Théorie de l’identité sociale : Définition, exemples, impact

Contents

L’identité sociale est la partie du soi qui est définie par l’appartenance à un groupe. La théorie de l’identité sociale, formulée par le psychologue social Henri Tajfel et John Turner dans les années 1970, décrit les conditions dans lesquelles l’identité sociale devient plus importante que l’identité d’un individu. La théorie précise également les façons dont l’identité sociale peut influencer le comportement intergroupe.

Key Takeaways : Théorie de l’identité sociale

  • La théorie de l’identité sociale, introduite par les psychologues sociaux Henri Tajfel et John Turner dans les années 1970, décrit les processus cognitifs liés à l’identité sociale et la façon dont l’identité sociale influe sur le comportement des intergroupes.
  • La théorie de l’identité sociale repose sur trois composantes cognitives clés : la catégorisation sociale, l’identification sociale et la comparaison sociale.
  • En général, les individus souhaitent conserver une identité sociale positive en maintenant le statut social favorable de leur groupe par rapport à celui des autres groupes pertinents.
  • Le favoritisme au sein d’un groupe peut entraîner des résultats négatifs et discriminatoires, mais les recherches démontrent que le favoritisme au sein d’un groupe et la discrimination hors groupe sont des phénomènes distincts, et que l’un ne prédit pas nécessairement l’autre.

Origines : Études sur le favoritisme collectif

La théorie de l’identité sociale est née des premiers travaux d’Henri Tajfel, qui a examiné la façon dont les processus perceptifs ont abouti à des stéréotypes et des préjugés sociaux. Cela a donné lieu à une série d’études que Tajfel et ses collègues ont menées au début des années 1970 et qui sont appelées « études sur les groupes minimaux ».

Dans ces études, les participants ont été arbitrairement affectés à différents groupes. Malgré le fait que leur appartenance à un groupe n’avait aucun sens, les recherches ont montré que les participants préféraient le groupe auquel ils étaient assignés – leur groupe d’appartenance – au groupe extérieur, même s’ils ne tiraient aucun avantage personnel de leur appartenance à un groupe et n’avaient aucun antécédent avec des membres de l’un ou l’autre groupe.

Les études ont démontré que l’appartenance à un groupe était si puissante que le simple fait de classer les gens en groupes suffit à faire penser à eux en termes d’appartenance à ce groupe. En outre, cette catégorisation a conduit à un favoritisme à l’intérieur des groupes et à une discrimination à l’extérieur des groupes, ce qui indique qu’un conflit intergroupe peut exister en l’absence de toute concurrence directe entre les groupes.

A lire :  Une critique du livre "Unthinkable" de Helen Thomson - Owlcation

Sur la base de ces recherches, Tajfel a défini pour la première fois le concept d’identité sociale en 1972. Le concept d’identité sociale a été créé comme un moyen de considérer la façon dont on conceptualise le soi en fonction des groupes sociaux auxquels on appartient.

Puis, Tajfel et son élève John Turner ont introduit la théorie de l’identité sociale en 1979. Cette théorie visait à éclairer à la fois les processus cognitifs qui conduisent les gens à définir leur appartenance à un groupe et les processus de motivation qui permettent aux gens de maintenir une identité sociale positive en comparant favorablement leur groupe social à d’autres groupes.

Les processus cognitifs de l’identité sociale

La théorie de l’identité sociale spécifie trois processus mentaux par lesquels les individus passent pour faire des classifications au sein d’un groupe ou hors groupe.

Le premier processus, la catégorisation socialeest le processus par lequel nous organisons les individus en groupes sociaux afin de comprendre notre monde social. Ce processus nous permet de définir les personnes, y compris nous-mêmes, sur la base des groupes auxquels nous appartenons. Nous avons tendance à définir les gens en fonction de leurs catégories sociales plus souvent que de leurs caractéristiques individuelles.

La catégorisation sociale met généralement l’accent sur les similitudes entre les personnes d’un même groupe et les différences entre les personnes de groupes différents. On peut appartenir à diverses catégories sociales, mais les différentes catégories seront plus ou moins importantes en fonction des circonstances sociales. Par exemple, une personne peut se définir comme un chef d’entreprise, un amoureux des animaux et une tante dévouée, mais ces identités ne se manifesteront que si elles sont pertinentes par rapport à la situation sociale.

