Les 100 meilleures citations d’Anaïs Nin

Vous cherchez les meilleures citations d’Anaïs Nin ? Vous êtes au bon endroit. Nous avons établi une liste des 100 meilleures citations populaires.

100 meilleures citations d’Anaïs Nin

1. « Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes. »

2. « De bonnes choses arrivent à ceux qui bousculent. »

3. « La vie se rétrécit ou s’élargit en fonction du courage de chacun. »

4. « L’obstacle est devenu son alibi pour la faiblesse. »

5. « Lancez vos rêves dans l’espace comme un cerf-volant, et vous ne savez pas ce qu’il vous rapportera, une nouvelle vie, un nouvel ami, un nouvel amour, un nouveau pays ».

6. « Nous ne voyons pas les gens tels qu’ils sont. Nous voyons les gens tels qu’ils sont. »

7. « Chaque ami représente un monde en nous, un monde qui ne naît qu’à son arrivée, et ce n’est que par cette rencontre qu’un nouveau monde naît ».

8. « La vie personnelle profondément vécue s’étend toujours dans des vérités qui la dépassent ».

9. « Nous allons sur la lune qui n’est pas très loin. L’homme a tellement plus de chemin à faire en lui-même. »

10. « Je hais rarement, mais quand je hais, je hais de façon meurtrière. »

11. « Je ne veux pas vraiment devenir normal, moyen, standard. Je veux simplement gagner en force, en courage pour vivre plus pleinement ma vie, en profiter davantage, en faire l’expérience. Je veux développer des traits de caractère encore plus originaux et non conventionnels ».

12. « C’est un signe de grande insécurité intérieure que d’être hostile à l’inconnu. »

13. « Je n’ai pas de freins, l’analyse est pour ceux qui sont paralysés par la vie. »

14. « Quand on fait semblant, tout le corps se révolte. »

15. « Je veux t’aimer follement. Je ne veux pas de mots, mais des cris inarticulés, dénués de sens, du fond de mon être le plus primitif, qui coulent de mon ventre comme du miel. Une joie perçante, qui me laisse vide, conquise, réduite au silence. »

16. « Le secret de la joie est la maîtrise de la douleur. »

17. « Ne cherchez pas le parce que – en amour, il n’y a pas de parce que, pas de raison, pas d’explication, pas de solutions. »

18. « La vie est un cercle complet, qui s’élargit jusqu’à rejoindre les mouvements circulaires de l’infini. »

19. « Les rêves sont nécessaires à la vie. »

20. « Je suis seul, mais tout le monde ne le fera pas. Je ne sais pas pourquoi, certaines personnes comblent les lacunes et d’autres soulignent ma solitude ».

21. « Il y a deux façons de me joindre : par des baisers ou par l’imagination. Mais il y a une hiérarchie : les baisers seuls ne fonctionnent pas ».

22. « Dans le chaos, il y a la fertilité. »

23. « Se suicider est facile. Vivre sans dieu est plus difficile. L’ivresse du triomphe est plus grande que l’ivresse du sacrifice. »

24. « Je peux élire quelque chose que j’aime et m’y absorber. »

25. « Quand les autres me demandaient la vérité, j’étais convaincu que ce n’était pas la vérité qu’ils voulaient, mais une illusion avec laquelle ils pouvaient supporter de vivre. »

26. « Je suis agité. Les choses m’appellent au loin. Les étoiles me tirent à nouveau les cheveux. »

27. « La nature nous forme pour nous-mêmes, pas pour les autres ; pour être, pas pour paraître. »

28. « Si une personne continue à voir des géants, cela signifie qu’elle regarde toujours le monde avec les yeux d’un enfant. »

29. « Il n’y a que deux sortes de liberté dans le monde : la liberté des riches et des puissants, et la liberté de l’artiste et du moine qui renonce à ses biens. »

30. « Comme le désir va toujours vers ce qui est notre opposé direct, il nous oblige à aimer ce qui nous fera souffrir. »

31. « Il y a une perfection dans tout ce qui ne peut être possédé. »

