Bellerophon – Les escapades d’un héros bad boy avec des leçons cachées

Bellerophon est un héros bien connu dans la mythologie grecque. Il est surtout connu pour le meurtre de la Chimère, une monstrueuse créature cracheuse de feu à trois têtes. Le héros a réussi à accomplir cet exploit avec l’aide de Pégase, le cheval ailé. Dans l’art classique, les trois figures sont souvent représentées ensemble. L’histoire de Bellerophon, cependant, se termine par une tragédie. C’est son orgueil, ou sa fierté excessive qui a entraîné la chute du héros. C’est peut-être une leçon que les Grecs anciens ont cherché à présenter à travers l’histoire de Bellerophon.

Qui était Bellerophon ?

Les écrivains de l’Antiquité n’étaient pas tout à fait d’accord sur la filiation de Bellerophon. Selon l’Iliade d’Homère, par exemple, son père était Glaucus, le roi d’Ephyre (l’ancien nom de Corinthe). Glaucus était le fils de Sisyphe, qui était célèbre pour sa ruse. En trompant les dieux, cependant, Sisyphe a reçu une punition unique dans le monde souterrain.

Le roi mort a été forcé de faire rouler un énorme rocher sur une colline escarpée. Mais à son insu, Zeus avait placé un enchantement sur le rocher, le faisant redescendre avant que Sisyphe ne puisse atteindre le sommet. Par conséquent, Sisyphe fut condamné à une éternité de travail sans les résultats escomptés. Son fils, Glaucus, a lui aussi un certain nombre d’histoires intéressantes à raconter. Selon une légende, le roi aurait donné de la chair humaine à ses juments et, ironie du sort, aurait été lui-même dévoré par elles.

Bien qu’Homère ne fournisse pas le nom de la mère de Bellerophon, d’autres sources la désignent comme Eurymède (ou Eurynome), la fille de Nisus, le roi de Mégare. Si l’on considère que Glaucus et Eurynome étaient tous deux mortels, Bellérophon aurait été complètement mortel. Certaines sources, cependant, affirment que le père de Bellérophon n’était pas Glaucus. Selon le catalogue des femmes d’Hésiode, par exemple, Zeus a fait le vœu que Glaucus n’ait pas d’enfants à lui. Hésiode poursuit en disant qu’Eurymède a déposé dans les bras de Poséidon, et qu’en conséquence, il a donné naissance à Bellérophon. Ainsi, dans ce récit, Bellérophon était un demi-dieu.

Représentation du dieu grec ancien Poséidon, qui serait le plus éloigné de Bellérophon. (Domaine public)

Représentation du dieu grec ancien Poséidon, qui serait le plus éloigné de Bellérophon. ( Domaine public )

Meurtre et exil

En tout cas, Bellerophon a été exilé de son domicile, car il avait commis un meurtre. Selon une version du mythe, le héros avait tué Bellerus, un noble de sa ville. Cette version du mythe explique également que c’est à cause du meurtre de Bellerus que le héros a reçu le nom de « Bellerophon ».

Avant cet incident, il était connu sous le nom d’Hippone. Par ailleurs, Bellerophon aurait assassiné son propre frère, connu sous le nom de Deliades, Peiren ou Alcimenes. Les mythes, cependant, ne racontent pas les circonstances du meurtre. Après avoir été exilé de Corinthe, Bellérophon se rendit à Argos.

Bellerophon arrive à la cour de Proetus, le roi de Tiryns. Le héros est accueilli par le roi, traité comme un invité, et purifié de son crime. Selon Homère, Proétus avait une femme nommée Anteia. D’autres sources, cependant, affirment que la reine était une femme du nom de Stheneboea. En tout cas, la reine est tombée amoureuse de Bellerophon, et a commencé à faire des avances au héros.

Mosaïque de galets représentant la bataille de Bellerophon contre la Chimère, Musée archéologique de Rhodes.          (Speravir / Domaine public)

Mosaïque de galets représentant la bataille de Bellerophon contre la Chimère, Musée archéologique de Rhodes. (Speravir / Domaine public )

Cependant, Bellerophon ne s’intéresse pas à elle et rejette ses offres. Se sentant offensée, Anteia/Stheneboea se rendit chez son mari et accusa faussement Bellérophon de lui avoir fait des propositions indécentes. Elle exhorta également Proetus à faire tuer Bellerophon. Bien que le roi ait cru sa femme, il n’était pas disposé à tuer le héros, car il était son invité et était donc protégé par xenia, la règle sacrée de l’hospitalité. Proétus était conscient que s’il enfreignait cette règle, il pourrait faire face à un châtiment divin.

