Edgar Cayce, Six-fingered Giants and the Supernatural Creation Gods of Atlantis : Part 1

Contents

« L’esprit primitif n’invente pas de mythes, il en fait l’expérience. » — Carl Jung

Depuis près de 30 ans, je me suis inspiré des lectures du célèbre « prophète endormi » Edgar Cayce pour tenter de reconstituer les origines complexes de la civilisation et de la création de l’Homo sapiens. Cayce (18 mars 1877 – 3 janvier 1945) était un mystique chrétien américain né à Hopkinsville, Kentucky, qui répondait à des questions sur des sujets aussi variés que la guérison, la réincarnation, les guerres, l’Atlantide et les événements futurs alors qu’il était en état de transe.

Bien qu’il ne possède qu’une éducation de huitième année (pas moi, HIM, mais presque), Cayce finira par transmettre non seulement un volume étonnant de matériel (plus de 14 000 lectures et quelque 25 millions de mots), mais aussi un ensemble d’œuvres remarquablement détaillées et complexes. Une organisation à but non lucratif, l’Association for Research and Enlightenment , a été fondée pour faciliter l’étude du travail de Cayce.

Les géants intellectuels sur les origines humaines

J’ai effectué une longue analyse comparative du matériel de Cayce, de la littérature de Rudolph Steiner, de la Rose-Croix, des francs-maçons, des théosophes, de Platon, ainsi que des traditions orales, des mythes et des légendes indigènes du monde entier. Ce qui en est ressorti était aussi inattendu que bizarre.

Pratiquement toutes les sources affirment que l’Homo sapiens a été créé de manière surnaturelle il y a longtemps sur le continent perdu de l’Atlantide, qui existait autrefois dans l’océan Atlantique. Un continent qui comptait parmi sa population des géants et des petits êtres. Des dieux créateurs androgynes de longue date, parfois décrits comme possédant six doigts ou orteils, auraient donné naissance à l’humanité. On prétend que l’Atlantide a finalement été détruite par une grande inondation il y a environ 12 000 ans et que les survivants ont apporté les arts de la civilisation en Égypte, en Amérique et dans plusieurs autres endroits à la suite de cette inondation. Cayce révèle ce qui suit dans la lecture de 364-11 :

« Veuillez donner quelques détails concernant la physionomie, les habitudes, les coutumes et les costumes du peuple de l’Atlantide pendant la période précédant la première destruction. » Ces derniers ont pris de nombreuses tailles quant à la stature, de celle que l’on peut appeler le nain à celle des GIANTS – car il y avait des GIANTS DANS LA TERRE EN CES JOURS, des hommes aussi grands que (ce que l’on appellerait aujourd’hui) dix à douze pieds de stature, et bien proportionnés partout. (1)

A lire :  Enterrement dans le ciel : L'ancienne tradition tibétaine d'honorer les morts

Rudolph Steiner a également déclaré à propos de ces habitants de l’Atlantide : « Tout ce qui fait référence aux « géants » dans les légendes est absolument basé sur la connaissance de la vérité … [W]ous pensons qu’il est absolument exact, du point de vue de la science spirituelle, que les géants sont stupides et les nains très intelligents ». (2) La littérature des sociétés secrètes, les traditions orales et les documents religieux comme la Bible proclament tous l’existence des anciens géants également.

Rudolf Steiner (1861-1925), fondateur du système éducatif de l'école Steiner

Rudolf Steiner (1861-1925), fondateur du système d’éducation Steiner ( Domaine public )

Sur les dieux créateurs

Aussi intrigant que tout cela soit, mon esprit d’investigation me ramenait au mystère des dieux créateurs androgynes – les premiers êtres, considérés comme les architectes de l’humanité, qui habitaient des formes androgynes sans sexe dans la profonde antiquité. Tournons-nous vers W. H. Church, spécialiste d’Edgar Cayce, pour nous aider à comprendre ce que cela signifie.