Le deuxième processus, l’identification socialeest le processus d’identification en tant que membre d’un groupe. L’identification sociale à un groupe conduit les individus à se comporter de la manière dont ils pensent que les membres de ce groupe devraient se comporter. Par exemple, si une personne se définit comme une écologiste, elle peut essayer d’économiser l’eau, de recycler autant que possible et de participer à des rassemblements de sensibilisation au changement climatique. Par ce processus, les gens s’investissent émotionnellement dans leur appartenance à un groupe. Par conséquent, leur estime de soi est influencée par le statut de leur groupe.

A lire :  À quelle vitesse les humains peuvent-ils courir ?

Le troisième processus, comparaison socialeest le processus par lequel les gens comparent leur groupe avec d’autres groupes en termes de prestige et de statut social. Pour conserver son estime de soi, il faut percevoir son groupe comme ayant un statut social plus élevé que celui d’un groupe extérieur. Par exemple, une star de cinéma peut se juger favorablement par rapport à une star de télé-réalité. Pourtant, il peut se considérer comme ayant un statut social inférieur à celui d’un célèbre acteur shakespearien de formation classique. Il est important de se rappeler qu’un membre d’un groupe ne se compare pas à n’importe quel autre groupe – la comparaison doit être pertinente à la situation.

Maintien d’une identité sociale positive

En règle générale, les gens sont motivés à se sentir positifs et à conserver leur estime de soi. L’investissement émotionnel que les gens font dans leur appartenance à un groupe fait que leur estime de soi est liée au statut social de leur groupe. Par conséquent, une évaluation positive de son groupe par rapport à des groupes extérieurs pertinents se traduit par une identité sociale positive. Cependant, si une évaluation positive de son groupe n’est pas possible, les individus emploient généralement l’une des trois stratégies suivantes

  1. Mobilité individuelle. Lorsqu’une personne ne voit pas son groupe d’un bon œil, elle peut tenter de quitter le groupe actuel et de rejoindre un groupe ayant un statut social plus élevé. Bien sûr, cela ne changera pas le statut du groupe, mais cela peut modifier le statut de l’individu.
  2. Créativité sociale. Les membres d’un groupe peuvent améliorer le statut social de leur groupe existant en ajustant certains éléments de la comparaison entre les groupes. Cela peut se faire en choisissant une dimension différente sur laquelle comparer les deux groupes, ou en ajustant les jugements de valeur de sorte que ce qui était autrefois considéré comme négatif soit maintenant considéré comme positif. Une autre option consiste à comparer le groupe interne à un groupe externe différent, en particulier un groupe externe qui a un statut social inférieur.
  3. Concurrence sociale. Les membres du groupe peuvent tenter d’améliorer le statut social du groupe en travaillant collectivement à l’amélioration de leur situation. Dans ce cas, le groupe interne est en concurrence directe avec un groupe externe dans le but de renverser les positions sociales du groupe sur un ou plusieurs plans.
A lire :  Biographie de Hans Eysenck

Discrimination à l’égard des groupes extérieurs

Le favoritisme au sein d’un groupe et la discrimination hors groupe sont souvent considérés comme les deux faces d’une même médaille. Cependant, des recherches ont montré que ce n’est pas nécessairement le cas. Il n’y a pas de relation systématique entre la perception positive de son groupe et la perception négative des groupes extérieurs. Aider les membres du groupe tout en refusant cette aide aux membres de l’extérieur diffère considérablement de travailler activement à nuire aux membres de l’extérieur.

Le favoritisme au sein d’un groupe peut avoir des conséquences négatives, allant des préjugés et des stéréotypes au racisme et au sexisme institutionnels. Cependant, ce favoritisme ne conduit pas toujours à l’hostilité envers les groupes extérieurs. Les recherches démontrent que le favoritisme au sein d’un groupe et la discrimination à l’extérieur d’un groupe sont des phénomènes distincts, et que l’un ne prédit pas nécessairement l’autre.

Sources

  • Brewer, Marilynn B. « Intergroup Relations ». Psychologie sociale avancée : The State of the Science, sous la direction de Roy F. Baumeister et Eli J. Finkel, Oxford University Press, 2010, pp. 535-571.
  • Ellemers, Naomi. « Théorie de l’identité sociale ». Encyclopedia Britannica, 2017.
  • McLeod, Saul. « Théorie de l’identité sociale ». Simply Psychology, 2008.
  • Hogg, Michael A., et Kipling D. Williams. « De I à We : L’identité sociale et le moi collectif ». Dynamique de groupe : Theory, Research, and Practice, vol. 4, no. 1, 2000, pp. 81-97.
  • Tajfel, Henri, et John Turner. « Une théorie intégrative du conflit intergroupe ». The Social Psychology of Intergroup Relations, édité par William G. August et Stephen Worchel, Brooks/Cole, 1979, pp. 33-47.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!