Amon, le Dieu créateur dont la suprématie a dépassé l’Égypte

Le monde des anciens Egyptiens était divers et énigmatique, rempli d’innombrables merveilles et de croyances qui étaient étroitement liées à la nature qui les entourait. Le vaste panthéon égyptien présente un intérêt particulier : des centaines et des centaines de dieux et de déesses, d’esprits protecteurs et d’animaux gardiens ont formé un énorme réseau de divinités.

Mais comme pour tous les panthéons, il y a ces dieux qui se tiennent au-dessus des autres – dieux créateurs, porteurs de vie, et rois au-dessus de tous les autres. Et l’un de ces dieux était Amon. Il était le roi des dieux, le créateur de la vie, et il a toujours été l’une des principales divinités de l’Égypte ancienne. À part l’Ogdoad d’Héliopolis, il était assis tout en haut du panthéon. Aujourd’hui, nous donnons vie aux détails d’Amon, en essayant de comprendre la croyance et le respect des Égyptiens pour ce puissant porteur de vie.

Les premières formes d’Amon

Dans l’immensité du panthéon égyptien, qui compte plus de 1 500 divinités, Amon se distingue comme l’un des dieux les plus importants et les plus puissants. Dans les anciennes croyances égyptiennes, Amon faisait à l’origine partie de l’Ogdoad, un groupe de huit divinités primordiales. Amon a émergé de l’abîme aqueux primordial, appelé Nu, ou Nun, et a créé le monde à partir de celui-ci, et est en tant que tel un dieu créateur.

Les représentations d’Amon étaient presque toujours les mêmes, dans leur forme originale. Il est présenté comme un grand homme, avec une barbe pointue et pharaonique et portant deux grands panaches sur la tête. Dans ses mains, il tient le sceptre et l’ankh. Le sceptre était utilisé pour afficher la domination et le pouvoir, tandis que l’ankh symbolise la vie.

Représentation typique du dieu égyptien Amon. (Jeff Dahl / CC BY-SA 4.0)

Représentation typique du dieu égyptien Amon. (Jeff Dahl / CC BY-SA 4.0 )

Le nom d’Amon était en égyptien ancien écrit en jmn, et il était translittéré sous de nombreuses formes, généralement en Ammon, Amoon, Amun ou Hammon. Ce nom est traduit par « invisible », ou « le caché », ce qui souligne la nature mystérieuse et énigmatique d’Amon. Il est également lié à la facette du dieu invisible de l’air et du vent, ou à son rôle de celui qui a émergé des eaux primordiales, comme il a été représenté plus tard avec une peau bleue pour le symboliser.

Comme beaucoup de dieux de l’Ogdoad, Amon avait une compagne. C’était sa femme, Amaunet, une déesse primordiale. Dans l’ancienne croyance égyptienne, il est probable qu’Amaunet n’était pas une divinité en soi, mais plutôt un visage différent d’Amon lui-même, un complément dualiste à son rôle dans le panthéon. Malgré cela, certains textes importants des pyramides mentionnent Amon et Amaunet ensemble, par exemple le texte de la pyramide de 446 avant J.-C., qui déclare

« O Amon et Amunet ! Paire de dieux, qui ont rejoint les dieux avec leur ombre ! »

Au cours de la longue histoire de l’Égypte, son culte s’est développé et a évolué, et nous pouvons donc voir Amon représenté sous plusieurs formes distinctes à côté de son habituelle forme humaine. L’une d’entre elles est l’oie. Elle vaut à Amon l’épithète de « grand cri » et le relie à l’oie primordiale, celle qui a pondu « l’œuf du monde » et dont le cri a été le premier son. Une autre forme était le Kematef (Celui qui a accompli son moment), un serpent à tête de bélier, ou le Kamutef (Le taureau de sa mère), un lion à tête de bélier.

Une autre forme d’Amon bien attestée est celle du criosphinx, un sphinx à tête de bélier. Cela le reliait à la fertilité. À d’autres moments, il était représenté comme un lion, un singe, un humain avec une tête de grenouille, etc.