A lire :  La chute des géants et leur destin selon les textes anciens

Le plan de ruse de Proetus

C’est pourquoi Proetus a élaboré un plan, dans lequel Bellerophon serait tué par quelqu’un d’autre. Un jour, le roi appela le héros et lui demanda de remettre une tablette scellée à Iobates, le roi de Lycie, et au père d’Anteia/Stheneboea. Le message de Proteus à Iobates était simple : tuer le porteur de cette tablette. Bellérophon, ignorant le danger dans lequel il se mettait, fit ce qu’on lui disait et apporta la tablette en Lycie. Selon la version d’Homère du mythe, les Iobates accueillirent généreusement Bellérophon et organisèrent un festin en l’honneur du héros tous les jours pendant les neuf jours suivants.

Enfin, le matin du dixième jour, Iobates demanda à Bellerophon la tablette que Protée lui avait envoyée. Lorsque le roi ouvrit la tablette et lut le message de son gendre, il fut choqué. Iobates savait que puisqu’il avait reçu Bellérophon comme invité au cours des neuf derniers jours, le héros était protégé par Xenia. Le roi était conscient qu’il ne devait pas faire de mal à son invité. Mais en même temps, il était obligé de satisfaire la demande de son gendre. Il décida donc de faire ce que Proetus avait fait, c’est-à-dire de laisser quelqu’un d’autre tuer Bellerophon. Mais au lieu d’envoyer Bellerophon à un autre roi, les Iobates décidèrent de donner au héros une tâche impossible à accomplir.

La photo montre l'époque où Bellerophon a dit au revoir au roi Iobates avant d'accomplir la

La photo montre l’époque où Bellerophon a dit au revoir au roi Iobates avant d’accomplir la « tâche impossible » de tuer la bête, la Chimère. (Alexandre Ivánov / Domaine public )

Dans la région voisine de Caria vivait un monstre appelé la Chimère. Dans la théogonie d’Hésiode, le monstre serait la progéniture de Typhon et d’Echidna. Hésiode décrit la créature comme suit : « mais elle (Echidna) portait Chimère, qui respirait un feu invincible, une terrible grande créature, aux pieds rapides et forts. Elle avait trois têtes : celle d’un lion féroce, celle d’une chèvre et celle d’un serpent puissant ». Dans l’Iliade, Homère donne une description similaire du monstre, qui est la suivante : « sinistre monstre issu des dieux, rien d’humain, tout lion devant, tout serpent derrière, toute chèvre entre les deux, terrible, tirant un feu mortel à chaque souffle ! »

L’obtention de Pégase et le massacre de la bête

Dans la Théogonie et l’Iliade, Bellerophon est reconnu comme le tueur de la Chimère. Cependant, aucune des deux sources ne mentionne comment le héros a accompli cet exploit impossible. Dans toutes les versions du mythe, Bellerophon obtient l’aide de Pégase dans sa quête pour tuer la Chimère. Pégase était le célèbre cheval ailé de la mythologie grecque. Comme la Chimère, Pégase était aussi la progéniture d’un monstre, la Gorgone Méduse .

Représentation du cheval mythique Pégase. (tempête / stock Adobe)

Représentation du cheval mythique Pégase. ( tempête / stock Adobe )

Selon la mythologie grecque, lorsque Méduse a été décapitée par le héros Persée, Chrysaor (dont le nom signifie « celui qui a une épée d’or ») et Pégase ont jailli du cou du monstre. Le père de Chrysaor et de Pégase aurait été Poséidon. Ovide, dans ses Métamorphoses, prétend que Poséidon, sous la forme d’un oiseau, s’est accouplé avec la Gorgone, ce qui l’a mise enceinte. Ses deux enfants, cependant, sont restés dans son cou, jusqu’à ce qu’elle soit tuée par Persée.

Il existe différentes versions quant à la façon dont Bellerophon est entré en possession de Pégase. Dans le catalogue des femmes de Hésiode, par exemple, Pégase aurait été offert à Bellérophon par son père, Poséidon.

A lire :  Explication : L'histoire de Déméter et Perséphone

Selon une autre version du conte, trouvée dans les Odes olympiques de Pindare, Bellerophon aurait tenté d’apprivoiser le cheval ailé au printemps de Corinthe, mais toutes ses tentatives se sont soldées par un échec. Finalement, la déesse Athéna est venue en rêve voir le héros et lui a révélé comment il pourrait apprivoiser Pégase. La déesse donna à Bellérophon une bride magique et un bandeau d’or. De plus, elle lui a dit qu’il devait sacrifier un taureau blanc comme neige à Poséidon et lui montrer la bride.

