6 Conséquences de l’expérience des victimes d’intimidation

Même s’il existe différents types d’enfants qui pratiquent l’intimidation, les plus perplexes sont peut-être les victimes d’intimidation. Non seulement ils sont victimes d’intimidation, parfois impitoyable, mais ils en intimident aussi d’autres. La plupart des gens supposeraient qu’une victime d’intimidation aurait plutôt de l’empathie pour les autres et n’infligerait pas de douleur aux plus faibles. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Comprendre les victimes de brimades

Les victimes de brimades sont souvent nées après avoir été victimes de brimades répétées. Elles tentent donc de retrouver un sentiment de pouvoir dans leur vie. Les victimes qu’elles ciblent sont généralement plus vulnérables qu’elles, ce qui leur permet de se sentir puissantes et en contrôle.

De plus, les victimes de brimades sont plus fréquentes que vous ne le pensez. En fait, un grand nombre de brutes ont également été victimes elles-mêmes. Les brimades infligées à d’autres enfants sont un moyen pour eux de se venger de la douleur qu’ils ont ressentie.

D’autres fois, les victimes d’intimidation viennent de foyers remplis de violence domestique. Elles peuvent aussi être victimes de mauvais traitements de la part d’un frère ou d’une sœur plus âgé(e). Dans ces cas, le harcèlement est un comportement acquis.

En outre, la plupart des victimes de brimades sont généralement des solitaires ou se trouvent au bas de l’échelle sociale à l’école. Ce fait contribue au sentiment d’impuissance et de colère de la victime de l’intimidation. En conséquence, elles semblent souvent hostiles, ce qui les maintient dans une position de faible statut social et perpétue le cycle de l’intimidation.

A lire :  Différences entre intimidation et bizutage

Les recherches suggèrent que leur comportement d’intimidation et la fréquence à laquelle les victimes d’intimidation sont ciblées par d’autres intimidateurs conduisent à l’isolement social.

Les conséquences qu’ils subissent

Il n’est pas facile d’être à la fois un tyran et une victime. Par conséquent, il n’est pas surprenant que les victimes d’intimidation souffrent souvent beaucoup. Voici six façons dont les victimes d’intimidation sont touchées.

Souffrir d’un stress psychologique

Par rapport aux autres types de brutes et aux victimes plus passives, les victimes de brutes souffrent davantage de stress émotionnel que tout autre type de brute ou de victime. Elles souffrent également davantage d’anxiété, de dépression et de solitude. Par conséquent, elles peuvent être plus exposées à des problèmes émotionnels tels que la psychose, la toxicomanie et le trouble de la personnalité antisociale.

Avoir du mal à s’intégrer

Les victimes d’intimidation ont souvent plus de mal à s’intégrer socialement que leurs pairs. Elles sont également moins coopératives et moins sociables que leur entourage. De plus, elles ont plus de chances d’être évitées par leurs pairs. La plupart du temps, les victimes d’intimidation semblent être des solitaires car elles ont souvent peu ou pas d’amis.

Lutte à l’école

Certaines recherches suggèrent que les brutes qui ont également été victimes de brimades sont plus susceptibles de ne pas se sentir en sécurité à l’école. Ils sont également plus susceptibles de penser qu’ils n’ont pas leur place ou qu’ils ne s’intègrent pas. Par conséquent, ces enfants ont souvent du mal à respecter les règles de la classe.

A lire :  Comment repérer les 6 signes d'une fille méchante

Ils sont également moins engagés dans leurs études en raison du bouleversement émotionnel qu’ils subissent du fait d’être à la fois une victime et un tyran.

Lutter contre les émotions

Souvent, les victimes d’intimidation peuvent involontairement inciter les enfants à les malmener à nouveau parce qu’ils réagissent intensément aux injures, aux comportements menaçants et aux conflits en s’acharnant. Parce qu’ils ont du mal à gérer leurs émotions, à contrôler leur colère et à gérer leur frustration, ils sont souvent prédisposés à être intimidés encore et encore. Ils se retournent alors et infligent des souffrances aux autres, et le cycle continue de se répéter.

Réagir au stress de manière agressive

Comme ces enfants ont été victimes de nombreuses brimades et réagissent souvent de manière agressive, les chercheurs ont constaté que les victimes de brimades sont plus susceptibles que les autres de porter des armes. Ils pourraient également croire qu’il est acceptable d’apporter un couteau ou une arme à l’école.

De plus, ces enfants ont un manque général de confiance dans la bonté des autres et semblent plus tendus dans leurs relations. Par exemple, une victime d’intimidation vit dans un état de conscience accrue, attendant qu’une autre personne l’attaque ou l’intimide, et se préparant à réagir avec agressivité. Cela les fait paraître sur la défensive, hostiles et inamicales et les isole davantage des autres à l’école.

Conséquences des deux expériences

Les victimes d’intimidation subissent souvent les mêmes effets que les autres victimes. Par exemple, elles peuvent souffrir de dépression, d’anxiété, de troubles alimentaires et de stress post-traumatique. Elles peuvent même envisager le suicide. De même, elles sont confrontées à tous les dangers et facteurs de risque que connaissent les brimades.

A lire :  5 mythes sur les victimes de brimades

Si vous avez des pensées suicidaires, contactez la National Suicide Prevention Lifeline à l’adresse 1-800-273-8255 pour obtenir le soutien et l’assistance d’un conseiller qualifié. Si vous ou un de vos proches êtes en danger immédiat, appelez le 911.

Un mot de Troovez.com

Globalement, être à la fois un tyran et une victime n’est pas une situation facile pour un adolescent. Si votre enfant est à la fois un tyran et une victime, il est important que vous trouviez un conseiller ou un autre expert pour l’aider à gérer les émotions contradictoires qui entourent sa situation.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!