32. « Pour toi et pour moi, le moment le plus élevé, la joie la plus vive, n’est pas quand notre esprit domine mais quand nous perdons notre esprit, et toi et moi le perdons de la même façon, par amour. »

33. « L’idéalisme est la mort du corps et de l’imagination. Tout sauf la liberté, la liberté totale, c’est la mort. »

34. « Nous ne nous sommes pas touchés. Nous étions tous les deux penchés sur l’abîme. »

35. « Que puis-je faire de mon bonheur ? Comment puis-je le garder, le dissimuler, l’enterrer là où je ne le perdrai peut-être jamais ? Je veux m’agenouiller quand il tombe sur moi comme la pluie, le rassembler avec de la dentelle et de la soie, et le presser sur moi à nouveau ».

36. « Je vois d’énormes amours qui deviennent immenses et qui finissent par m’écraser. »

37. « La seule anomalie est l’incapacité d’aimer. »

38. « Je n’ai pris aucune résolution pour la nouvelle année. L’habitude de faire des projets, de critiquer, de sanctionner et de modeler ma vie est trop quotidienne pour moi ».

39. « La source de la puissance sexuelle est la curiosité, la passion. Vous regardez sa petite flamme mourir d’asphyxie. »

40. « Penser à lui au milieu de la journée me fait sortir de la vie ordinaire. »

41. « Je veux tomber amoureuse de telle manière que la simple vue d’un homme, même à un pâté de maisons de moi, me secoue et me transperce, m’affaiblit, me fait trembler et m’adoucit et fond. »

42. « Certaines personnes lisent pour confirmer leur propre désespoir. D’autres lisent pour en être sauvées. »

43. « Tu es la seule femme qui ait jamais répondu aux exigences de mon imagination. »

44. « Ce matin, une feuille est passée par la fenêtre, comme si elle était soutenue par les rayons du soleil, un oiseau s’est installé sur l’escalier de secours, la joie de la tâche du café, la joie m’a accompagné dans ma marche.

45. « Parfois, nous nous révélons quand nous sommes le moins comme nous sommes. »

46. « Il existe de nombreuses façons d’être libre. L’une d’entre elles est de transcender la réalité par l’imagination, comme j’essaie de le faire. »

47. « La vie est un processus de devenir, une combinaison d’états que nous devons traverser. Là où les gens échouent, c’est qu’ils veulent élire un État et y rester. C’est une sorte de mort ».

48. « Nous voyageons, certains d’entre nous pour toujours, à la recherche d’autres états, d’autres vies, d’autres âmes. »

49. « Quelque chose naît toujours de l’excès : le grand art est né d’une grande terreur, d’une grande solitude, de grandes inhibitions, d’instabilités, et il les équilibre toujours ».

50. « Le véritable infidèle est celui qui ne fait l’amour qu’à une fraction d’entre vous. Et qui refuse le reste. »

51. « La musique fait fondre ensemble toutes les parties séparées de notre corps. »

52. « Et le jour est venu où le risque de rester serré dans un bourgeon était plus douloureux que le risque de s’épanouir. »

53. « Vous ne pouvez pas sauver les gens. Vous ne pouvez que les aimer. »

54. « L’amour ne meurt jamais d’une mort naturelle. Il meurt parce que nous ne savons pas comment le reconstituer. Il meurt d’aveuglement, d’erreurs et de trahisons. Il meurt de maladie et de blessures ; il meurt de lassitude, de flétrissement, de ternissure ».

55. « La vie n’est vraiment connue que de ceux qui souffrent, perdent, endurent l’adversité et trébuchent de défaite en défaite. »

56. « Qu’il est faux pour une femme d’attendre de l’homme qu’il construise le monde qu’elle veut, plutôt que de le créer elle-même ».

57. « Les gens qui vivent profondément n’ont pas peur de la mort. »

58. « Qu’y a-t-il de mal à ce qu’une femme attende de l’homme qu’il construise le monde qu’elle veut, plutôt que de le créer elle-même ? »

59. « Comme je sais bien avec quelle intensité brûlante vous vivez. Vous avez déjà vécu de nombreuses vies, dont plusieurs que vous avez partagées avec moi – des vies riches et pleines, de la naissance à la mort, et il vous suffit d’avoir ces périodes de repos entre les deux ».

