Les ET et les myriades de mondes dans la cosmologie bouddhiste

La cosmologie bouddhiste parle de l’existence des Mondes Myriades. Une traduction fascinante de l’œuvre d’un érudit tibétain du XIXe siècle révèle une perspective éclairante sur le vaste nombre des mondes des myriades.

« Ces mondes sont imprégnés des dix directions ; des millions de mondes s’interpénètrent, et chaque monde en contient des milliards d’autres. Des milliards d’autres sont contenus dans chaque atome de chaque monde ». [Quotes are from the Introduction by the translators, The Treasury of Knowledge, Book One: Myriad Worlds, Jamgon Kongtrul Lodro Taye.]

La conscience de l’étendue et du nombre des mondes de la myriade est considérée comme une connaissance appropriée pour ceux qui ont atteint une certaine maturité spirituelle et qui sont prêts à comprendre un système cosmologique plus vaste.

« En conséquence, l’esprit sort de la cage des concepts fixes d’espace et d’existence définis et entre dans l’espace ouvert d’une myriade de mondes sans début ni fin… »

En attendant que nous évoluions

Cela me confirme donc que les autres êtres de notre galaxie attendent effectivement que nous, Terriens, puissions sortir de notre peur de tout ce qui est « différent » et élargir notre conscience pour adopter une vision beaucoup plus large de l’univers.

Dans le bouddhisme, les bodhisattvas sont ceux qui sont éclairés, qui se sont souvenus qu’ils sont l’Éternel et qui ont fait le vœu d’éclairer et de libérer les autres. Selon la théorie d’une école bouddhiste tibétaine, tous les êtres contribuent à la création des mondes, qui sont le résultat de « la force collective de l’action évolutive des êtres sensibles ». Les non-éclairés s’accrochent à la fausse idée d’un moi séparé et projettent ainsi des domaines qui apparaissent comme des prisons. Alors que les bodhisattvas éclairés contribuent à la création des mondes par des énergies connues sous le nom de « vents [energy-winds] qui ont « des pouvoirs spéciaux capables de façonner de nouveaux mondes ».

ET et cosmologie bouddhisteSelon une autre théorie, de nouvelles planètes, étoiles, etc. se forment lorsque « des particules de matière dispersées restant dans l’espace après la destruction d’un système mondial précédent » et sont comparées à des « graines galactiques » qui se coalisent. Dans le texte bouddhiste « Les Saints enseignements de Vimalakirti » (traduit par Robert Thurman), « le Bouddha déclare que les champs de Bouddha dans lesquels les bodhisattvas pratiquent sont des champs d’êtres vivants. Dans la terminologie bouddhiste, le royaume ultime dans lequel tout existe est appelé « la sphère de la réalité » (dharmadhatu).

A lire :  Le mystérieux art rupestre aborigène des Wandjinas

Le bouddhisme et le shaivisme du Cachemire s’accorderaient à dire qu’au plus haut niveau de la réalité ultime, rien n’est jamais créé et rien n’est jamais détruit. « Néanmoins …des systèmes mondiaux infinis apparaissent comme des apparences fantômes basées sur des connexions interdépendantes… »

Les corps que nous habitons ici sur la planète Terre sont faits de terre. La nourriture que nous mangeons est cultivée dans le sol de la terre et sans cette nourriture, nous ne pourrions pas grandir. Nos corps mourraient. Les êtres qui habitent sur d’autres planètes, dans d’autres domaines dimensionnels, peuvent ne pas avoir de corps basés sur la terre car ils n’ont peut-être rien qui ressemble au sol de la terre. Leur corps peut être composé de quelque chose de moins dense. Alors pourquoi supposons-nous ou même imaginons-nous que leurs corps ressembleraient aux nôtres ?

En fait, même dans notre système solaire, il y a des planètes qui n’ont pas de champs magnétiques. Il est très peu probable que notre physique terrestre s’applique aux planètes qui n’ont pas de champ magnétique. Il doit y avoir de nombreux autres facteurs contributifs dont nous ignorons l’existence et qui sont impliqués dans une multitude de civilisations dans un univers de plus de 300 milliards de galaxies. Pourtant, nous continuons à tout définir en fonction de notre expérience, nous sommes centrés sur la terre, égocentriques, héliocentriques, humanoïdes ! C’est ridicule !

Nous sommes maintenant suffisamment nombreux à avoir suffisamment évolué spirituellement pour élargir notre compréhension et embrasser l’idée que l’univers contient des myriades de mondes.

