Quels sont les droits protégés par le droit d’auteur ? – Troovez.com

Uriel est un avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle, un auteur de fiction et un passionné de langues.

Les types de droits conférés par le droit d’auteur

Dans un article précédent intitulé « Principes du droit d’auteur pour les auteurs », j’ai expliqué les notions de base du droit d’auteur et défini le droit d’auteur comme un ensemble de règles établies pour protéger les œuvres originales de l’auteur fixées sur un support tangible. J’ai également abordé les concepts de propriété, de licence et de cession.

Les éléments susmentionnés sont au cœur des types de droits qu’une personne – qu’il s’agisse d’un individu ou d’une entreprise – peut avoir sur une œuvre protégée par le droit d’auteur. Si le propriétaire d’une création a tous les droits sur celle-ci, les droits d’un licencié ou d’un cessionnaire sont, le plus souvent, limités par la portée de leur accord avec le(s) propriétaire(s).

Il existe deux types de droits dans le cadre du droit d’auteur : les droits moraux et économiques. À l’aide de descriptions et d’exemples clairs, j’expliquerai la signification de chaque type de droits, ainsi que leur implication pour le propriétaire, le licencié ou le cessionnaire.

Les droits moraux ne sont accordés qu’à des auteurs individuels. Dans de nombreuses législations nationales, ils restent acquis aux auteurs même après que ceux-ci ont transféré leurs droits patrimoniaux.

Droits moraux dans le cadre du droit d’auteur

Le droit moral protège l’association de l’auteur avec son travail créatif en préservant l’intégrité de l’œuvre et l’intention derrière l’œuvre. Il permet aux auteurs et aux créateurs de prendre certaines mesures pour préserver et protéger leur lien avec leur travail.

A lire  Principes du droit d'auteur pour les auteurs - Troovez.com

Les droits moraux peuvent être divisés en deux catégories : les droits d’attribution et les droits d’intégrité.

Les droits d’attribution et d’association

  • Le droit d’attribution (également appelé droit de paternité) est la capacité de l’auteur à se nommer publiquement comme auteur de son œuvre et à faire apparaître son nom dans toutes les sections pertinentes de l’œuvre (par exemple, le générique d’un film, la signature de l’artiste sur une peinture, le nom d’un auteur sur une œuvre littéraire, etc.) ). Ce même droit permet à l’auteur de rester anonyme s’il le souhaite.
  • Le droit d’association est la prérogative d’un auteur de choisir dans quels contextes et en association avec quelles causes son travail créatif est utilisé. Cela permet à l’auteur d’invoquer une atteinte au droit moral et de demander réparation si son œuvre est utilisée d’une manière qui ternit son nom ou sa réputation.

Le droit à l’intégrité

Il s’agit de la capacité de l’auteur à préserver le sens voulu de son œuvre. Cela inclut le droit de protéger une œuvre contre toute déformation ou modification de quelque nature que ce soit sans l’autorisation de l’auteur ou contre toute utilisation dérogatoire.

Droits économiques dans le cadre du droit d’auteur

Droits économiques permettent aux titulaires de droits d’auteur de tirer des avantages financiers de l’utilisation de leurs œuvres par d’autres. Ils permettent au propriétaire d’une œuvre protégée par le droit d’auteur de décider comment utiliser son œuvre et d’empêcher les autres de l’utiliser sans autorisation.

La plupart des lois nationales stipulent que les titulaires de droits d’auteur peuvent autoriser ou interdire :

  • la reproduction de l’œuvre sous diverses formes, telles que des publications imprimées ;
  • la distribution de copies de l’œuvre ;
  • l’exécution publique de l’œuvre ;
  • la diffusion ou toute autre communication de l’œuvre au public ;
  • la traduction de l’ouvrage dans d’autres langues ; et
  • l’adaptation de l’œuvre, comme la transformation d’un roman en scénario.
A lire  Théorie psychodynamique : Approches et promoteurs

Un titulaire de droits d’auteur peut transférer tout ou partie de ses droits d’autoriser ou d’interdire certains actes à une personne physique ou à une société nommée cessionnaire. Dans ce cas, le processus de transfert sera appelé affectation. Le cessionnaire devient le titulaire du droit d’auteur si tous les droits économiques lui ont été transférés, ou simplement un titulaire de droits si une partie des droits a été transférée. Étant donné que les droits d’auteur sont divisibles, il est possible d’avoir plusieurs titulaires de droits sur une même œuvre.

Pour mieux comprendre la notion de cession, prenons l’exemple d’un écrivain qui cède intégralement à son éditeur ses droits patrimoniaux sur la reproduction et l’adaptation de son livre. Cela signifie que toute décision ultérieure concernant l’impression et l’adaptation de ce livre ne nécessitera plus l’autorisation de l’auteur, mais celle de l’éditeur. En d’autres termes, l’éditeur pourra autoriser un tiers à reproduire ou à adapter le livre sans demander le consentement de l’auteur. L’auteur conservera toutefois le contrôle des droits non cédés à l’éditeur.

Je pense que le droit d’auteur est moral, approprié. Je pense qu’un créateur a le droit de contrôler la disposition de ses œuvres.

– Esther Dyson

Comment fonctionne l’octroi de licences

Un titulaire de droit d’auteur peut également transférer son droit économique pour une durée et un objectif spécifiques par le biais d’un processus appelé l’octroi de licences. Dans ce type de transfert, le titulaire du droit d’auteur conserve la propriété mais autorise un tiers à effectuer certains actes couverts par les droits patrimoniaux, généralement pour une période et un but précis.

A lire  Une introduction à l'anthropologie culturelle

En utilisant l’illustration ci-dessus, si l’auteur d’un livre donne une licence à son éditeur pour reproduire et adapter son livre, cela ne donne à l’éditeur aucun droit d’autoriser ou d’interdire à un tiers d’accomplir les actes pour lesquels il a reçu une licence. Un licencié ne peut accomplir que les actes pour lesquels il a été autorisé par le titulaire du droit d’auteur. De plus, à moins qu’une licence ne soit exclusive, elle n’empêche normalement pas l’auteur d’autoriser d’autres personnes à effectuer les mêmes actes autorisés.

Bouton retour en haut de la page