La cyberintimidation surpasse l’intimidation comme type de harcèlement le plus courant

La cyberintimidation est un problème croissant qui touche les enfants du monde entier. Et, pour la première fois depuis des années, la cyberintimidation a dépassé le harcèlement comme le type de harcèlement le plus courant auquel sont confrontés les élèves du collège et du lycée.

En fait, 59 % des adolescents américains ont indiqué qu’ils avaient été victimes de cyberintimidation ou de harcèlement en ligne, selon un rapport du Pew Research Center, et la plupart des adolescents, 90 % en fait, affirment que c’est un problème majeur pour les jeunes de leur âge.

Types de harcèlement en ligne dont sont victimes les enfants

Le type de harcèlement le plus courant auquel les adolescents sont confrontés en ligne est l’injure, 42 % d’entre eux indiquant qu’ils ont été traités de noms injurieux en ligne. De plus, environ un tiers des adolescents indiquent que quelqu’un a répandu des rumeurs ou des ragots à leur sujet en ligne.

Les adolescents sont également harcelés en ligne par l’envoi de messages ou de photos explicites, également appelés sextos. Sept pour cent des adolescents disent que quelqu’un a partagé des photos explicites avec eux sans leur consentement.

Par rapport à d’autres types de harcèlement en ligne, les sextos sont relativement peu fréquents, mais ils constituent une préoccupation majeure pour les parents. Cinquante-sept pour cent des parents se disent préoccupés par le fait que leurs enfants envoient ou reçoivent des images sexuellement explicites.

Entre-temps, 21 % des adolescents ont été harcelés par d’autres personnes qui leur demandaient où ils étaient, avec qui ils étaient et ce qu’ils faisaient. Pour beaucoup, ce type de comportement exigeant est le premier signe d’abus dans les relations amoureuses et ne doit pas être pris à la légère.

Les types d’intimidation en ligne varient selon le sexe

Bien que les adolescents, garçons et filles, soient aussi susceptibles les uns que les autres d’être victimes de cyberintimidation, il existe des différences dans les types de harcèlement en ligne auxquels ils sont confrontés. En effet, 60 % des filles et 59 % des garçons sont victimes d’au moins un type d’intimidation en ligne, comme les injures, la diffusion de rumeurs, la réception de messages explicites, le harcèlement sur leur lieu de résidence et les menaces physiques.

Par exemple, 39 % des filles disent que quelqu’un a répandu des rumeurs ou des ragots à leur sujet en ligne, contre seulement 26 % des garçons. Les filles sont également plus susceptibles de recevoir des images explicites qu’elles n’ont pas demandées que les garçons.

Les revenus contribuent également à la fréquence des brimades en ligne. Les adolescents issus de familles à faibles revenus sont plus susceptibles que ceux issus de familles à revenus plus élevés de subir certains types de brimades en ligne.

Les menaces physiques sont en tête de liste pour les familles les plus pauvres. En fait, 24 % des adolescents dont le revenu du ménage est inférieur à 30 000 dollars ont été la cible de menaces physiques en ligne, contre seulement 12 % des adolescents dont le ménage gagne 75 000 dollars ou plus.

A lire  7 types d'amis toxiques à éviter

La probabilité d’être victime de cyberintimidation est également liée à la fréquence à laquelle l’adolescent va en ligne. Par exemple, 45 % des adolescents indiquent qu’ils sont en ligne presque tout le temps. Et pour ces adolescents, ils sont plus susceptibles d’être harcelés et de subir des cyberintimidations. En fait, près de 70 % des adolescents qui disent être en ligne presque tout le temps ont déjà été victimes d’une forme de cyberintimidation, contre 53 % des adolescents qui utilisent Internet plusieurs fois par jour.

Où la cyberintimidation a-t-elle lieu ?

Selon une organisation britannique de lutte contre les brimades, Ditch the Label, la plupart des cyberbrimades dont sont victimes les enfants se produisent sur Instagram.