Les mondes dans les textes bouddhistes

L’idée de « roues dans les roues » se retrouve dans l’intérêt spéculatif pour la technologie des vaisseaux spatiaux. Souvenez-vous que la machine du film « Contact » qui a emmené Jodie Foster dans des trous de ver avait des roues dans les roues. Le mot « roue » apparaît très souvent dans la plate-forme Veda. Le mot sanskrit est CHAKRA et a de multiples significations. Par exemple, le mot « CHAKRA » a plusieurs significations : La roue (d’un chariot, du chariot du Soleil), [chariot often is the English word used to translate aerial ship]Le temps, un disque ou un missile circulaire pointu, un tour de potier, un cercle astronomique, un cercle mystique, un vol circulaire, une constellation particulière sous forme d’hexagramme, une forme de réseau militaire – pour vous en donner quelques uns, tout droit sortis du dictionnaire sanskrit-anglais de M. Monier-Williams. Le chakra fait également référence aux sept roues de l’énergie dans le corps humain.

A lire :  Les mythes des "premiers rois" du monde entier : comment les comparer ?

Le texte tibétain de la Grande Ecriture de la Conscience décrit la « roue » ainsi : « La roue précieuse est faite d’or, elle a cinq cents lieues (en diamètre) et mille rayons. En un jour, elle peut parcourir mille lieues. Grâce à la puissance de la roue, les serviteurs du roi, l’éléphant et ainsi de suite, peuvent voyager partout dans l’espace jusqu’au (ciel des) trente-trois et peuvent entendre ce que le roi n’entend pas. La roue élimine les rivaux. Elle est apparue de l’espace ».

Cinq cents lieues, c’est environ 2 000 milles. Cette précieuse roue dorée vole très vite et peut « entendre ce que le roi n’entend pas », ce qui signifie qu’elle est équipée d’une sorte de système de détection radar ou de télécommunication. Si vous lisiez ce texte scriptural bouddhiste au 8e siècle au Tibet, peut-être vos associations auraient-elles été bien différentes de celles d’un lecteur du 21e siècle connecté au cyberespace par satellite.

Le texte mentionne « le précieux éléphant » qui « en un seul jour peut faire trois fois le tour du pays de Jambu » et vaincre les adversaires du roi. Peut-être que le mot pali ou sanskrit pour « éléphant » faisait autrefois référence à un petit mais puissant et inarrêtable dirigeable de chasse. Un autre objet « précieux » décrit est un bijou qui a huit facettes et qui est de la taille d’une cuisse d’homme. « Il illumine la nuit jusqu’à une distance de cent lieues, et si le jour est chaud, il fournit une eau de refroidissement de huit qualités. Dans un rayon de cent lieues, le bijou élimine toutes les maladies et exauce tous les souhaits. Il a été présenté par Indra ». Dans les textes sanskrits, on dit qu’Indra est une station, et non une personne individuelle. Il y a eu beaucoup d’Indra dans de nombreux Kalpas, et il est le roi en titre du monde des dieux.

A lire :  Les origines des fées : Les changements dans la perception consciente - Partie II

Un autre aperçu du texte tibétain se trouve dans la section Caractéristiques de la vie : « Les êtres dans le bas (royaumes) ne voient pas ceux dans le haut ». Les êtres supérieurs, peut-être des bodhisattvas dans les peintures bouddhistes Thangka, sont représentés comme flottant sur des nuages tout en observant les moins fortunés et les non éclairés, piégés dans les différents échelons de l’illusion. Ils peuvent nous voir, mais nous ne pouvons pas les voir – sauf bien sûr si, par l’intention de notre pratique spirituelle ou par notre naissance, notre « troisième œil » est développé et ouvert à la vue.

Alors que nous évoluons spirituellement et sommes prêts à embrasser un univers plus vaste, nous sortirons du Kali Yuga, l’ère de la confusion et des conflits. Nous sommes volontairement venus ici pour une école de type cosmique qui nous permet de voiler le Dieu-dedans et de faire l’expérience de la limitation. Notre vraie nature est cet Être omniprésent et illimité qui envahit et imprègne l’univers entier – et cette imprégnation de l’Unité comprend les mondes de la Myriade, les « millions de mondes qui s’interpénètrent » dans un univers dont nous savons maintenant qu’il contient plus de 300 milliards de galaxies.

Par V. Susan Ferguson

Références

The Treasury of Knowledge, Book One : Myriad Worlds, Jamgon Kongtrul Lodro Taye, Kalu Rinpoche Translation Group ; Snow Lion Publications, Ithaca NY, Boulder CO, 1995, 2003.

.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!