Comment les enfants utilisent la technologie pour intimider et harceler les autres

Au cours des trois dernières décennies, la technologie a révolutionné la vie des adolescents. Contrairement à ce qui se passait il y a quelques années, ils ont des informations au bout des doigts et se connectent en quelques secondes à des personnes du monde entier. De plus, les enfants ont adopté la technologie et sont souvent plus habiles à l’utiliser que les adultes dans leur vie. Ces progrès technologiques présentent de merveilleux avantages pour les études et la socialisation, mais aussi d’énormes inconvénients.

Tous les adolescents n’utilisent pas la technologie comme ils l’auraient souhaité, et n’ont pas toujours l’étiquette numérique appropriée. Certains l’ont adoptée (intentionnellement ou non) comme un autre outil d’intimidation.

Outre la cyberintimidation, lorsqu’un jeune utilise Internet ou la technologie pour harceler, menacer, humilier ou cibler une autre personne, les enfants utilisent la technologie d’autres manières. Voici une liste des six principales façons dont les enfants abusent de la technologie pour intimider et harceler les autres.

« Proxénétisme par radar »

Le proxénétisme se produit lorsque de jeunes conducteurs adolescents tentent de tromper les caméras de surveillance de la vitesse ou des feux rouges en créant de fausses plaques d’immatriculation qui peuvent être retracées jusqu’à la plaque d’immatriculation d’un pair ou d’un enseignant. Pour ce faire, les adolescents dupliquent les plaques d’immatriculation en imprimant un modèle sur une feuille de papier glacé en utilisant la même police de caractères que celle de la plaque qu’ils reproduisent. Après avoir fixé le papier sur leur plaque d’immatriculation, ils roulent à toute allure ou brûlent un feu rouge devant les caméras. Une citation est alors envoyée à la personne qui a le numéro de plaque d’immatriculation réel. Les caméras de surveillance de la vitesse et des feux rouges ne sont pas assez sensibles pour détecter les différences entre les plaques d’immatriculation en papier et les plaques réelles. La seule chose que la victime peut faire est de signaler que la voiture avec la plaque sur la photo n’est pas la même que celle à laquelle la plaque est enregistrée.

A lire  Comprendre l'impact des rumeurs et des ragots

« Todding

Ce terme a été rendu populaire par les trolls d’Internet après le suicide de l’adolescente canadienne Amanda Todd. Au lieu de pleurer sa mort ou d’éprouver des regrets pour leurs actes, de nombreux voyous de la vie de Todd ont commencé à poster des messages cruels sur sa page Facebook. Cela a créé beaucoup de douleur et d’angoisse pour sa famille et ses amis. Malheureusement, cette pratique n’est pas rare.

Parfois, lorsque des jeunes ont été intimidés au point de se suicider, les tyrans dans leur vie ne se relâchent pas et ne ressentent pas d’empathie pour ceux qui souffrent de cette perte. Au lieu de cela, ils publient sur un compte qui a été commémoré et apportent encore plus de douleur dans la vie de la famille de la victime.

Si vous ou votre adolescent avez des pensées suicidaires, contactez la National Suicide Prevention Lifeline à l’adresse 1-800-273-8255 pour obtenir le soutien et l’assistance d’un conseiller qualifié. Si vous ou un de vos proches êtes en danger immédiat, appelez le 911.

« La honte des adolescents »

Ces pratiques consistent à piquer des photos sur la page d’un média social et à les publier à nouveau avec des commentaires qui font honte et ridiculisent la personne sur la photo. La honte comprend tout, de la honte des salopes et des gros bonnets à la honte publique. Bien que cette pratique se produise principalement chez les filles, n’importe qui peut en être victime. C’est un peu comme un jeu vraiment méchant qui consiste à « écrire une légende pour cette photo ». Pour aggraver les choses, certaines photos deviennent virales. En outre, certaines pages de médias sociaux sont spécifiquement consacrées aux activités de honte des adolescents, avec des brutes qui tentent de se surpasser par des commentaires cruels sur les autres.

A lire  Comment le harcèlement peut affecter les jeunes adultes à l'université

« Cyberbaiting » (piratage informatique)

Lors d’un incident de cyberbactérie, les élèves narguent leurs professeurs au point de s’emporter. Ils enregistrent ensuite la réaction de l’enseignant sur vidéo et la publient pour que les autres puissent la voir. Dans le monde, un enseignant sur cinq a été victime de cyberbactéries. En plus d’être humiliés, certains enseignants perdent leur emploi à cause des vidéos parce qu’ils n’ont pas pu garder leur calme.

« SWAT-ing »

Le SWAT-ing se produit lorsque des enfants tentent de tromper un service d’urgence en envoyant une équipe d’intervention d’urgence, telle qu’une équipe du SWAT. Les appelants utilisent des services comme Spoofcard pour dissimuler l’origine de l’appel, changer leur voix et parfois même ajouter des effets sonores en arrière-plan.

Bien que la tendance soit aux célébrités du SWAT, les intimidateurs ont compris qu’ils peuvent également cibler les gens ordinaires, y compris leurs pairs et leurs enseignants.

Même les partisans de l’intimidation sont visés. Par exemple, Parry Aftab, un expert en cyberintimidation, a été victime du SWAT-ing.

« Happy Slapping » (gifles)

Cette forme de cyberintimidation est née au Royaume-Uni et consiste pour les adolescents à utiliser un téléphone avec appareil photo pour filmer un incident d’intimidation. En général, l’intimidation consiste pour un ou plusieurs enfants à gifler, frapper, donner des coups de pied ou de poing à une victime. La cassette vidéo est ensuite téléchargée et mise en ligne sur YouTube afin qu’un public plus large puisse voir les brimades. Parfois, les enfants partagent des vidéos de harcèlement par le biais de messages textuels ou de courriels. L’objectif de ce partage est d’humilier et d’embarrasser davantage la victime.

A lire  La cyberintimidation surpasse l'intimidation comme type de harcèlement le plus courant
Bouton retour en haut de la page