Quarante-deux pour cent des personnes interrogées déclarent avoir été intimidées sur Instagram, contre 37 % sur Facebook et 31 % sur SnapChat.

Parmi les types de harcèlement dont ils ont été victimes, 24 % ont déclaré que leurs informations privées étaient partagées en ligne. Par ailleurs, 27 % ont vu des photos et des vidéos partagées contre leur gré et 18 % ont vu leur profil signalé à tort.

Ce que les adolescents pensent de l’intervention des adultes

Avec tout ce harcèlement en ligne, les adolescents sont extrêmement déçus de la façon dont les adultes dans leur vie gèrent la cyberintimidation. Pour la majorité des adolescents, les seuls adultes dans leur vie qui s’attaquent de manière adéquate au harcèlement en ligne sont leurs parents, selon l’étude menée par Pew. En fait, 59 % des adolescents estiment que leurs parents font un travail décent pour lutter contre ce problème.

Les adolescents sont très déçus de la façon dont les enseignants, les politiciens, les sociétés de médias sociaux et les spectateurs réagissent à la cyberintimidation.

Selon l’étude, 79 % des adolescents estiment que les politiciens ne font pas du bon travail pour résoudre ce problème, tandis que 66 % sont déçus par les spectateurs et 58 % estiment que les enseignants ne parviennent pas à lutter contre la cyberintimidation.

Il est clair que les choses doivent changer pour résoudre les problèmes liés à la cyberintimidation, d’autant plus qu’elle est plus fréquente que les autres types d’intimidation.

Conseils pour lutter contre la cyberintimidation

Que peuvent faire les parents et les autres adultes pour aider les enfants victimes de cyberintimidation, voire pour empêcher que ces actes ne se produisent ?

Reconnaître que cela se produit fréquemment

L’une des premières étapes dans la lutte contre la cyberintimidation est de reconnaître qu’elle n’est pas le fruit du hasard. Chaque jour, des enfants sont tourmentés en ligne par des cyberintimidateurs. Leurs photos sont partagées, des rumeurs se propagent et ils sont traités de tous les noms, en grand nombre.

A lire  Le lien entre les brimades et le harcèlement sexuel

Même si les adultes ne sont pas toujours témoins de la cyberintimidation, ils doivent reconnaître qu’elle existe toujours.

Établir des lignes directrices pour les écoles

Souvent, les enseignants et les administrateurs pensent que, comme la cyberintimidation se produit souvent après les heures de classe, elle ne relève pas de leur domaine de responsabilité. Mais le fait est que les cyberintimidations s’infiltrent presque toujours dans les couloirs de l’école lorsque les élèves chuchotent et parlent de ce qu’ils ont vu en ligne. Par conséquent, les distractions causées par les cyberintimidations ont souvent un impact sur l’environnement éducatif.

Par conséquent, il est dans l’intérêt de l’école non seulement d’avoir des politiques anticyberbrimades fortes mais aussi de mettre en place des conséquences pour les élèves qui participent à des cyberbrimades.

Donner du pouvoir aux spectateurs

Souvent, les personnes qui sont témoins de harcèlement en ligne n’ont aucune idée de ce qu’elles doivent faire ou de la manière d’y répondre, mais il y a un certain nombre de choses qu’elles peuvent faire si on leur donne les moyens de le faire.

Tout d’abord, ils peuvent éviter de commenter, d’aimer ou de reprendre tout ce qui blesse une autre personne. Deuxièmement, s’ils se sentent suffisamment en confiance, ils peuvent même faire un commentaire sur un poste qui décourage les gens de poursuivre le harcèlement.

Les spectateurs peuvent également aider en signalant ce qu’ils voient non seulement au fournisseur de médias sociaux mais aussi à un adulte de confiance.

Lobbying pour des lignes directrices plus strictes sur les médias sociaux

À l’heure actuelle, il y a très peu de gouvernance des sites de médias sociaux. La plupart les considèrent comme une branche du Premier amendement. Mais les discours de haine, les menaces et autres types de harcèlement font-ils vraiment partie de la liberté d’expression ?

