Le lien entre les brimades et le harcèlement sexuel

Contents

Le harcèlement sexuel n’est pas une chose qui se produit uniquement sur le lieu de travail. Des recherches montrent que de nombreux collégiens sont victimes de harcèlement sexuel verbal et que ce comportement est lié à l’intimidation et a des racines qui commencent dès l’école primaire.

Harcèlement sexuel à l’école

Dorothy L. Espelage, experte en matière d’intimidation et de violence des jeunes, est professeur de psychologie à l’université de Floride. Elle a dirigé une étude sur cinq ans qui a suivi 1 300 enfants de l’Illinois, du collège au lycée, afin d’examiner les facteurs de risque associés aux brimades et au harcèlement sexuel. L’étude a été publiée en décembre 2016 dans la revue Children and Youth Services Review .

L’étude a révélé que 43 % des élèves du collège ont déclaré avoir été victimes de harcèlement sexuel verbal (y compris des commentaires, des blagues et des gestes à caractère sexuel) au cours de l’année écoulée.

Quelques autres points forts de l’étude :

  • Les élèves de cinquième et de sixième année qui intimident utilisent souvent un langage homophobe comme « gay » ou « pédé », surtout lorsqu’ils pensent qu’un enfant ne montre pas assez de comportements stéréotypés de son sexe (une fille étant féminine ou un garçon étant masculin). Lorsque cela se produit, explique le Dr Espelage, le terrain est propice au harcèlement sexuel, et les enfants qui se font traiter de la sorte se retournent souvent et harcèlent sexuellement d’autres enfants pour prouver qu’ils ne sont pas gays.
  • Jusqu’à 25 % des enfants ont déclaré avoir été forcés à embrasser quelqu’un et même avoir été agressés sexuellement, et 21 % des élèves ont déclaré avoir été touchés, saisis ou pincés de manière sexuelle. Près d’un enfant sur cinq, soit 18 %, a déclaré que d’autres enfants les avaient frôlés de manière suggestive.
  • Les étudiants ont déclaré que leurs parties intimes avaient été touchées sans leur consentement et ont déclaré avoir été « déshabillés », c’est-à-dire que quelqu’un avait baissé leur pantalon ou leur short en public.
  • Environ 14 % des enfants ont déclaré avoir été la cible de rumeurs sexuelles, et 9 % ont déclaré avoir été victimes de graffitis sexuellement explicites dans les vestiaires ou les salles de bains des écoles.
A lire :  Comprendre les victimes de brimades

Ce que les parents peuvent faire pour protéger leurs enfants contre le harcèlement sexuel et les brimades

  • Regardez avec qui ils traînent. « Surveillez, supervisez et connaissez les parents des amis de votre enfant », dit le Dr Espelage. Parlez à vos enfants de la manière de traiter les gens et de ce qui est respectueux ou non.
  • Commencez à parler du harcèlement sexuel dès le début. Bien avant qu’une personne ne harcèle sexuellement un employé ou un collègue de travail, cette personne apprend des pensées et des comportements nuisibles au lycée, au collège et à l’école primaire. « Les écoles sont un terrain fertile pour le harcèlement des femmes », déclare le Dr Espelage. « Ce que nous voyons à l’université commence de la maternelle à la douzième année. »
  • Continuez la conversation. Ce n’est pas un sujet de conversation unique. Assurez-vous de saisir chaque occasion dans votre vie quotidienne pour enseigner aux enfants le respect et les préjugés sexistes. Lorsque vous passez une annonce montrant une femme en tenue légère utilisée pour vendre un produit, parlez de la façon dont cela peut être un message nuisible et demandez à votre enfant de réfléchir à des questions telles que pourquoi les hommes ne sont pas autant montrés de cette façon ou pourquoi les femmes ont tendance à être jugées davantage sur leur apparence que sur leur identité. Discutez régulièrement de la façon dont les gens devraient être perçus en fonction de leurs talents et de leurs capacités et de la force de leur caractère (s’ils sont gentils ou s’ils font du bénévolat ou de l’aide aux autres) plutôt que de leur apparence ou de leurs vêtements.
  • Faites réfléchir les enfants à leur « tatouage numérique ». Rappelez constamment aux enfants que ce qu’ils publient sur Facebook, Instagram ou d’autres sites de médias sociaux est éternel, comme un tatouage numérique, explique le Dr Espelage. Rappelez à votre enfant de ne pas publier des choses comme des photos à moitié nues ou des blagues de nature sexuelle ou d’intimidation. « Même les bons enfants peuvent avoir des problèmes lorsqu’ils acceptent quelque chose, même s’ils sont mal à l’aise parce qu’ils veulent être populaires », explique le Dr Espelage. « L’enjeu est important maintenant ; si les enfants ont des ennuis, c’est grave car cela peut être un crime. Il y a une conséquence, même pour les blagues ».
  • Parlez à votre école. Si votre enfant a été la cible de brimades ou de harcèlement sexuel ou en a été témoin dans son école, parlez-en aux enseignants et aux administrateurs. L’une des conclusions les plus surprenantes de cette recherche est que de nombreux enfants ont rejeté ce qu’ils ont vécu comme n’étant pas grave, même lorsqu’ils ont décrit ces incidents comme étant bouleversants. Selon le Dr Espelage, cette attitude est probablement due en partie au fait que les responsables de l’école n’ont pas abordé la question du harcèlement sexuel dans le cadre des programmes de prévention des brimades. Cette étude souligne l’importance de faire de la prévention du harcèlement sexuel une partie du débat national sur les brimades.
  • N’ayez pas peur d’être différent des autres parents. Il y a de fortes chances que de nombreux parents ne parlent pas assez avec leurs enfants de choses comme les préjugés sexistes et le harcèlement sexuel. « Si votre enfant vous dit que les autres parents ne font pas ça, alors vous faites quelque chose de bien », explique le Dr Espelage.
A lire :  Choses surprenantes que les parents ne savent pas sur les brimades

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!