Se concentrer sur le processus et non sur les résultats pour un pouvoir exceptionnel

Contents

Dans une culture axée sur les résultats – comme gagner, se surpasser, atteindre – pourquoi tant de ces résultats sont-ils illusoires ?

Les acteurs, les musiciens et les écrivains obtiennent la rupture de leur vie et tombent dans l’obscurité peu de temps après. Les athlètes atteignent des championnats à domicile, et s’effondrent physiquement, se voyant contraints à la retraite quelques années plus tard. 99 % des personnes qui perdent beaucoup de poids (plus de 25 livres) le reprennent dans les deux ans qui suivent.

A changement d’orientation peut transformer ces merveilles uniques, ou tout « échec », en un flux constant de récompenses, augmentant ainsi l’accomplissement reçu de toute réalisation et conférant un tas de croissance personnelle dans le processus.

Qu’est-ce qu’un meilleur ciblage ?

À l’adresse suivante : se concentrer sur le processus ou sur votre effort est plus responsabilisant qu’un coup de poignard fugace pour gagner.

Après tout, nous sommes les seuls à savoir quels efforts nous consacrons à un projet ou à un objectif. C’est là que les progrès se font et se perdent, et c’est là que nous devons nous autogérer pour atteindre un objectif. C’est une croissance personnelle qui dure bien au-delà de tout objectif.

Les marathoniens ont été les premiers à adopter l’idée d’un record personnel, plutôt que de se concentrer sur la dernière course. Cela leur permet de se consacrer à leur propre croissance et apprentissage, ainsi qu’à leur condition physique. Un corps qui se bat contre une blessure peut ne pas gagner la course, mais le coureur sait et ressent l’effort qu’il a fourni pour atteindre la ligne d’arrivée.

De nombreux objectifs exigent de nouveaux comportements, de nouvelles habitudes et une nouvelle concentration. Se concentrer sur le processus signifie être ouvert aux réactions, alors que se concentrer sur l’objectif indique simplement que l’objectif peut être tout aussi éloigné, voire plus, malgré d’excellents changements de comportement.

A lire :  Pourquoi nous luttons pour créer un plan d'amélioration personnelle

Le progrès est un chemin solitaire et amer, surtout si nous attendons d’atteindre l’objectif avant de célébrer et de reconnaître les progrès qu’il faut faire pour le parcourir. Il nous prive également de précieux retours d’information.

3 exemples sur la manière de se concentrer sur le processus

Exemple 1 : perte de poids

J’ai lutté contre la surcharge pondérale la majeure partie de ma vie. Tout en me concentrant sur un régime, je voulais une gratification instantanée – comme le promettent les régimes. Lorsque je me concentrais sur un nombre arbitraire, je me voyais jour après jour ne pas obtenir ce que je voulais.

J’ai toujours renoncé. Il semblait que j’échouais constamment. Faut-il s’étonner que la plupart des régimes ne fonctionnent pas ? Nous sommes peut-être ravis d’avoir perdu 15 kilos, mais après deux ou trois jours et une simple différence d’un kilo sur la balance, il est temps de manger un sundae au caramel chaud.

On a souvent l’impression que l’objectif s’enfuit plus vite qu’on ne peut le poursuivre.

Après avoir lutté pendant 20 ans contre le concept de poids idéal et les régimes alimentaires, j’ai finalement perdu plus de 90 livres de façon permanente. J’ai obtenu ce changement en abandonnant l’objectif et en changeant d’orientation. Lorsque l’on adopte de nouveaux comportements au quotidien, chaque jour peut être une grande GAGNE.

La vérité est que la perte de poids permanente se produira de toute façon en son temps, lorsque le corps sera prêt à relâcher son poids.

Maintenant que plus de 90 livres ont disparu de ma vie depuis plus de 17 ans, je vois le pouvoir que nous avons lorsque nous nous concentrons sur le processus et nos propres efforts.

A lire :  10 leçons de vie que nous devons tous apprendre pour réussir

Exemple 2 : Changement de carrière

Lorsque Jane (ce n’est pas son vrai nom) m’a engagé pour l’aider à changer de carrière, elle en avait assez, était frustrée et en colère contre son travail, son patron et sa société actuels. Alors qu’elle rêvait d’un emploi plus épanouissant, elle s’est imaginé une meilleure ambiance de travail, où elle se sentait valorisée. Elle se voyait également réussir et être heureuse dans ses nouvelles entreprises.

Elle n’allait cependant pas très loin dans ses rêves. Se présenter au travail, dans une atmosphère qu’elle en était venue à détester, faisait paraître son objectif impossible et augmentait son anxiété.

Je peux encore entendre sa réponse lorsque nous avons changé de cap pour nous concentrer sur les tâches quotidiennes, hebdomadaires et mensuelles qui la feraient bouger,

« MOIS ??? Ugggggghhh ! »

Elle voulait un nouveau travail, dans un nouveau domaine. Elle n’était pas très enthousiaste quant au travail qu’il faudrait pour y arriver. Elle manquait également de confiance en elle.

Mais, grâce à une série de devoirs, elle a commencé à s’attribuer le mérite d’avoir rencontré de nouveaux contacts par le biais du réseautage, de l’envoi de curriculum vitae, du suivi des emplois dans le domaine qu’elle visait, ainsi que du contact avec des amis occupant des emplois similaires pour obtenir des conseils.

Très vite, elle fredonnait avec confiance et énergie.

Hé, elle m’a fait un rapport : elle était BONNE à ça !

Exemple 3 : auteur de Bestselling

Pour les personnes créatives ou artistiques, se concentrer sur le fait d’être un auteur de best-seller ou un acteur récompensé par un Academy Award peut empêcher d’apprendre, de pratiquer et de maîtriser les compétences et l’autodiscipline si nécessaires aux activités artistiques.

A lire :  Les mesures à prendre pour vous pardonner

Après tout, de nombreux projets créatifs exigent d’être un débutant ET un finisseur. Cela nécessite des compétences comme la discipline et la conscience de soi, qui ne peuvent être acquises que par l’expérience personnelle (ainsi que par un ou deux échecs).

La plupart de ces performances primées par des acteurs qui ne peuvent pas donner suite à un autre succès sont dues à un manque d’éthique professionnelle efficace. Les réalisateurs et les agents de casting peuvent repérer en un clin d’œil les merveilles d’un seul coup, qui ont eu de la chance, par rapport à un talent dévoué.

Concentrez-vous sur le processus, pas seulement sur votre destination. La croissance personnelle n’est pas seulement la récompense de l’effort, c’est le but ultime.

Conclusion

La preuve est faite.

Sœur Madonna Buder, une religieuse de 84 ans qui a participé à 40 triathlons, a commencé à courir à 48 ans et a participé à son premier triathlon à 52 ans. Plusieurs triathlons ont dû s’ouvrir à de nouvelles catégories d’âge pour sa participation et Nike l’a présentée sous le surnom affectueux de « The Iron Nun » dans l’une de leurs publicités.

Elle attribue sa réussite, qui défie l’âge, à une vision à long terme, plutôt qu’à un simple trophée.

« Votre effort est en soi un succès », dit-elle.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!