La maison des Hohenzollern – L’ascension et la chute des empereurs allemands

Contents

Dans l’histoire du Moyen Âge européen, les familles nobles et les puissants seigneurs féodaux ont toujours joué un rôle très important. Les familles aristocratiques les plus riches et les plus influentes ont atteint de grands sommets et se sont directement impliquées dans les événements les plus décisifs de l’histoire européenne. Dans notre dernier article, nous nous dirigeons vers le cœur même de l’Europe des premiers temps modernes, en évoquant la plus célèbre famille noble allemande, la Maison des Hohenzollern.

Cette maison noble s’est élevée à tous les niveaux possibles de l’époque et a prêté ses hommes et ses femmes à des postes importants – électeurs, princes, rois et même empereurs. Ils ont été engagés en Prusse, en Roumanie, en Allemagne et dans le Brandebourg, où ils ont joué le rôle de souverains et de magnats – décidant de l’avenir de l’Europe et donc du monde. Rejoignez-nous pour retracer les pas de cette noble famille, et raconter leur longue et abondante histoire – jusqu’à leur chute.

Apprendre à connaître la maison noble des Hohenzollern

Nous commençons notre histoire des Hohenzollern dès les premières traces – mais aussi à partir des origines de leur nom. La famille Hohenzollern est originaire de Souabe, dans la région du Bade-Wurtemberg. Le comté d’origine de cette famille était connu sous le nom de Zollern, à partir de 1218 sous le nom de Hohenzollern.

La capitale de ce comté du Saint Empire romain était la ville de Hechingen – une petite ville située à environ 60 kilomètres de Stuttgart. La famille noble elle-même était installée dans le château de Hohenzollern, un château médiéval indomptable et monumental situé sur la montagne de Hohenzollern qui s’élève à 855 mètres dans le Bade-Wurtemberg.

Le château de Hohenzollern la nuit pendant l'hiver. (0711bilder / stock Adobe)

Le château de Hohenzollern la nuit pendant l’hiver. ( 0711bilder / Adobe stock)

Le château des Hohenzollern ( Burg Hohenzollern ) est donc le siège ancestral de cette maison noble, et reste encore aujourd’hui leur propriété. Un quart du château appartient à Karl Friedrich, prince de Hohenzollern, et les trois quarts restants à Georg Friedrich, prince de Prusse.

Le château est une fortification médiévale typique, située au sommet d’une colline, très semblable aux autres fortifications allemandes. Il se blottit au sommet du Berg Hohenzollern, qui est lui-même un promontoire isolé du Jura souabe, qui s’élève dans les airs jusqu’à 855 mètres (2 805 pieds). Aujourd’hui, c’est l’un des châteaux les plus visités d’Allemagne, avec jusqu’à 350 000 visiteurs par an. Cela est dû à son cadre idyllique, à son architecture charmante et à sa conception vraiment splendide et riche.

Aujourd’hui, la plus ancienne mention de cette noble dynastie peut être datée avec certitude de 1061. Un noble était mentionné dans les annales d’un moine bénédictin, Berthold de Reichenau, et était nommé Burkhard Ier, comte de Zollern. Il est né quelque temps avant 1025 et a été tué dans une querelle en 1061. Bien que cela ne soit pas prouvé avec certitude, de nombreux chercheurs mentionnent un certain Friedrich, comte de Süllichen, comme étant son père possible, et donc peut-être l’ancêtre des Hohenzollern.

Le suivant, et certainement beaucoup, beaucoup plus documenté, était le fils de Burkhard Ier – Friedrich Ier, comte de Zollern. On sait beaucoup de choses sur cet homme. Il était le maître de l’importante abbaye souabe d’Alpirsbach, et sa femme, Udihild, venait de l’une des plus importantes maisons nobles souabes – la maison d’Urach – qui devint plus tard la très célèbre maison de Fürstenberg.

A lire :  La vie et l'époque de la célèbre reine médiévale Aliénor d'Aquitaine

Friedrich Ier était un proche partisan d’Henri V, l’empereur du Saint Empire romain, et l’accompagna dans les expéditions italiennes de 1110 et 1111. Techniquement parlant, il a été le premier ancêtre vraiment bien documenté de la dynastie des Hohenzollern, après Burkhard Ier.