« Dans ce que nous pouvons appeler sa phase primitive ou pré-Atlante, avant l’émergence de ses premiers puissants dirigeants, à l’époque de Poséidon et d’Atlas, ou du règne éclairé d’Amilius, à ce qui allait devenir l’apogée de la civilisation atlante, le nouveau continent était en train de se coloniser activement. Il promettait déjà de devenir ce que Cayce appellerait « l’Éden du monde », et abritait une race d’êtres androgynes à l’âme très particulière… Dans la mythologie hindoue, les graines de notre race humaine actuelle étaient des fils de Dieu, qui, pendant la race racine associée à l’époque atlante, s’étaient transformés en êtres semi-divins, androgynes, auto-emprisonnés dans des corps, qui avaient physiologiquement changé, devenant d’apparence humaine. Sous cette forme, ils ont commencé à prendre des femmes qui étaient en effet d’apparence pleinement humaine et de belle apparence ». (3)

Cette description rappelle beaucoup l’histoire biblique des Nephilim qui s’attaquaient aux épouses humaines. En effet, la Bible parle clairement de Géants, six doigts et orteils, de dieux créateurs androgynes et d’un grand déluge.

L’église continue,

« Au début du règne d’Amilius, la séparation des sexes n’avait pas encore commencé à avoir lieu. Bien que masculins dans leur aspect extérieur, les fils de Dieu androgynes incarnaient en eux la nature du mâle et de la femelle en une seule personne. En se tournant vers les forces créatrices, ils pouvaient devenir des canaux pour faire naître une progéniture androgyne après leur propre espèce imprégnée d’une âme double et d’un corps doublement sexué. De cette façon, les rapports sexuels étaient inutiles comme moyen de propagation »( 4 )

A lire :  La vérité derrière le mythe du Christ : les origines anciennes de la légende souvent utilisée - Partie I

Si la vie sans sexe ne semble pas très amusante, elle indique une origine surnaturelle pour l’humanité, une idée partagée par de nombreuses cultures anciennes dans le monde entier. Le « thème de la naissance miraculeuse » ou de l’être humain fait d’argile ou sur un tour de potier revient dans toutes les religions et mythologies du monde. On en trouve des exemples dans la Genèse, le Coran, et les mythologies égyptienne, grecque, sumérienne, inca, chinoise et certaines mythologies amérindiennes.

Les androgynes Khnum et Thot créent des humains sur un tour de potier

Les androgynes Khnum et Thoth créent des humains sur un tour de potier ( CC BY-SA 3.0 )

Beaucoup de ces créateurs sont décrits comme androgynes, comme le dieu égyptien Khnoum. Khnoum est représenté sur un relief à Esna créant des humains sur un tour de potier tandis que l’androgyne Thot écrit les années que les humains vivront derrière lui. Il est intéressant de noter que le temple d’Esna était dédié à un dieu créateur androgyne anonyme et que l’androgyne Khnoum est représenté avec six doigts.

Khnoum androgyne à six doigts, temple d’Esna, Égypte. (auteur fourni)

Plusieurs professionnels se sont penchés sur cette étrange affaire également. Dans l’Israel Exploration Journal, volume 57, 2007, Irit Ziffer explore l’idée de divinités créatrices androgynes dans son article stimulant, « The first Adam, Androgyny and the Ain Ghazal two-headed busts ». Ain Ghazal est un ancien site en Jordanie datant d’environ 8250 avant J.-C. où certaines des plus anciennes statues du monde ont été déterrées il y a plusieurs décennies.

Statues androgynes à deux têtes de Ain Ghazal.

Statues androgynes à deux têtes de Ain Ghazal. ( CC BY-SA 4.0 )

Ziffer affirme avec force que les statues à deux têtes représentent des divinités créatrices androgynes. Autre curieux rebondissement : certaines des statues ont six doigts et orteils, célèbres pour leur association avec le géant biblique de Gath.

Pied à six orteils de la statue d'Ain Ghazal. Source Richard D. Barnett, Polydactylism in the Ancient World, Biblical Archaeology Review mai/juin 1990.

