Signes de psychopathie chez les enfants

Il est probable que de nombreux parents se sont parfois demandé – même si c’est pour une fraction de seconde – si le manque de remords ou d’empathie d’un enfant pouvait être le signe d’un problème beaucoup plus important. Mais aucun parent ne veut jamais imaginer que son enfant puisse être un psychopathe.

Heureusement, la plupart des enfants ne sont pas des psychopathes, même s’ils peuvent être insensibles ou carrément méchants à un moment ou à un autre.

Les enfants qui sont psychopathes sont souvent cruels et sans émotions.

Il est également important de noter que les enfants ne sont pas non plus des psychopathes. La psychopathie est un continuum et certains éléments se retrouvent à un certain degré chez la plupart des enfants.

Vue d’ensemble

Bien que le terme psychopathe ne soit pas un diagnostic officiel de santé mentale, il est utilisé pour décrire un ensemble de caractéristiques et de comportements qui indiquent qu’un individu est insensible, indifférent et fourbe. Dans la terminologie psychiatrique actuelle, ce type de comportement est généralement connu sous le nom de trouble de la personnalité antisociale.

En 2013, l’Association américaine de psychiatrie a inclus la condition « trouble de conduite avec des traits calleux et non émotionnels » pour les enfants de 12 ans et plus dans son manuel de diagnostic, le DSM-5. Il s’agit d’un trouble grave qui reflète des déficits interpersonnels. Il peut également être lié à des comportements nuisibles.

Cependant, les psychopathes sont souvent mal compris. Ils sont souvent dépeints comme des meurtriers de masse dans les films. La vérité est que la plupart des psychopathes ne deviennent pas des tueurs en série. En fait, certains psychopathes deviennent des entrepreneurs et des chefs d’entreprise prospères.

Une étude estime qu’environ 3 % des chefs d’entreprise pourraient en fait être des psychopathes.

Prévalence

Les chercheurs estiment qu’environ 1 % de la population adulte pourrait répondre aux critères de la psychopathie. La psychopathie est plus fréquente chez les hommes que chez les femmes, mais il ne s’agit pas d’un trouble strictement masculin.

Cependant, comme les prestataires de soins de santé mentale n’utilisent pas l’étiquette « psychopathe », on ne connaît pas les chiffres exacts. Cependant, de nombreux diagnostics utilisés dans les traitements de santé mentale se recoupent avec la psychopathie.

Les enfants qui sont calmes et sans émotions sont souvent diagnostiqués à un jeune âge avec un trouble oppositionnel avec provocation. Puis, à l’adolescence, on peut leur diagnostiquer un trouble du comportement, qui se caractérise par une violation systématique des droits d’autrui et le non-respect des règles sociales fondamentales.

À l’âge adulte, les psychopathes peuvent être diagnostiqués avec un trouble de la personnalité antisociale. Et bien que les conditions se chevauchent, elles ne sont pas synonymes. Le trouble de la personnalité antisociale est un diagnostic basé sur la personnalité. La psychopathie est plutôt une condition basée sur le comportement.

A lire :  Les poux de tête devraient-ils empêcher les enfants d'aller à l'école ?

Signes d’alerte

Une étude menée en 2016 par des chercheurs de l’université du Michigan suggère que les premiers signes de psychopathie peuvent être observés chez les enfants dès l’âge de 2 ans. Même à cet âge, ils montrent des différences en termes d’empathie et de conscience.

L’étude a demandé à l’aidant principal, à l’autre parent et à un enseignant ou à une garderie d’évaluer le comportement insensible et non émotionnel (UC) entre 2 et 4 ans sur les points suivants :

  1. Votre enfant ne semble pas coupable après s’être mal comporté.
  2. La punition ne change pas le comportement de votre enfant.
  3. Votre enfant est égoïste/ne veut pas partager.
  4. Votre enfant ment.
  5. Votre enfant est sournois et essaie de vous contourner.

