.com, 2014, ( https://www.thetorah.com/article/shavuot-how-the-festival-of-harvest-grew ).

Starr, Paul, « Notre 11e commandement : Rendre le shavuot amusant pour les enfants », In Jewish Journal, 5 juin 2019, ( https://jewishjournal.com/culture/first_person/299566/our-11th-commandment-make-shavuot-fun-for-kids/).

.

Bouton retour en haut de la page