Pied à six orteils de la statue d’Ain Ghazal. Source Richard D. Barnett, Polydactylism in the Ancient World, Biblical Archaeology Review mai/juin 1990. (auteur fourni)

Ziffer explique : « Schmandt-Besserat a proposé que les statues d’Ain Ghazal représentent des divinités, elle a expliqué le polydactilisme (un syndrome génétique rare) des statues comme un attribut divin, et, en se basant sur la littérature cunéiforme, elle identifie les bustes à deux têtes comme étant à l’image des dieux Marduk (selon l’épopée de la création, « quatre étaient ses yeux, quatre étaient ses oreilles » ; Dalley 1991 : 236) et Ishtar (« Ishtar de Ninive est Tiamat… elle a [4 eyes] et 4 oreilles » ; Livingstone 1986 : 223 ; Schmandt-Besserat 1998a : 10-15).

A lire :  L'importance de questionner l'histoire : De Malte aux manuscrits de la mer Morte

Les quatre yeux et les quatre oreilles peuvent représenter un double visage. Barnett WHO (1986 : 116 ; 1986-87 ; 1990) a expliqué le polydactilisme des statues ªAin Ghazal comme une marque d’entités surnaturelles, telles que les Rephaïm bibliques, une race de géants : « Il y avait un géant d’homme, qui avait six doigts à chaque main et six orteils à chaque pied, vingt-quatre en tout ; lui aussi descendait des Rapha (forme unique des Rephaïm). Lorsqu’il se moquait d’Israël, Jonathan, le fils de Shimei, frère de David, le tua » (2 Sam. 21:20-21).

Ainsi, le prototype de l’homme androgyne, contenant les deux sexes, a été défini à travers la personne à deux têtes, affirme Ziffer. Ce que nous avons ici est assez étonnant, certaines des plus anciennes statues jamais découvertes représentent un culte de divinités qui étaient androgynes et possédaient six doigts et orteils. N’oubliez pas que les statues d’Ain Ghazal sont plus vieilles de 8000 ans que la Bible.

Dans la deuxième partie, nous découvrons des exemples plus anciens d’androgynie et de géants et dieux à six doigts à travers l’histoire.

[Read Part 2 ]

J’espère que cette information frappera le lecteur aussi profondément qu’elle m’a frappé et que vous serez ouvert à des notions apparemment hérétiques sur le passé. Veuillez me rejoindre à la conférence sur les anciens mystères d’Edgar Cayce le 6 octobre à Virginia Beach, en Virginie, à la conférence sur les origines le 4 novembre à Londres ou à l’exposition « Awake and Empowered Expo » à Detroit du 10 au 12 novembre, alors que je discuterai du monde perdu d’Edgar Cayce.

Image du haut : Edgar Cayce (Crédit : Association pour la recherche et l’éclaircissement d’Edgar Cayce, auteur fourni)

Par Jim Vieira

Ressources :

  1. Edgar Cayce en train de lire 364-11. La Fondation Edgar Cayce
  2. Rudolf Steiner, The Being of Man and His Future Evolution (Rudolf Steiner Press, 1981), p. 117.
  3. W.H. Church, L’histoire de l’âme d’Edgar Cayce, ARE Press, page 87-89
  4. W.H. Church, page 90.
  5. Joannes Richter, Le Dieu du ciel Dyaeus, page 10.
  6. H. V. Hilprecht, The Babylonian Expedition of the University of Pennsylvania, Series A : Cuneiform Texts, Volume 29, Issue 1, 1911, pages 4-5.
  7. « Les secrets mathématiques de la tablette antique dévoilés après près d’un siècle d’études », Guardian Newspaper 24 août 2017.
  8. W.H. Church, page 163.
  9. « Le premier Adam, Androgynie et les bustes à deux têtes de Ain Ghazal. » Irit Ziffer, Israel Exploration Journal, Volume 57, 2007

.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!