Statues d’Amon en forme de bélier au temple de Karnak à Louxor, en Égypte. Crédit : Joanna Gillan

Le culte d’Amon s’est développé

Historiquement, Amon n’a pas toujours été adoré en Egypte. Son culte a pris de l’importance avec les développements politiques en cours. L’un des premiers événements qui a rendu Amon encore plus populaire s’est produit vers la XIe dynastie (environ 2130-1990 av. J.-C.). La dynastie qui venait de Thèbes (connue sous le nom de Waset par les anciens Egyptiens) a mis en avant ses divinités préférées, dont le chef était Amon.

Les noms historiques de certains pharaons et souverains, qui ont souvent intégré le nom d’Amon dans le leur, par exemple le fondateur de la 12e dynastie (1991-1802 avant J.-C.), appelé Amenemhe (« Dieu Amon est le premier »), en donnent une bonne idée.

Plus tard, lorsque la 17e dynastie royale thébaine a enfin chassé les conquérants Hyksos hors d’Égypte, leur victoire a été dédiée à Amon, le dieu suprême, et sa popularité a de nouveau augmenté.

Plusieurs temples monumentaux clés ont été érigés à la gloire d’Amon, à différents endroits et à différentes étapes de l’histoire égyptienne. Parmi eux, les trois temples les plus importants. L’un d’entre eux était le célèbre temple de Karnak. Ce magnifique complexe est considéré comme le plus grand complexe de temples jamais construit par l’homme. Et la pièce centrale de ce complexe est le grand temple d’Amon. La voie de procession du temple d’Amon est bordée de nombreux criosphinx.

Grand temple d'Amon, Karnak, Égypte. (Anton / Adobe stock)

Grand temple d’Amon, Karnak, Égypte. ( Anton / Adobe stock)

Un autre temple était celui de l’actuel Deir el-Medina . Il est situé sur la rive ouest du Nil, de l’autre côté de Thèbes, et tout près de la célèbre Vallée des Rois. Il a été construit par Ramsès II. Le troisième temple important est le temple de Louxor, construit à l’origine vers 1400 avant J.-C. et situé au cœur même de la Thèbes antique. Ici, Amon avait une autre facette, étant nommé Amenemope – ou Amon d’Opet.

Les pylônes et l’obélisque du temple de Louxor. Crédit : Ioannis Syrigos

La plus grande crise

L’une des pages uniques de l’histoire de l’Égypte ancienne était directement liée au culte d’Amon, et c’est à cette époque que le culte de cette divinité a connu sa plus grande crise. Cette période, connue sous le nom d’hérésie athée, a débuté sous la première dynastie du Nouvel Empire (le 18e de l’Égypte ancienne). Elle s’est produite lorsque le pharaon Akhenaton (Amenhotep IV) a tenté de diminuer le pouvoir croissant du temple d’Amon et de ses prêtres, en basant son culte religieux uniquement sur Aton, une divinité symbolisée par le disque solaire. Le nom d’Akhenaton signifie même efficace pour Aton.

Il a procédé à la défiguration de nombreuses divinités anciennes et a essentiellement construit une religion monothéiste basée sur le culte d’Aton. L’hérésie a pris fin avec la mort du pharaon Akhenaton, et son nom a été rapidement rayé des registres, et tous ses changements ont été annulés. Son fils et héritier, qui s’appelait Toutankhaten (image vivante d’Aton), fut persuadé de changer son propre nom en Toutankhamon (image vivante d’Amon).