60. « Nous écrivons pour goûter la vie deux fois, dans l’instant et avec le recul. »

61. « Le rêve était toujours devant moi. Le rattraper, vivre un instant à son unisson, c’était le miracle. »

62. « L’anxiété est le plus grand tueur d’amour. Elle fait ressentir aux autres ce que vous pouvez ressentir lorsqu’un homme qui se noie s’accroche à vous. Vous voulez le sauver, mais vous savez qu’il vous étranglera par sa panique. »

63. « Chaque contact avec un être humain est si rare, si précieux, qu’il faut le préserver ».

64. « Le luxe n’est pas une nécessité pour moi, mais les belles et bonnes choses le sont. »

65. « La réalité ne m’impressionne pas. Je ne crois qu’à l’intoxication, à l’extase, et quand la vie ordinaire m’enchaîne, je m’échappe, d’une manière ou d’une autre. Plus de murs. »

66. « Je ne suis responsable que de mon propre cœur, tu as offert le tien pour le fracasser, mon chéri. Seul un idiot donnerait un organe aussi vital. »

67. « Je déteste les hommes qui ont peur de la force des femmes. »

68. « Si vous ne respirez pas par l’écriture, si vous ne criez pas par écrit, ou si vous ne chantez pas par écrit, alors n’écrivez pas, car notre culture n’en a pas besoin ».

69. « Ce que je ne peux pas aimer, je l’ignore. Est-ce que c’est de la vraie amitié ? »

70. « C’est la fonction de l’art de renouveler notre perception. Ce que nous connaissons bien, nous ne le voyons plus. L’écrivain secoue la scène familière et, comme par magie, nous y voyons un nouveau sens ».

71. « Le monstre que je tue chaque jour est le monstre du réalisme. Le monstre qui m’attaque tous les jours est la destruction. Du duel naît la transformation. Je transforme la destruction en création encore et encore. »

72. « La possession de connaissances ne tue pas le sens de l’émerveillement et du mystère. Il y a toujours plus de mystère ».

73. « Les histoires sont le seul enchantement possible, car lorsque nous commençons à voir notre souffrance comme une histoire, nous sommes sauvés ».

74. « Mes idées ne viennent généralement pas sur mon bureau en écrivant, mais en vivant. »

75. « J’ai cessé d’aimer mon père il y a longtemps. Ce qui restait, c’était l’esclavage d’un modèle. »

76. « Nous ne nous développons pas de manière absolue, chronologique. Nous nous développons parfois dans une dimension, et pas dans une autre ; de manière inégale. Nous grandissons partiellement. Nous sommes relatifs. Nous sommes mûrs dans un domaine, enfantins dans un autre. Le passé, le présent et le futur se mêlent et nous tirent vers l’arrière, vers l’avant ou nous fixent dans le présent. Nous sommes constitués de couches, de cellules, de constellations ».

77. « Je retarde la mort en vivant, en souffrant, en commettant des erreurs, en risquant, en donnant, en perdant. »

78. « Le rôle d’un écrivain n’est pas de dire ce que nous pouvons tous dire, mais ce que nous sommes incapables de dire ».

79. « Les écrivains ne vivent pas une vie, ils en vivent deux. Il y a la vie et il y a l’écriture. Il y a la deuxième dégustation, la réaction retardée. »

80. « Il y a très peu d’êtres humains qui reçoivent la vérité, complète et stupéfiante, par illumination instantanée. La plupart d’entre eux l’acquièrent fragment par fragment, à petite échelle, par développements successifs, de façon cellulaire, comme une mosaïque laborieuse ».

81. « Lorsque vous rendez un monde tolérable pour vous-même, vous rendez un monde tolérable pour les autres ».