Les chercheurs ont suivi ces enfants une nouvelle fois lorsqu’ils avaient 9 ans. Ils ont découvert que les enfants qui présentaient le plus de problèmes de comportement lorsqu’ils étaient enfants en bas âge ou en âge préscolaire étaient plus susceptibles de présenter des problèmes de comportement associés à la psychopathie plus tard dans l’enfance.

Un psychopathe enfantin présente des traits similaires à ceux des psychopathes adultes.

Les signes révélateurs de la psychopathie sont le mépris des sentiments d’autrui et l’absence totale de remords.

Diagnostic

Il n’existe pas un seul test qui indique qu’un enfant peut être un psychopathe, mais les psychologues disposent de plusieurs évaluations pour les aider à évaluer et à mesurer les symptômes d’un enfant.

L’une des évaluations les plus couramment utilisées est l’inventaire des traits psychopathiques des jeunes (YPI). Il s’agit d’un instrument d’auto-évaluation, ce qui signifie que les adolescents passent le test et doivent répondre à des questions les concernant. Il s’agit de mesurer les traits de personnalité plutôt que le comportement.

Lorsque l’IJP a été testée sur des jeunes incarcérés et institutionnalisés, elle s’est avérée assez fiable. Le test évalue les symptômes suivants :

  • Le charme malhonnête
  • Grandiosité
  • Mentir
  • Manipulation
  • L’insensibilité
  • Unemotionalité
  • L’absence de remords
  • Impulsivité
  • Recherche de sensations fortes
  • Irresponsabilité

En outre, les adolescents qui ont des traits de caractère très calleux et peu affectifs sont susceptibles de se joindre à leurs pairs antisociaux et délinquants pour commettre des crimes en groupe.

Il est important de noter que les enfants qui ont un haut niveau de psychopathie ne sont pas susceptibles de subir des pressions pour enfreindre les lois. Au contraire, ils sont plus susceptibles d’être les meneurs qui influencent les autres membres de leur groupe pour qu’ils adoptent un comportement antisocial.

Lien avec la toxicomanie

Chez les adultes comme chez les adolescents, les recherches ont montré que les individus qui se classent en haut de l’échelle des traits psychopathes sont plus susceptibles de consommer des substances.

Les chercheurs soupçonnent que la relation est réciproque, ce qui signifie que les personnes qui ont tendance à être impulsives et irresponsables sont plus susceptibles d’abuser de substances. Et l’abus de substances est plus susceptible d’entraîner une augmentation des comportements impulsifs et irresponsables.

A lire :  Défis et questions concernant les enfants ayant des besoins spéciaux

Les adolescents de sexe masculin qui présentent des caractéristiques psychopathiques élevées ont tendance à commencer à consommer des substances à un âge plus précoce. Ils sont également plus susceptibles de consommer une plus grande variété de drogues et de se débattre avec des problèmes de toxicomanie à l’âge adulte.

Stabilité des symptômes

Certains chercheurs suggèrent que les traits psychopathiques restent stables tout au long de la vie, ce qui signifie qu’un enfant qui présente des signes de psychopathie est susceptible de grandir en présentant ces mêmes traits.

D’autres chercheurs suggèrent que les scores de psychopathie sont susceptibles d’être gonflés pendant l’adolescence. La recherche de sensations et l’impulsivité sont les plus élevées à ce stade de la vie et il peut s’agir d’un problème de développement, pas nécessairement pathologique.

Des études indiquent que les enfants qui ont tendance à être insensibles et sans émotions sont plus susceptibles de devenir agressifs plus tard dans la vie. Ils sont également plus susceptibles de commettre des crimes.

Sans traitement, il est peu probable que la psychopathie s’améliore avec le temps.

Causes

Il y a beaucoup de débats pour savoir si les psychopathes sont nés ou faits. Mais les chercheurs pensent que la question n’est pas aussi tranchée. La psychopathie résulte plutôt d’une relation complexe entre la génétique, la dynamique familiale et les expériences de vie.

