Pension alimentaire pour enfants après le décès d’un parent

La mort d’un parent d’un enfant est un moment tragique, rendu encore plus stressant par l’incertitude financière qui peut l’accompagner. Plus précisément, quel est l’impact du décès de l’un ou l’autre des parents sur le paiement des pensions alimentaires ? Il s’agit d’une question complexe qui varie d’un État à l’autre et en fonction des circonstances individuelles, et qui justifie un conseil juridique au nom du parent survivant et des enfants. Les lois de l’État régissent les questions relatives aux pensions alimentaires et à leur exécution. Il est donc essentiel de se renseigner sur les règles en vigueur dans votre État.

Toutefois, la réponse générale est que les paiements de pension alimentaire pour enfants se poursuivront probablement sous une forme ou une autre après le décès d’un parent, mais des mesures doivent être prises pour s’assurer que cela se produise et déterminer si des changements doivent être apportés. Mais le cas de chaque famille sera différent. Quelle que soit votre situation particulière, il est préférable de consulter un avocat. Le fait que le défunt soit le parent gardien ou non gardien déterminera les mesures que vous devrez prendre ensuite.

Décès d’un parent non gardien

Le décès du parent non gardien peut amener le parent gardien à se demander comment il pourra continuer à subvenir aux besoins de ses enfants. Cependant, en général, l’obligation légale et financière du parent décédé envers les enfants ne prend pas fin avec leur décès. Ainsi, dans de nombreux cas, il sera ordonné de continuer à subvenir aux besoins des enfants, mais cela n’est pas garanti. Voici quelques questions pertinentes à poser pour déterminer comment continuer à recevoir une pension alimentaire.

Le parent a-t-il une police d’assurance vie qui désigne l’enfant comme bénéficiaire ?

Si c’est le cas, le parent survivant doit appeler la compagnie d’assurance pour entamer le processus de recouvrement de la police au nom de l’enfant. Vous aurez besoin d’une copie du certificat de décès, qu’il est important d’avoir à portée de main pour poursuivre les demandes de remboursement des polices d’assurance vie ainsi que de l’une des possibilités ci-dessous.

Le parent décédé avait-il un emploi rémunéré pendant un certain temps ?

Dans ce cas, le parent survivant peut demander des prestations au nom de l’enfant auprès de l’administration de la sécurité sociale (SSA). En général, les enfants jusqu’à 19 ans (et encore au lycée, jusqu’à la douzième année), peuvent bénéficier de prestations SSA. En outre, les enfants souffrant d’un handicap qui a commencé avant l’âge de 22 ans peuvent continuer à bénéficier de prestations à l’âge adulte. Ces prestations sont également disponibles en cas de handicap d’un parent.

Le parent possède-t-il des biens ?

La succession d’un parent peut comprendre des voitures, des maisons, des comptes bancaires et des fonds de retraite, tels qu’un 401k ou un IRA, ainsi que toutes les dettes ou les impôts dus. Si un parent n’a pas d’assurance vie, la succession sera probablement responsable du paiement de toute pension alimentaire pour enfants qui est due. Il faut d’abord déterminer qui est l’exécuteur testamentaire ou le représentant personnel de la succession. Ce rôle est désigné par l’État, normalement selon les souhaits du défunt.

Un testament était-il en place ?

Si le parent décédé avait un testament, il est important de déterminer ce que le testament prévoit pour les enfants et si d’autres héritiers sont nommés (comme un conjoint ou d’autres membres de la famille). Si le parent est décédé sans testament, la répartition des biens sera déterminée par la loi de l’État et à la discrétion du tribunal compétent en matière d’homologation. Un avocat spécialisé dans les successions peut vous aider à vous orienter sur ce terrain souvent compliqué.

Décès d’un parent gardien

En cas de décès du parent gardien, la priorité est de déterminer qui s’occupera des enfants. Les candidats peuvent être le parent qui n’a pas la garde, les grands-parents, d’autres membres de la famille ou des amis de la famille. Là encore, chaque situation est unique. Idéalement, la garde ou la tutelle légale est une chose dont les parents ont discuté et pour laquelle ils ont fait un plan avant le décès du parent gardien. La mise en place d’un testament précisant ces souhaits permet de préciser les préférences et de rationaliser le processus de mise en place d’un nouveau régime de garde.

Si le parent non gardien assume la garde, il peut être en mesure de demander une modification de la pension alimentaire. Il peut également demander une pension alimentaire à la succession du parent gardien pour l’aider à assumer les dépenses liées à l’éducation des enfants, en plus de toute prestation de sécurité sociale ou d’assurance vie.

Si le parent non gardien n’assume pas la garde de l’enfant après le décès d’un parent gardien, la personne qui assume la garde peut être éligible pour poursuivre les demandes de pension alimentaire du parent survivant. Dans ce cas, le nouveau gardien de l’enfant peut être en mesure de percevoir la pension alimentaire du parent non gardien et de demander une pension alimentaire à la succession du parent gardien décédé.

Lorsque le parent décédé avait un partenaire

Les choses peuvent se compliquer si le parent non gardien décédé avait un partenaire. Il n’est pas rare que cette personne continue à recevoir des avis du tribunal de la famille lorsque le défunt était chargé de payer une pension alimentaire. Si le partenaire est susceptible d’hériter de la succession ou de posséder des biens conjointement avec le défunt, vous voudrez déterminer l’impact de cette situation sur les demandes des enfants à charge et vice versa. La répartition des biens de la succession du défunt et la manière dont le partenaire joue dans le testament sont autant de questions sur lesquelles un avocat spécialisé dans les successions peut vous aider.

Il est important que le partenaire survivant appelle le tribunal de la famille pour expliquer le décès du partenaire. Le tribunal exigera probablement un certificat de décès comme preuve et pour vérifier la demande. Dans la plupart des cas, il doit être envoyé directement au tribunal de la famille.

Recherche de conseils juridiques

Il est terriblement regrettable qu’un parent décède et la priorité est toujours d’aider les enfants survivants à faire face. Cependant, tout comme l’amour que le parent avait pour ses enfants, l’obligation de subvenir aux besoins d’un enfant ne meurt pas avec eux. Il est dans l’intérêt supérieur de l’enfant que le parent ou le tuteur légal survivant continue à recevoir une pension alimentaire afin que le ménage de l’enfant puisse être maintenu sans interruption.

Une aide juridique pour s’y retrouver dans ces questions complexes est presque toujours la meilleure première étape pour protéger les intérêts des enfants survivants. Un parent qui a besoin de réponses concernant le décès d’un autre parent devrait demander l’aide d’avocats qualifiés en droit de la famille et en droit successoral dans l’État pour discuter des pensions alimentaires et de l’héritage. En outre, un avocat spécialisé dans la planification successorale peut aider les parents à se préparer à des circonstances imprévues, telles que le décès ou l’invalidité.

Bouton retour en haut de la page