82. « Le corps est un instrument qui ne dégage de la musique que lorsqu’il est utilisé comme un corps. Toujours un orchestre, et de même que la musique traverse les murs, de même la sensualité traverse le corps et atteint l’extase ».

83. « L’âge ne vous protège pas de l’amour. Mais l’amour, dans une certaine mesure, vous protège de l’âge. »

84. « Ma première vision de la terre était de l’eau voilée. Je suis de la race des hommes et des femmes qui voient toutes choses à travers ce rideau de mer, et mes yeux sont de la couleur de l’eau. »

85. « L’ennemi d’un amour n’est jamais à l’extérieur, ce n’est pas un homme ou une femme, c’est ce qui nous manque en nous-mêmes. »

86. « Les rêves passent dans la réalité de l’action. De l’action découle à nouveau le rêve ; et cette interdépendance produit la forme de vie la plus élevée ».

87. « Il y a une perfection dans tout ce qui ne peut être possédé. »

88. « Notre vie est largement composée de rêves, de l’inconscient, et ils doivent être mis en relation avec l’action. Ils doivent être tissés ensemble. »

89. « La vérité est quelque chose qui ne peut pas être dit en quelques mots. Ceux qui simplifient l’univers ne font que réduire l’expansion de son sens. »

90. « Tu ne trouves pas l’amour, il te trouve. Ça a un peu à voir avec le destin, la fatalité et ce qui est écrit dans les étoiles. »

91. « Je ne veux pas être le leader. Je refuse d’être le chef. Je veux vivre dans l’obscurité et la richesse de ma féminité. Je veux un homme couché sur moi, toujours sur moi. Sa volonté, son plaisir, son désir, sa vie, son travail, sa sexualité : la pierre de touche, le commandement, mon pivot. Cela ne me dérange pas de travailler, de tenir mon terrain intellectuellement, artistiquement ; mais en tant que femme, oh, mon Dieu, en tant que femme, je veux être dominée. Ça ne me dérange pas qu’on me dise de me tenir debout, de ne pas m’accrocher, d’être tout ce que je suis capable de faire, mais je vais être poursuivie, baisée, possédée par la volonté d’un mâle à son époque, par ses enchères ».

92. « Si le bonheur est l’absence de fièvre, alors je ne connaîtrai jamais le bonheur. Car je suis possédé par une fièvre de la connaissance, de l’expérience et de la création ».

93. « Tout ce que je ne peux pas transformer en quelque chose de merveilleux, je le laisse aller. »

94. « Nous ne voyons pas le monde tel qu’il est, nous le voyons tel que nous sommes. »

95. « Seul le battement uni du sexe et du coeur peut créer l’extase. »

96. « La vie ordinaire ne m’intéresse pas. Je ne cherche que les moments forts. Je suis en accord avec les surréalistes, à la recherche du merveilleux. Je veux être un écrivain qui rappelle aux autres que ces moments existent, je veux prouver qu’il y a un espace infini, un sens infini, une dimension infinie. Mais je ne suis pas toujours dans ce que j’appelle un état de grâce. J’ai des jours d’illuminations et de fièvres. J’ai des jours où la musique dans ma tête s’arrête. Puis je répare des chaussettes, j’élague des arbres, je coupe des fruits, je polis des meubles. Mais pendant que je fais cela, j’ai l’impression de ne pas vivre ».

97. « Je me réserve le droit d’aimer beaucoup de gens différents à la fois, et de changer souvent de prince. »

98. « Il était maintenant dans cet état de feu qu’elle aimait. Elle voulait être brûlée. »

99. « Là où le mythe échoue, l’amour humain commence. Alors nous aimons un être humain, pas notre rêve, mais un être humain avec des défauts. »

100. « Ma vie est impossible à raconter. Je change tous les jours, je change mes schémas, mes concepts, mes interprétations. Je suis une série d’humeurs et de sensations. Je joue mille rôles. Je pleure quand je découvre que d’autres les jouent pour moi. Mon vrai moi est inconnu. Mon travail n’est qu’une essence de cette vaste et profonde aventure ».

Bouton retour en haut de la page