L’exposition précoce à un environnement dysfonctionnel est probablement un facteur dans le développement de traits psychopathiques.

Les enfants qui ont été physiquement maltraités, négligés et séparés de leurs parents sont plus susceptibles de devenir des psychopathes.

Le manque de liens avec les parents est également considéré comme un facteur. Un parent ayant des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie, ou encore un parent ayant peu de contact avec un enfant, par exemple, peut ne jamais créer de liens avec un enfant. Les enfants dont les parents ne s’occupent pas de façon constante peuvent également être incapables de s’attacher à un adulte.

Des études montrent que les psychopathes adolescents de sexe masculin sont les plus susceptibles d’avoir été victimes à un jeune âge. Les adolescentes psychopathes, en revanche, sont plus susceptibles d’être issues d’un milieu dysfonctionnel, tel que des changements fréquents de foyers d’accueil.

Certaines études suggèrent que les enfants présentant des traits calleux et non émotionnels peuvent être câblés un peu différemment. Leur cerveau réagit différemment à la peur, à la tristesse et aux stimuli négatifs. Ils ont également des difficultés à reconnaître les émotions des autres.

La victimisation par les pairs peut également jouer un rôle. Les enfants qui sont victimes de leurs pairs sont plus susceptibles de devenir insensibles et sans émotions à un âge plus avancé.

A lire :  Ergothérapie pour les enfants à besoins spéciaux

Traitements

Pendant de nombreuses années, on a cru que les psychopathes étaient incurables. Mais des études plus récentes suggèrent que les symptômes peuvent s’améliorer grâce à des traitements intensifs, adaptés aux styles émotionnels, cognitifs et motivationnels uniques que l’on trouve chez les enfants qui se classent en tête des psychopathes.

Les enfants qui présentent des traits de psychopathie ont besoin d’un traitement spécialisé. Ils ne réagissent pas bien aux méthodes de discipline habituelles, car ils semblent ne pas se soucier des conséquences et ils ne se soucient pas que les autres soient déçus de leurs choix.

Certains programmes de traitement résidentiel offrent des interventions basées sur la récompense, ce qui signifie que les enfants doivent mériter tous les privilèges basés sur un bon comportement. Des études montrent que ces types d’interventions peuvent avoir un impact positif sur le comportement des enfants.

Les enfants peuvent bénéficier de l’apprentissage d’un comportement pro-social, de l’empathie, de la résolution de problèmes et de la reconnaissance des émotions. Le traitement vise souvent à améliorer la capacité d’un enfant à faire face à la colère et à la frustration.

Si vous observez des signes qui vous amènent à vous demander si votre enfant est un psychopathe, il est important de demander une aide professionnelle. Un pédiatre ou un professionnel de la santé mentale peut vous aider à évaluer, diagnostiquer et traiter votre enfant.

Bien qu’il n’existe pas de médicament spécifique pour traiter les symptômes de la psychopathie, des médicaments peuvent faire partie du plan de traitement. On a constaté que les médicaments antipsychotiques, comme la rispéridone, diminuent l’agressivité chez les enfants souffrant de troubles du comportement. Des stabilisateurs d’humeur et d’autres médicaments peuvent également être administrés pour aider un enfant à améliorer sa dysrégulation émotionnelle.

Comment obtenir de l’aide

Si votre enfant semble parfois manquer d’empathie pour les autres ou ment de temps en temps, ce n’est probablement pas un psychopathe. Il s’agit plutôt d’un enfant normal qui acquiert de nouvelles compétences et développe une meilleure compréhension du monde.

Si, toutefois, leur insensibilité et leur manque de remords semblent s’aggraver, ou s’il ne s’agit pas d’un incident isolé, parlez-en à votre pédiatre. Votre médecin pourra lui demander de procéder à une évaluation plus complète afin de déterminer si d’autres problèmes de santé mentale, des problèmes de personnalité ou des troubles du comportement sont également en jeu.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!