Pourquoi vos ancêtres auraient-ils réussi le saut en longueur

Ce minuscule os de la cheville appartenait à l’un des premiers membres de l’arbre généalogique des primates. Le fossile, vieux de 52 millions d’années, suggère que les premiers primates étaient des experts en saut. Découvert il y a plus de 30 ans par le paléontologue Marc Godinot, le fossile est aujourd’hui conservé au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris.

Les premiers primates ont été construits pour sauter, selon une cheville fossile

Ces premiers primates passaient la plupart de leur temps dans les arbres plutôt qu’au sol, mais leur agilité lorsqu’ils se déplaçaient à la cime des arbres a fait l’objet d’une controverse.

Pendant des années, les scientifiques ont pensé que les ancêtres des humains actuels, les singes, les lémuriens et les singes, étaient des animaux relativement lents et délibérés, utilisant leurs mains et leurs pieds pour se faufiler le long de petites branches et brindilles pour traquer les insectes ou trouver des fleurs et des fruits.

Les premiers primates possédaient des adaptations pour la

Les premiers primates possédaient des adaptations pour la « locomotion arboricole » qui permettaient de manœuvrer le long de fines branches, comme le montre ce loris élancé. ( CC BY-SA 4.0 )

Mais une étude sur les fossiles publiée dans le numéro d’octobre 2017 du Journal of Human Evolution suggère que les premiers primates étaient passés maîtres dans l’art de sauter à travers les arbres.

Des paléontologues travaillant dans une carrière du sud-est de la France ont découvert l’os d’un quart de pouce de long, la partie inférieure de l’articulation de la cheville.

Psssst ici:  Maya : La science ne fait que reconnaître maintenant ce que les anciens sages savaient de la réalité il y a 5000 ans

Le fossile correspondait mieux à une créature de la taille d’un écureuil appelée Donrussellia provincialis .

Impression d'artiste d'un proche parent (donrussellia lusitanica) du propriétaire de l'os de la cheville

Impression d’artiste d’un proche parent ( donrussellia lusitanica) du propriétaire de l’os de la cheville (Source : guiadecampo)

Auparavant, on ne la connaissait que par ses mâchoires et ses dents. On pense que la Donrussellia est l’un des premiers membres de l’arbre généalogique des primates, sur la branche qui mène aux lémuriens, aux loris et aux bébés de brousse.

Doug Boyer, professeur adjoint de l’université Duke, et ses collègues ont étudié les scans de la cheville de Donrussellia et l’ont comparée à celle d’autres animaux, en utilisant des algorithmes informatiques pour analyser la forme numérique en 3D de chaque petit os.

Ils ont été surpris de constater que la cheville de Donrussellia ne ressemblait pas à celle des autres primates, mais plutôt à celle des arboricoles et d’autres espèces non primates.

Tupaia nicobarica nicobarica photographié près de Campbell Bay à Great Nicobar, en Inde

Arbre de Nicobar (Tupaia nicobarica nicobarica) photographié près de Campbell Bay à Great Nicobar, en Inde ( CC BY-SA 4.0 )

Les analyses de l’équipe suggèrent également que l’animal n’a pas seulement grimpé ou couru le long de petites branches. Il a peut-être plutôt réussi à se faufiler entre les troncs et les branches, en utilisant ses pattes de préhension pour bloquer l’atterrissage.

Les chercheurs affirment que – contrairement à ce que pensaient de nombreux scientifiques – les premiers primates ont peut-être d’abord développé leurs capacités de sauts acrobatiques, tandis que les changements anatomiques qui leur ont permis de s’accrocher à l’extrémité des branches et de se faufiler d’un arbre à l’autre sont survenus plus tard.

Psssst ici:  Les origines du langage humain : L'un des problèmes les plus difficiles de la science

« Pouvoir sauter d’un arbre à l’autre aurait pu être important, surtout s’il y avait des prédateurs terrestres qui attendaient de les attraper », a déclaré M. Boyer.

Image du haut : Un os de cheville datant de 52 millions d’années suggère que les premiers primates, les ancêtres des humains, étaient très doués pour sauter d’un arbre à l’autre. Crédit : Douglas Boyer, Université de Duke

L’article « Pourquoi vos ancêtres auraient réussi le saut en hauteur : Les premiers primates ont été construits pour sauter, comme le suggère le fossile de leur cheville » a été publié à l’origine sur Science Daily.

Source : Université de Duke. « Pourquoi vos ancêtres auraient réussi le saut en longueur : Les premiers primates ont été construits pour sauter, comme le suggère le fossile d’une cheville. » ScienceDaily. ScienceDaily, 11 septembre 2017. www.sciencedaily.com/releases/2017/09/170911150924.htm

Références

Doug M. Boyer, Séverine Toussaint, Marc Godinot. La postcrânie de l’euprimate le plus primitif et ses implications sur les origines des primates . Journal of Human Evolution , 2017 ; 111 : 202 DOI : 10.1016/j.jhevol.2017.07.005

.

Bouton retour en haut de la page