Le scandale de l’or de Bre-X, histoire et ressources

Commencez par le plus grand gisement d’or jamais signalé, dans les eaux d’amont de la rivière Busang, dans la jungle torride de Bornéo. La société canadienne Bre-X Minerals Ltd. ne le savait pas lorsqu’elle a acheté les droits du site en 1993. Mais après que Bre-X ait engagé un géologue de haut niveau pour cartographier le gisement, celui-ci, ainsi que les rêves fébriles qui accompagnent l’or, ont atteint une taille monstrueuse – en mars 1997, ce géologue parlait d’une ressource de 200 millions d’onces. Vous faites le calcul à, disons, 500 dollars par once en dollars du milieu des années 1990.

Bre-X s’est préparé pour les grands moments à venir en créant un site web plaqué or, où vous pourriez générer votre propre graphique d’actions Bre-X pour suivre sa montée fulgurante. Il y avait également un graphique montrant la hausse tout aussi fulgurante de la ressource en or estimée : ensemble, ces deux pages pouvaient infecter n’importe qui avec la fièvre de l’or.

Les requins arrivent

Les grandes entreprises minières ont pris note. Certaines ont fait des offres de rachat. Le gouvernement indonésien, en la personne du président Suharto et de sa puissante famille, a fait de même. Bre-X possédait plus de ce gisement qu’il ne semblait prudent pour une si petite entreprise étrangère inexpérimentée. Suharto a suggéré que Bre-X partage son heureux surplus avec le peuple indonésien et avec Barrick, une entreprise liée à l’ambitieuse fille de Suharto, Siti Rukmana. (Les conseillers de Barrick, parmi lesquels George H. W. Bush et l’ex-premier ministre du Canada Brian Mulroney, étaient également favorables à ce projet). Bre-X a répondu en engageant le fils de Suharto, Sigit Hardjojudanto, à ses côtés. Une impasse menaçait.

A lire  Les bases de la géologie

Pour mettre fin au contretemps, l’ami de la famille Mohamad « Bob » Hasan est intervenu pour proposer un accord à toutes les parties. La société américaine Freeport-McMoRan Copper & Gold, dirigée par un autre vieil ami de Suharto, dirigerait la mine et les intérêts indonésiens se partageraient les richesses. Bre-X garderait 45 % de la propriété et Hasan accepterait, pour sa peine, une part qui pourrait valoir un milliard environ. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il payait pour cette part, Hasan a répondu : « Il n’y a pas de paiement, rien. C’est un accord très propre ».

Des problèmes surgissent

L’accord a été annoncé le 17 février 1997. Freeport s’est rendu à Bornéo pour commencer son propre forage de diligence raisonnable. Suharto était prêt à signer un contrat après cette étape, verrouillant les droits fonciers de Bre-X pour 30 ans et commençant le flot d’or.

Mais à peine quatre semaines plus tard, le géologue de Bre-X à Busang, Michael de Guzman, est sorti de son hélicoptère qui se trouvait à 250 mètres dans les airs à l’époque – un suicide évident. Le 26 mars, Freeport a rapporté que ses carottes de contrôle, forées à seulement un mètre et demi de celles de Bre-X, montraient « des quantités d’or insignifiantes ». Le lendemain, le stock de Bre-X a perdu presque toute sa valeur.

Freeport a apporté d’autres échantillons de roches à son quartier général américain sous garde armée. Bre-X a commandé une étude sur les forages de Freeport ; l’étude a recommandé de nouveaux forages. Un autre examen portant sur les analyses chimiques a permis à Bre-X de se retirer complètement le 1er avril, et la signature de Suharto a été reportée.

A lire  Géologie et utilisation des roches brèches

Bre-X, dans une stratégie inédite pour l’époque, a blâmé le Web. Le PDG, David Walsh, a déclaré à un journaliste du Calgary Herald que l’effondrement a commencé lorsque des rumeurs locales calomnieuses en Indonésie ont été « reprises par l’un des auteurs fantômes sur Internet sur la page de chat ou autre ».

D’autres examens ont pris le reste du mois d’avril. Entre-temps, des détails inquiétants ont commencé à apparaître. Les journalistes de l’industrie ont rapidement trouvé des preuves que les échantillons de minerai de Busang avaient été « salés » avec de la poussière d’or.

Salage de la terre

Le vendredi 11 avril, le magazine Northern Miner a mis un « flash info » sur son site, exposant trois éléments de preuve que Bre-X avait été dupée.

  • Premièrement, contrairement aux déclarations de la société, les carottes de Busang avaient été préparées pour être analysées dans la jungle, et non dans le laboratoire d’essai. Une cassette vidéo réalisée par un visiteur sur le terrain montrait les humbles machines courantes dans les laboratoires d’essai – broyeurs à marteaux, concasseurs et séparateurs d’échantillons. Des sacs d’échantillons bien étiquetés contenaient clairement du minerai finement broyé. La sécurité était suffisamment laxiste pour que les échantillons puissent facilement être dopés à l’or.
  • Ensuite, les habitants locaux avaient commencé à chercher de l’or dans la rivière Busang, mais en deux ans, ils n’en ont jamais trouvé. Pourtant, Bre-X a affirmé que de l’or était visible, signe d’un minerai exceptionnellement riche. Et le rapport technique de de Guzman, de façon confuse, a appelé l’or « submicroscopique », ce qui est typique du minerai d’or en roche dure.
  • Troisièmement, l’analyste qui a testé les échantillons a déclaré que l’or était principalement en grains de taille visible. De plus, les grains présentaient des signes correspondant à la poussière d’or typique des rivières, tels que des contours arrondis et des bords appauvris en argent. L’analyste a esquivé la question des 64 milliards de dollars, en disant qu’il y avait effectivement des moyens pour les grains d’or en roche dure d’acquérir des bords arrondis – mais cet argument était une feuille de vigne.
A lire  Faits marquants de la géologie à Las Vegas

Les chutes du rideau

Pendant ce temps, une tempête de poursuites en matière de valeurs mobilières s’est levée autour de Bre-X, qui a vigoureusement protesté contre le fait qu’il ne s’agissait que d’une malheureuse série de malentendus. Mais il était trop tard. L’effondrement de Bre-X a jeté un nuage sur l’industrie de l’extraction de l’or qui a duré jusqu’au siècle suivant.

David Walsh a décampé aux Bahamas, où il est mort d’un anévrisme en 1998. Le géologue en chef de Bre-X, John Felderhof, a finalement été jugé au Canada mais a été acquitté de fraude en matière de valeurs mobilières en juillet 2007. Apparemment, en vendant une partie de ses actions pour 84 millions de dollars dans les mois précédant le scandale, il n’avait pas commis de crime, mais était trop stupide pour attraper la fraude.

Et on m’a dit que Michael de Guzman avait été vu au Canada, des années après le scandale. L’explication serait que, comme la rumeur le disait à l’époque, un cadavre anonyme a été jeté de l’hélicoptère. On pourrait dire que la jungle même avait été salée ainsi que les sacs de minerai.

Bouton retour en haut de la page