Friedrich Ier (comte de Zollern - à gauche) et l'abbaye d'Alpirsbach (à droite). (Saturnien / CC BY-SA 3.0) / (Jürgen Wackenhut / Adobe stock)

Friedrich Ier (comte de Zollern – à gauche) et l’abbaye d’Alpirsbach (à droite). (Saturnien / CC BY-SA 3.0 ) / ( Jürgen Wackenhut / Adobe stock)

L’émergence de deux branches

La noble devise de la famille est Nihil Sine Deo, qui signifie en latin « Rien sans Dieu », une devise transmise de génération en génération. Il est important pour nous de mentionner le fait que la Maison des Hohenzollern s’est séparée en deux branches distinctes à un moment donné.

C’est ainsi qu’un fils cadet de Friedrich II de Zollern, le comte Friedrich III, se vit accorder le burgraviat de Nuremberg, par son mariage. Il l’a obtenu d’Henri VI, en 1192. Il devint ainsi le burgrave Frédéric Ier. Plus tard, la branche acquit l’électorat du Brandebourg, en 1415, et fut connue sous le nom de branche franconienne des Hohenzollern, ou parfois sous le nom de ligne Kirschner. Plus tard, cette branche s’est convertie au protestantisme, tandis que la branche Hohenzollern souabe d’origine est restée catholique.

On peut dire que la branche franconienne (connue plus tard sous le nom de Brandebourg-Prusse) a bien réussi à long terme. Ils ont soutenu les souverains Habsbourg et Hohenstaufen du Saint Empire romain, et ont ainsi reçu d’importantes subventions territoriales, qui ont accru leur pouvoir et leur richesse. Comme le Saint Empire romain était à l’époque composé de plusieurs États et comtés, tous en compétition pour le pouvoir et l’influence, les Hohenzollern de Franconie ont décidé de poursuivre leur expansion, principalement par le biais de mariages et d’achats de terres.

Peu à peu, cette branche a acquis d’autres territoires, jusqu’à l’acquisition du margraviat de Brandebourg en 1417, puis du duché de Prusse en 1618. La branche franconienne s’est efficacement transformée, passant d’une simple maison noble riche à une dynastie européenne très influente.

La branche franconienne fut encore divisée, certains de ses membres devenant margraves de Brandebourg, puis ducs de Prusse. Lorsque ces deux lignées franconiennes ont été à nouveau unifiées en 1618, le royaume de Prusse a pu émerger peu après, en 1701. Et cet événement a finalement conduit à l’unification de l’Allemagne et à l’émergence de l’Empire allemand en 1871. Et avec cela, les Hohenzollern sont devenus les empereurs et les rois héréditaires de Prusse.

La période la plus importante pour les membres de la dynastie des Hohenzollern est sans doute celle où l’Allemagne est devenue un empire.

Le sort de la branche souabe

Mais qu’en est-il de la branche souabe de la maison ? Cette branche a été fondée par Frédéric IV, comte de Zollern, en 1218. Ils sont restés avec des titres de comte jusqu’en 1623, date à laquelle ils ont été élevés au rang de princes. Ils régnaient sur trois territoires avec des sièges à Sigmaringen, Hechingen et Haigerloch. Ils connaissent un succès nettement moins important que la branche franque, car ils sont touchés par de nombreuses questions économiques et des querelles internes, ainsi que par la pression croissante constante des maisons nobles voisines du Wurtemberg et des villes de la Ligue Souabe.

Ces conflits culminent en 1423, lorsque leur siège, le château de Hohenzollern, est assiégé par la Ligue Souabe et détruit. Tous leurs territoires sont néanmoins conservés, car ils reçoivent le soutien de leurs cousins francs et de la famille Habsbourg. Mais en 1576, la situation changea encore plus avec la mort de Karl Ier, comte de Hohenzollern.

A lire :  L'héritage des pirates de Barbe Noire s'est-il terminé par des "fuites" plutôt que par des erreurs ?

C’est alors que trois nouvelles branches de la branche souabe ont été créées. Il s’agit de la maison de Hohenzollern-Hechlingen, fondée par Eitel Friedrich IV, de la maison de Hohenzollern-Sigmaringen, fondée par Karl II, et de la maison de Hohenzollern-Haigerloch, fondée par Christoph. Malheureusement, la branche de ce dernier s’est éteinte peu après, en 1634.