Masque du pharaon Toutankhamon. (Dieter Hawlan / Adobe stock)

Masque du pharaon Toutankhamon. ( Dieter Hawlan / Adobe stock)

Sauveur de l’Égypte, vainqueur des Hyksos

Ce dieu a atteint sa plus haute signification après que les envahisseurs Hyksos aient été chassés, et lorsque sa forme a été amalgamée avec la divinité solaire Ra, et il est ainsi devenu connu sous le nom d’Amon-Ra, ou Amon-Re. Outre Osiris, Amon-Rê est la divinité égyptienne la plus souvent citée. Dans cette forme, il est mentionné comme étant le :

« Seigneur de la vérité, père des dieux, créateur des hommes, créateur de tous les animaux, seigneur des choses qui sont, créateur du bâton de la vie. ”

Sa forme a été représentée avec le cercle solaire de Râ, et de nombreuses stèles votives le décrivent comme un dieu vénéré et protecteur des pauvres et des malheureux. C’est l’une des raisons pour lesquelles il a été glorifié pour l’expulsion des envahisseurs Hyksos, alors que les Égyptiens se considéraient comme malheureux, et soulagé par Amon. Une telle inscription votive pour les pauvres n’est qu’un exemple de nombreux écrits similaires :

« Amon, qui vient à la voix du pauvre dans la détresse, qui donne un souffle à celui qui est malheureux. Tu es Amon, le Seigneur du silence, qui vient à la voix du pauvre ; quand je t’appelle dans ma détresse, tu viens me sauver… Si le serviteur était disposé à faire le mal, le Seigneur est disposé à pardonner. Le Seigneur de Thèbes ne passe pas un jour entier dans la colère ; sa colère passe en un instant ; il n’en reste pas un seul. Son souffle nous revient dans la miséricorde… Que votre kꜣ (ancien égyptien pour l’âme) soyez bon ; pardonnez ; cela ne se reproduira plus… »

Une autre forme amalgamée d’Amon est celle d’Amon-Min, sa symbiose avec Min, le dieu de la fertilité. En tant qu’Amon-Min, la forme affichée était en grande partie celle de Min – un homme au visage noir couvert d’un linceul blanc et au phallus droit, tenant un fléau qui symbolise la domination. L’aspect d’Amon était l’ajout de grands panaches sur sa tête. Sous cette forme, Amon reçut une autre épithète – Kamutef, ou taureau de sa mère, dont la forme était représentée sur tous les grands temples.

La représentation du momiforme Amun-Min-Kamutef avec un phallus en érection fait allusion à son rôle de dieu de la fertilité. Son bras droit est levé dans un geste de réjouissance, au 7e siècle avant J.-C. (Musée d'art Walters / Domaine public)

La représentation du momiforme Amun-Min-Kamutef avec un phallus en érection fait allusion à son rôle de dieu de la fertilité. Son bras droit est levé dans un geste de réjouissance, au VIIe siècle avant J.-C. (Musée d’art Walters / Domaine public )

L’Amon se propage plus loin

Le culte d’Amon s’est étendu à d’autres endroits en dehors des frontières de l’Égypte, et il est devenu vénéré par de nombreuses cultures différentes – à certains endroits encore plus ardemment qu’en Égypte. La Nubie et son royaume de Koush, où une forme d’Amon est devenue une divinité nationale, en sont de bons exemples. Il y était connu sous les noms d’Amane et d’Amani, et avait un culte très répandu avec des centres sacerdotaux à Méroé et à Nobatia.

En fait, tout le système du royaume a été décidé par un oracle d’Amon. Cet oracle était apparemment en contact avec le dieu, et pouvait décider de questions de la plus haute importance, comme le choix des dirigeants, les guerres et les expéditions militaires exigeantes, et même ordonner aux rois de se suicider, comme l’a mentionné Diodore de Sicile .

Un autre lieu de culte important d’Amon était l’oasis de Siwa, connue sous le nom de « champ d’arbres » par les anciens Egyptiens, qui se trouve entre la dépression du Qattara et la grande mer de sable dans le désert libyen, à 50 km à l’est de la frontière libyenne. C’est là que se dressait un temple solitaire à Amon avec un seul oracle. Au cours de la 26e dynastie, une nécropole a également été établie ici, ce qui signifie son importance en tant que lieu saint.

