Comment la pression des pairs mène à l’intimidation

Les adolescents sont influencés chaque jour par leurs pairs. En fait, chaque fois que votre préadolescent ou votre adolescent passe du temps avec ses pairs, il est influencé. Même s’ils ne s’en rendent pas compte, le simple fait de passer du temps ensemble leur permet d’apprendre les uns des autres. Parfois, l’influence des pairs peut être positive, par exemple en s’encourageant mutuellement à essayer de nouvelles choses ou à sortir de leur zone de confort de manière positive. Mais la pression des pairs peut aussi être négative, surtout lorsqu’elle est liée à la drogue, à la consommation d’alcool et même au harcèlement.

Comment l’intimidation commence avec la pression des pairs

La pression des pairs est une pression exercée par les autres pour qu’ils se conforment aux comportements, aux attitudes et aux habitudes personnelles d’un groupe ou d’une clique. Il arrive que les enfants d’une clique fassent pression sur d’autres enfants pour qu’ils participent à des brimades. Ces brimades peuvent aller de l’envoi de notes méchantes et d’insultes au sabotage de la relation d’une autre personne par des commérages, des mensonges et des rumeurs. En fait, beaucoup d’agressions relationnelles et de cyberintimidation impliquent une pression des pairs.

D’autres fois, les préadolescents et les adolescents ressentiront une pression interne pour faire des choses qu’ils pensent que leurs pairs font. Par exemple, certains enfants participent à des sextos parce qu’ils pensent que tous les autres le font aussi. En d’autres termes, la pression des pairs pousse les enfants à faire des choses qu’ils ne feraient pas autrement, dans l’espoir de s’intégrer ou d’attirer l’attention.

A lire  Comment repérer le fléau de votre enfant

En matière de harcèlement, les pressions exercées pour intimider les autres commencent souvent par une mentalité de groupe et sont particulièrement répandues en ligne. Souvent, les enfants font pression sur les autres ou les encouragent à se livrer à des actes de cyberintimidation. Il peut s’agir de pressions pour participer à des listes de haine en ligne ou à des publications dans les médias sociaux.

Pourquoi les enfants cèdent à la pression de leurs pairs

En général, lorsque les enfants cèdent à la pression de leurs pairs, c’est parce qu’ils veulent être aimés ou s’intégrer. Ils craignent que s’ils n’acceptent pas le groupe ou la clique, les autres enfants se moquent d’eux. Par conséquent, le harcèlement est parfois un acte d’auto-préservation. Les enfants ont peur que s’ils n’excluent pas les autres, ne participent pas aux commérages, ne répandent pas de rumeurs et ne se moquent pas des autres, ils seront eux aussi ostracisés ou tourmentés par les brimades.

En outre, certains enfants acceptent l’idée que « tout le monde le fait » et se sentent souvent, à tort, moins responsables des brimades lorsqu’elles sont faites en groupe. Avec ce type de mentalité de groupe, les enfants laissent souvent leur meilleur jugement et leur bon sens derrière eux. Par conséquent, ils n’éprouvent pas autant de remords qu’ils le feraient autrement.

Comment les parents peuvent aider leurs enfants à faire face à la pression de leurs pairs

Lorsqu’il s’agit de la pression des pairs, les parents ont souvent l’impression de mener une bataille perdue d’avance. Mais en réalité, les parents ont beaucoup plus d’influence qu’ils ne le pensent. Bien que les préadolescents et les adolescents s’éloignent à cet âge et tentent d’affirmer leur indépendance, ils ont encore beaucoup besoin de leurs parents. Ne manquez donc pas l’occasion d’intervenir.

A lire  15 façons de savoir si quelqu'un vous éclaire au gaz

Parlez à vos enfants. Essayez de comprendre les pressions qu’ils subissent. Interrogez-les sur les pressions qu’ils ressentent pour s’engager dans une agression relationnelle, la cyberintimidation et d’autres formes d’intimidation. Plus vous serez en contact avec vos enfants au sujet des brimades, plus vous serez en mesure d’avoir une influence positive. Donnez à vos enfants des idées sur la façon de réagir à la pression de leurs camarades. Et assurez-vous qu’ils ont une solide estime de soi, des capacités d’affirmation de soi et des aptitudes sociales. Ces caractéristiques aident les enfants à réagir de manière positive à la pression de leurs camarades.

Établir des règles et des conséquences en matière de harcèlement et les appliquer.

Si vous avez pour politique de ne pas intimider les autres et que vous découvrez que votre enfant est un tyran – même s’il a subi des pressions – vous devez prendre des mesures disciplinaires. Si vous ne le faites pas, votre enfant supposera que les règles ne s’appliquent pas ou qu’elles ne sont pas très importantes. En conséquence, le harcèlement peut s’intensifier au point de devenir incontrôlable ou de nuire gravement à une autre personne. N’oubliez pas que le fait de détourner le regard ne fait que nuire à votre enfant en fin de compte.

Un mot de Troovez.com

Comprenez bien que, quelle que soit la qualité de vos parents, votre préadolescent ou votre adolescent fera de temps en temps des bêtises. Au lieu de crier ou de critiquer, aidez-les à assumer la responsabilité de leurs actes. Par exemple, s’ils ont été grossiers avec une autre personne, demandez-lui de s’excuser. Ou s’ils ont couvert un casier de graffitis blessants, faites-les nettoyer. Il s’agit de s’assurer qu’ils s’excusent pour l’intimidation. De plus, résistez à l’envie de qualifier votre enfant de tyran. Encouragez-le plutôt à mettre fin à l’intimidation et à se montrer gentil, empathique et respectueux. Cela peut prendre du temps, mais avec votre aide, votre enfant peut apprendre à prendre de meilleures décisions, même lorsqu’il est soumis à la pression de ses camarades.

A lire  6 Conséquences de l'expérience des victimes d'intimidation
Bouton retour en haut de la page