Eitel Friedrich IV. (Dominicus Custos / Domaine public)

Eitel Friedrich IV. (Dominicus Custos / Domaine public )

Peu après leur formation, les deux branches restantes – Hohenzollern-Hechlingen et Hohenzollern-Sigmaringen – ont conclu un accord particulier avec les margraves du Brandebourg. Cet accord stipulait qu’en cas d’extinction de leurs deux branches, leurs terres reviendraient au Brandebourg. Plus loin sur la ligne, les princes des deux branches décidèrent d’abdiquer leurs positions, en raison du Printemps de la Révolution des Nations de 1848.

À partir de ce jour, leurs territoires furent gouvernés par les rois de Prusse (branche franque), et les princes furent considérés comme des cadets de la lignée royale prussienne. La lignée Hohenzollern-Hechingen s’est également éteinte – en 1869. L’une des dernières descendantes de cette branche fut la célèbre comtesse Sophie Chotek, duchesse de Hohenberg, épouse de l’archiduc François-Ferdinand, tous deux assassinés en 1914 par le combattant de la liberté serbe Gavrilo Princip (Гаврило Принцип).

Photo de famille de Franz Ferdinand et Sophie Chotek avec leurs filles prise en 1908. (Atelier Adele / Domaine public)

Photo de famille de Franz Ferdinand et Sophie Chotek avec leurs filles prise en 1908. (Atelier Adele / Domaine public)

Les Hohenzollern étaient également les rois de Roumanie. Lorsque les États vassaux ottomans de Valachie et de Moldavie ont été réunis en 1859, Alexandru Ioan Cuza en est devenu le prince. Mais après sa déposition en 1866, c’est le prince Karl de Hohenzollern-Sigmaringen qui a été invité à régner en tant que prince de Roumanie. En 1881, il changea son nom en une version roumaine et fut connu sous le nom de Carol I, roi de Roumanie.

Comme Karl n’a pas eu de descendance mâle et que sa fille unique est morte dans sa jeunesse, son neveu, le prince Ferdinand de Hohenzollern-Sigmaringen, lui a succédé. Leurs descendants continueront à régner en tant que rois de Roumanie, s’étant également convertis au christianisme orthodoxe, jusqu’en 1947, lorsque le dernier roi, Michel Ier, abdique, et que la Roumanie devient une république socialiste l’année suivante.

Les empereurs d’Allemagne En tant qu’empereurs allemands, les Hohenzollern ont connu leurs plus grands moments. Lorsque Guillaume Ier monta sur le trône en tant que Kaiser allemand, en 1871, il devint empereur, en plus d’être roi de Prusse, duc de Prusse et électeur de Brandebourg. Il voulait être connu comme l’empereur des Allemands, mais Otto Von Bismarck lui a conseillé de s’y opposer, en déclarant que les princes d’Allemagne du Sud et l’empereur d’Autriche s’y opposeraient probablement. C’est ainsi qu’il fut connu sous le nom d’empereur des Allemands .

Guillaume Ier (Wilhelm Ier), empereur allemand. (Wilhelm Kuntzemüller / Domaine public)

Guillaume Ier (Wilhelm Ier), empereur allemand. (Wilhelm Kuntzemüller / Domaine public )

Cette lignée d’empereurs cessera peu après, lorsque Guillaume II, le dernier empereur allemand, abdique peu avant la fin de la Première Guerre mondiale. L’empire a disparu et a été suivi par la création de la République de Weimar en 1918, avec laquelle l’Allemagne a été plongée dans un tourbillon d’instabilité, de chômage et de grande dépression, auxquels il a été remédié de façon drastique avec l’arrivée d’Hitler comme nouveau chancelier, en 1933.

Qu’est-il arrivé aux Hohenzollern ?

Qu’ont donc apporté les temps modernes à la célèbre maison des Hohenzollern ? Après l’échec du référendum sur l’expropriation en 1926, la famille Hohenzollern a réussi à maintenir sa bonne situation financière et a également conservé la propriété de plusieurs domaines importants, dont l’impressionnant palais rococo du Monbijou à Berlin, le château Olesnica en Silésie, le château de Rheinsberg, le château de Schwedt, etc.

