La colonie terrestre et le Rig Veda – Partie II

J’ai pris la position extérieure de lire les textes sanskrits à travers les yeux d’un astronaute antique, et de les interpréter à travers le filtre de la science et de l’astrophysique plus actuelles. En même temps et à l’inverse, à partir de ma compréhension de la cosmologie et de la sagesse métaphysique des textes anciens, je m’efforce sincèrement de les tisser en un seul. Je me trouve dans les deux mondes.

Les sages qui ont composé le Rig Veda n’auraient pas été fragmentés en une pensée compartimentée. Ils auraient été des adeptes, des voyants et des maîtres de la métaphysique et de la physique. Je pense que le Rig Veda sera un jour considéré comme la preuve d’une civilisation bien plus avancée sur le plan technologique. L’Inde a déjà été reconnue comme le gardien de la métaphysique universelle.

Des universitaires indiens respectés nous apprennent que la littérature sanskrite elle-même ne fournit pas « un seul enregistrement chronologique » et que les dates sont donc sujettes à controverse. Même la fin du Kali Yuga est contestée, bien que l’Inde accepte 3102 avant JC comme le début de notre cycle du temps actuel.

Pendant toute la durée de ce Kali Yuga, depuis 3102 avant J.-C., et très probablement pendant le cycle de temps précédent, le Dvapara Yuga, on n’a pas eu conscience qu’il y a plus de 300 milliards de galaxies dans cet univers. À l’exception des voyants doués qui ont « vu » dans des visions une myriade d’autres mondes et les ont décrits comme des hiérarchies dans la métaphysique primordiale.

La naissance du rituel

L’érudit controversé, Malati J. Shendge, a décrit avec précision la naissance de tout rituel, le vôtre et le mien : « Lorsque les événements sont devenus symboliques et qu’on leur a attribué des pouvoirs magiques pour atteindre certains objectifs, le processus de mythopoéisation était terminé. L’histoire a été oubliée et le rituel mort est devenu la fin en soi ».

Comme l’araignée qui tisse sa propre toile, nous vivons dans une sorte de gantelet auto-créé. Cependant, ce piège fou, ennuyeux et de plus en plus limité n’est pas une punition, mais plutôt un test de notre force et de notre résilience. Une meilleure comparaison est le légendaire Labyrinthe. Nous sommes des super-ordinateurs étonnants qui ont intentionnellement perdu le manuel d’utilisation !

Psssst ici:  La colonie terrestre et le Rig Veda - Partie I

Les multiples mondes

La cosmologie bouddhiste parle de l’existence d’un grand nombre de Myriad Worlds. « Ces mondes sont répartis dans les dix directions ; des millions de mondes s’interpénètrent, et chaque monde en contient des milliards d’autres. Des milliards d’autres sont contenus dans chaque atome de chaque monde ». [ ‘The Treasury of Knowledge, Book One : Myriad Worlds’, Jamgon Kongtrul Lodro Taye, in the Introduction by the translators.]

La conscience de l’étendue et du nombre des mondes de la myriade est considérée comme une connaissance appropriée pour ceux qui ont atteint une certaine maturité spirituelle et qui sont prêts à comprendre un système cosmologique plus vaste.

« En conséquence, l’esprit sort de la cage des concepts fixes d’espace et d’existence définis et entre dans l’espace ouvert d’une myriade de mondes sans début ni fin… »

En attendant que nous évoluions !

Les autres êtres de notre galaxie attendent en effet que nous, Terriens, nous évoluions et mûrissions par peur de tout ce qui est « différent » et que nous élargissions notre conscience pour embrasser une vision beaucoup plus large de l’univers.

Dans notre système solaire, il y a des planètes qui n’ont pas de champ magnétique. Il est très peu probable que notre physique terrestre s’applique aux planètes qui n’ont pas de champ magnétique. Il doit y avoir de nombreux autres facteurs contributifs dont nous ignorons l’existence et qui sont impliqués dans une multitude de civilisations dans un univers de plus de 300 milliards de galaxies. Pourtant, de façon absurde, nous continuons à tout définir en fonction de notre expérience, nous sommes centrés sur la terre, égocentriques, héliocentriques, humanoïdes !

Nous sommes maintenant suffisamment nombreux à avoir suffisamment évolué spirituellement pour élargir notre compréhension et embrasser l’idée que l’univers contient des myriades de mondes.

Mon intention dans cette série d’articles sur Colony Earth est de tisser une sagesse spirituelle traditionnelle dans et à travers la cosmologie, car à mon avis les deux ne peuvent être séparés. Notre objectif d’illumination et d’évolution spirituelle peut être perçu dans les révélations présentées dans une acceptation des Mondes Myriades. Oui, il y a beaucoup d’autres êtres qui résident dans une vaste multiplicité, de races, de planètes, de dimensions, de technologies avancées, etc. Cela n’empiète pas sur le fait que notre avancement spirituel et notre maîtrise de soi sont le seul but et la seule raison pour laquelle nous venons sur cette planète, notre belle petite Terre bleu-vert.