L'oasis de Siwa à l'époque moderne. (sulaiman / Adobe stock)

L’oasis de Siwa à l’époque moderne. ( sulaiman / Adobe stock)

La colonie grecque voisine en Libye, Cyrène, est également entrée en contact avec ce temple solitaire vers le 7ème siècle avant JC, et l’écrivain grec Hérodote a mentionné que l’Amon était exposé sous la forme d’un bélier, ce qui signifie sa fertilité et relie peut-être cela à la fertilité d’une oasis au milieu du désert.

La Grèce antique vénérait également la divinité avec beaucoup de zèle, comme Ammon, ou Zeus Ammon. Il est mentionné que les peuples de Cyrène et de Sparte se rendaient tous deux à l’oasis de Siwa et y consultaient l’oracle plus que tout autre citoyen grec. Avec le temps, il reçut lui aussi une forme amalgamée, connue sous le nom de Zeus Ammon, et combinée avec la principale déité grecque Zeus. Sous cette forme, il avait la représentation humaine classique de Zeus, bien qu’avec des cornes de bélier.

Il est intéressant de noter que plusieurs mots grecs importants dérivent du nom d’Amon. Les principaux exemples sont des mots tels que ammoniaque et ammonite. Le chlorure d’ammonium était connu sous le nom de sal ammoniacus – sel d’Amon, car il a été collecté principalement en Libye ancienne, près du temple de Jupiter-Amon. En outre, une partie de notre cerveau, appelée hippocampe proprement dit, est également connue sous le nom de cornu ammon, « cornes d’Amon », en raison de l’aspect de ses cornes.

Amon était très révéré par les Grecs, à tel point que même Alexandre le Grand entra en contact avec cette divinité lorsqu’il se rendit à l’oracle solitaire de Siwa, après la bataille d’Issus. Certains disent qu’il a réussi à atteindre l’oasis après avoir suivi les oiseaux à travers le désert. L’oracle solitaire lui a dit qu’il était une personne divine, et un pharaon légitime de l’Égypte, et le fils d’Amon. Certains érudits affirment qu’Alexandre se considérait ensuite comme divin.

Reconstruction du monument de l'oasis de Siwa où Alexandre le Grand s'est rendu. (Liana Souvaltzi)

Reconstruction du monument de l’oasis de Siwa où Alexandre le Grand s’est rendu. ( Liana Souvaltzi )

Sur les traces des dieux

Même si le culte d’Amon a été important jusqu’à la 20e dynastie, et que son culte sacerdotal était parfois très puissant, le culte d’Amon a commencé à s’affaiblir progressivement, surtout après les troubles sociaux qui ont suivi la 20e dynastie, et qui ont duré environ de 1190 à 1077 avant J.-C. La Basse et la Haute Egypte se sont à nouveau divisées, et Thèbes a perdu de son importance, et avec elle la principale divinité de la ville, Amon.

Pourtant, le culte d’Amon est resté à son apogée avec les rois de Nubie, qui le révèrent longtemps après. Mais dans le reste de l’Égypte, Amon était vénéré avec beaucoup moins de zèle et fut quelque peu dépassé par les cultes d’Isis et d’Osiris.

Amon et son culte donnent un aperçu crucial des croyances religieuses complexes des anciens Egyptiens, mais aussi des événements sociopolitiques qui ont marqué son histoire. De la Nubie à l’Égypte, ce dieu important a trouvé sa voie, et a renforcé le cœur et la foi des nécessiteux et des pieux, devenant le protecteur des pauvres et le gardien des opprimés.

Image du haut : Fragment de l’allée des sphinx dans le temple de Karnak, Louxor, Égypte. L’image d’un sphinx avec une tête de bélier était une représentation courante du dieu Amon et cela le reliait à la fertilité. Source : Anton / Adobe stock

Par Aleksa Vučković

Références :

Assmann, J. 2001. La recherche de Dieu dans l’Égypte ancienne. Cornell University Press. Assmann, J. 1995. La religion solaire égyptienne dans le Nouvel Empire : Re, Amun, and the crisis of Polytheism. Routledge. Inconnu. Amon. Encyclopédie du Nouveau Monde. [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://www.newworldencyclopedia.org/entry/Amun

.

Bouton retour en haut de la page