Écrivez à vos responsables politiques locaux et partagez vos inquiétudes sur le problème croissant de la cyberintimidation.

Exhortez-les à adopter des lois plus strictes dans votre État pour protéger les victimes de la cyberintimidation tout en dissuadant ceux qui s’y adonnent.

Soutenir les victimes de la cyberintimidation

Les conséquences de la cyberintimidation sont importantes. C’est pourquoi il est extrêmement important que les parents et les éducateurs soutiennent toute personne ciblée par des cyberintimidateurs et lui apprennent comment réagir. Ignorer la cyberintimidation ou en diminuer l’impact ne fait qu’augmenter la réaction émotionnelle de la victime.

Par conséquent, il est extrêmement important que les victimes de la cyberintimidation sachent que tout le monde ne croit pas aux mensonges mis en ligne et, surtout, qu’elles ne sont pas seules.

A lire  Comment repérer les faux amis dans votre vie

Mettre en œuvre des programmes qui changent le climat de l’école

Souvent, la cyberintimidation et les brimades s’intensifient parce qu’elles reçoivent un public à l’école ou fournissent à l’intimidateur un autre type d’avantage. La clé, donc, est de changer la façon dont la cyberintimidation est perçue à l’école.

Si les élèves estiment que la cyberintimidation est cruelle et inacceptable et que cette idée fait son chemin dans les cercles sociaux, le nombre de cyberintimidations subies dans une école donnée diminuera considérablement.

L’objectif devrait être de changer le climat à l’école afin que la cyberintimidation ne soit plus une pratique acceptable et que les enfants qui s’y adonnent ne reçoivent pas les résultats qu’ils espéraient.

Favoriser une communication ouverte

Parce que les adolescents ont souvent l’impression que les enseignants et les administrateurs ferment les yeux sur la cyberintimidation, il est important de changer cette perception. Une façon d’y parvenir est d’encourager les élèves à parler ouvertement de ce qu’ils voient et vivent en ligne et dans les couloirs de l’école.

Lorsque les élèves ont l’impression d’être entendus, ils sont plus enclins à signaler ce dont ils sont témoins, et lorsqu’ils le font, les enseignants sont mieux équipés pour lutter contre la cyberintimidation avant qu’elle ne devienne incontrôlable.

L’un des moyens d’y parvenir consiste à organiser des groupes de discussion qui encouragent les élèves à partager ce qu’ils voient et à réfléchir à la manière de changer l’environnement à l’école et en ligne.

Créer des partenariats entre les parents et les écoles

Selon l’étude, un grand pourcentage d’adolescents estiment que leurs parents s’attaquent de manière adéquate à la cyberintimidation. Il est donc important que les écoles intègrent ces parents dans leurs efforts de prévention de l’intimidation. Les parents apportent un élément important et ne devraient jamais être marginalisés ou diminués pour le rôle qu’ils peuvent jouer dans la prévention des brimades.

Trop souvent, les administrateurs scolaires et les enseignants veulent garder les parents et les autres membres de la communauté à distance, mais cela affaiblit leurs efforts. Lorsque les écoles obtiendront l’adhésion des parents, elles auront plus de succès.

Un mot de Troovez.com

La cyberintimidation est un problème croissant qui ne devrait pas disparaître de sitôt. Par conséquent, les adolescents doivent être éduqués pour devenir des citoyens numériques compétents.

Trop souvent, il est facile pour les adolescents de se cacher derrière un écran d’ordinateur et de dire des choses blessantes. Se sentir anonyme ou isolé par l’ordinateur les amène souvent à faire et à dire des choses qu’ils ne feraient jamais en personne.

C’est pourquoi il est important que les parents et les enseignants enseignent aux enfants les règles de l’étiquette numérique. Ce n’est qu’alors que les injures et les rumeurs cesseront.

Bouton retour en haut de la page