A lire :  Nicolas Flamel - Scribe savant ou alchimiste mystérieux ?

Peinture sur toile du palais du Monbijou de 1739. (Dismar Degen / Domaine public)

Peinture sur toile du palais du Monbijou de 1739. (Dismar Degen / Domaine public )

Cependant, ils ne les ont conservés que jusqu’en 1945, date à laquelle ils en ont perdu la possession. Dans la zone d’occupation soviétique après la Seconde Guerre mondiale, les communistes ont pris (exproprié) toutes les terres des propriétaires terriens et des industriels, et les Hohenzollern ont ainsi perdu presque tous leurs biens et leur fortune.

Après la réunification allemande en 1990, la famille Hohenzollern a enfin pu demander la restitution d’une partie de ses biens par des moyens légaux. Il s’agit notamment de nombreuses œuvres d’art et de certaines parties intérieures de leurs anciens palais. Ces négociations sont toujours en cours.

Le chef actuel de la branche prussienne de la famille Hohenzollern est Georg Friedrich Ferdinand, prince de Prusse (né en 1976), qui a deux fils comme héritiers. Le chef actuel de la branche catholique souabe de la maison est Karl Friedrich, prince de Hohenzollern. Son héritier est son fils, Alexandre.

Georg Friedrich Ferdinand - l'actuel prince de Prusse (à gauche) et Karl Friedrich, prince de Hohenzollern. (StagiaireMGIMO / CC BY-SA 3.0) / (Graf von dem Bergh / CC BY-SA 3.0)

Georg Friedrich Ferdinand – l’actuel prince de Prusse (à gauche) et Karl Friedrich, prince de Hohenzollern. (StagiaireMGIMO / CC BY-SA 3.0 ) / (Graf von dem Bergh / CC BY-SA 3.0 )

Il est intéressant de noter que le prince Karl Friedrich est également chanteur et saxophoniste dans son groupe de musique Royal Groovin’. Il est également l’héritier du trône royal roumain, mais il a déclaré qu’il n’avait aucun intérêt à le revendiquer.

Il a été révélé à la mi-2019 que S.A.R. Georg Friedrich des Hohenzollern avait déposé des demandes pour obtenir un droit de séjour permanent pour lui-même et sa famille, au château Cecilienhof, ou dans l’un des deux autres châteaux de la famille Hohenzollern à Potsdam. Il a également demandé la restitution de la bibliothèque familiale, de quelque 266 tableaux, de précieuses lettres de l’impératrice Auguste Victoria, ainsi que d’une couronne impériale et d’un sceptre inestimables, tous ayant appartenu aux Hohenzollern.

Le siège de la famille, le château de Hohenzollern, est parvenu à rester en propriété privée, et il l’est encore aujourd’hui, le drapeau de la Prusse flottant toujours au-dessus de lui lorsque le prince y réside.

Le destin de l’aristocratie européenne L’histoire de la famille Hohenzollern est l’un des plus importants aperçus de la glorieuse montée et de la chute tragique de la noblesse et de la royauté européennes. Avec la montée du marxisme et du communisme, et avec elle la chute des monarchies d’Europe, l’avenir de ces dernières a été profondément modifié. Que ce soit pour le meilleur ou pour le pire, laissez les lecteurs décider.

Quoi qu’il en soit, la longue histoire de ces nobles est certainement fascinante, et les Hohenzollern d’aujourd’hui peuvent certainement s’attarder sur la longue histoire de tous leurs ancêtres, et certainement apprendre beaucoup de ses hauts et de ses bas. Mais l’avenir apportera-t-il un retour de la noblesse ? Cela reste à voir…

Image du haut : A gauche : Château de Hohenzollern dans les Alpes souabes – Bade-Wurtemberg, Allemagne. ( Leonid Andronov / stock Adobe). A droite : Cimier de la maison des Hohenzollern. ( Domaine public )

Par Aleksa Vučković

Références

Jones, C. S. 2019. L’histoire des Hohenzollern. Creative Media Partners, LLC. Ludwig, E. 1927. Wilhelm Hohenzollern, le dernier des Kaisers. Les fils de G. P. Putnam. Nelson, H. W. 1970. The Soldier Kings : La maison des Hohenzollern. Putnam.

.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!