Psssst ici:  Les manuscrits de Takenouchi et l'histoire de l'humanité jamais racontée

Endurance

Dans la vision bouddhiste tibétaine, notre partie de l’univers est connue sous le nom d' »Endurance » car ici, tous les êtres sensibles endurent des émotions et des souffrances. Ici, nous apprenons à « endurer les épreuves avec un courage exceptionnel et à exceller dans la bravoure ». L’endurance est contenue dans l’un des espaces de l’arrangement à vingt-cinq niveaux des systèmes mondiaux et est un système de mille mondes du troisième ordre. « Ce système de mille mondes du troisième ordre d’Endurance est à lui seul encerclé par des royaumes de bouddha dont le nombre est égal à celui des particules de ce treizième système mondial. »

Les habitants de la myriade de mondes sont ce que nous appelons les extra-terrestres, un terme qui ne signifie qu’au-delà de la terre. Comme l’ont dit les textes tibétains, « Ces mondes suffoquent les dix directions ; des millions de mondes s’interpénètrent, et chaque monde en contient des milliards d’autres. Des milliards d’autres sont contenus dans chaque atome de chaque monde. »

Comme l’ont indiqué les traducteurs tibétains, la conscience de l’étendue et du nombre des mondes des myriades est considérée comme une connaissance appropriée pour ceux qui ont atteint une certaine maturité spirituelle, et qui sont prêts pour la compréhension supérieure d’un vaste système de cosmologie.

« En conséquence, l’esprit sort de la cage des concepts fixes d’espace et d’existence définis et entre dans l’espace ouvert d’une myriade de mondes sans début ni fin… »

Le caractère incomplet de la science moderne, comme l’a noté Roger Penrose, est cité dans l’avant-propos du livre de K.D. Verma sur la physique védique : « Une vision scientifique du monde qui n’aborde pas en profondeur le problème des esprits conscients ne peut prétendre sérieusement à l’exhaustivité ».

Je pense que l’actuel Kali Yuga a été provoqué par une guerre terrible et cette guerre est l’histoire décrite dans l’épopée sanscrite, le Mahabharata. Le poème épique est l’histoire réelle et simultanément une guerre archétypique destinée à enseigner. L’auteur, Krishna Dvaipayana Vyasa, devait être un génie étonnant, un polymathe, un sage et un voyant qui avait maîtrisé tous les Védas et tous les aspects de la vie.

Psssst ici:  Le chat est revenu : Une histoire plus que mythique - Première partie

Les dates de la guerre du Mahabharata varient de 6000 à 500 avant JC. Il existe de nombreuses descriptions d’armes à radiations et de vaisseaux aériens dans l’épique Mahabharata.

J’affirme que pendant les batailles, des radiations ont été émises autour de la planète et ces panaches de mort invisibles ont fortement réduit l’intelligence, la conscience et la perception humaines. Nous avons perdu tous les pouvoirs siddiques que nous possédions encore dans le cycle de temps précédent, le Dvapara Yuga, et nous sommes devenus prisonniers de la perception à cinq sens et ne pouvions plus « voir » les mondes de la myriade. La grande majorité d’entre nous n’a plus l’usage du « troisième oeil » qui était normal dans les cycles de temps précédents.

La Terre n’est qu’une des centaines de colonies. Le moment est venu de faire connaître cette vérité évidente, au-delà de toute crainte. Nous sommes en effet l’Unique. Il en est ainsi et l’a toujours été, maintenant et pour toujours.

Nous sommes l’Unité, la Voilée, et nous projetons de créer nos propres hologrammes temporels illusoires dans chaque vie. Nous ne sommes pas des esclaves, ni des victimes. Nous faisons tout – tout ce que nous vivons.

Rig Veda Mandala I.164.9 / Champ magnétique terrestre (mon rendu)

Le ciel de la mère (son champ magnétique et les couches de l’atmosphère) était entouré d’un joug (autour de la Terre), se connectant et se rejoignant.

Une enceinte sur un fuseau (champ magnétique terrestre) reste, chargée de porter « la progéniture du ciel » (la Terre qui) reposait en son sein, à l’intérieur de l’enceinte, fortifiée, parmi les plis de l’atmosphère (couches).

La chère enfant (la Terre) qui suit les troupeaux d’étoiles dans le ciel reste magnifiquement formée, toute entière (protégée par son champ magnétique), en trois trajectoires, les parcours des distances parcourues.

(Je suggère que les trois trajectoires des planètes traversées par la Terre se déplacent dans l’espace, encerclent le Soleil et tournent sur son axe).

Extraits de 12 articles

Par V. Susan Ferguson

.

Bouton retour en haut de la page