Quand Bellerophon s’est réveillé, il a fait ce qu’on lui a dit et a réussi à capturer Pégase. En revanche, Pausanias, dans sa Description de la Grèce, écrit qu’Athéna elle-même apprivoisa Pégase et le donna à Bellérophon.

Représentation de Bellerophon chevauchant Pégase. (Mary Hamilton Frye / Domaine public)

Représentation de Bellerophon chevauchant Pégase. (Mary Hamilton Frye / Domaine public )

La plupart des sources anciennes ne donnent pas de détails sur la bataille entre Bellerophon et la Chimère. Dans la Bibliotheca de Pseudo-Apollodorus, Bellerophon aurait monté Pégase pour son combat contre la Chimère. Comme le héros et son destrier étaient en l’air, ils ont pu éviter les flammes vomies par le monstre. Pseudo-Apollodorus poursuit en disant que le héros a tué la Chimère avec son arc et ses flèches.

La représentation de cette bataille dans l’art classique est cependant différente du récit de Pseudo-Apollodorus. Une plaque en relief en terre cuite du British Museum, par exemple, montre Bellerophon combattant la Chimère avec une épée. La plaque représente également Pégase sans ailes. Mais le plus souvent, le héros est représenté brandissant une lance pour son combat contre la Chimère. Cela est visible dans la représentation de la bataille sur les poteries de la Grèce antique, ainsi que sur les mosaïques.

Bellerophon sur Pégase lance la Chimère, sur un épinetron à figures rouges du grenier, 425-420 av. (Musée archéologique national d'Athènes / CC BY-SA 2.5)

Bellerophon sur Pégase lance la Chimère, sur un épinetron à figures rouges du grenier, 425-420 av. (Musée archéologique national d’Athènes / CC BY-SA 2.5 )

D’autres tentatives sur la vie de Bellerophon

Après avoir tué la Chimère, Bellerophon est retourné à Iobates. Si le roi était heureux que le monstre féroce n’existe plus, il était probablement déçu de voir que Bellérophon était toujours en vie. Selon Homère et Pseudo-Apollodorus, les Iobates n’ont pas abandonné, et ont donné au héros une autre tâche impossible à accomplir. Cette fois, le roi demanda à Bellérophon de soumettre les Solymes, une tribu barbare qui ravageait les frontières de la Lycie. Malheureusement, il existe peu d’informations, tant en littérature qu’en art, sur la bataille entre Bellérophon et les Solymes.

Il suffit de dire que Bellerophon a également accompli cette tâche et est retourné triomphalement à Iobates. Le roi tenta de faire tuer à nouveau Bellerophon, cette fois en l’envoyant contre les légendaires Amazones. Homère et Pseudo-Apollodorus rapportent tous deux que les Iobates ont tenté de tuer une dernière fois Bellérophon en envoyant ses meilleurs guerriers pour tendre une embuscade au héros. Bellerophon les a tous tués facilement.

Ayant essayé et échoué à tuer tant de fois, Iobates a été forcé de reconnaître que Bellerophon était plus qu’un être humain. Dans le récit de Pseudo-Apollodorus, Iobates montra à Bellerophon la tablette envoyée par Proetus, révélant ainsi au héros la raison pour laquelle il avait été envoyé sur ces missions dangereuses. Le roi voulait se racheter auprès de Bellérophon, ou peut-être craignait-il que le héros ne se venge de lui.

Iobates demanda donc à Bellerophon de rester avec lui, et lui donna la main de sa fille, Philonoe, en mariage. Pseudo-Apollodorus conclut le mythe en disant que lorsque Iobates mourut, Bellerophon hérita de son royaume. Bien que le récit d’Homère soit similaire à celui de Pseudo-Apollodorus, il en diffère légèrement dans la mesure où le roi a donné à Bellérophon la moitié de ses privilèges royaux alors qu’il était encore en vie.

Pas toujours une fin heureuse

Mais le mythe de Bellérophon ne s’arrête pas toujours sur cette note heureuse. Homère, par exemple, a écrit que « mais le jour est vite venu où même Bellérophon était détesté par tous les dieux. Il erra dans la plaine de l’Aléan, tout seul, le coeur brisé, fugitif, fuyant les sentiers battus des hommes ». Homère, cependant, ne mentionne pas la cause de la déchéance de Bellérophon.

A lire :  Mauvaise compagnie ? Sorcières, gardiens de l'esprit et démons

Au lieu de cela, il faut consulter d’autres sources pour comprendre ce qui est arrivé au héros. Dans ses Odes d’Isthme, par exemple, Pindare affirme que Bellérophon voulait voler sur le dos de Pégase vers les cieux, afin de partager la compagnie des dieux. Le héros, cependant, fut jeté par Pégase sur Terre. Pégase aurait poursuivi son voyage et aurait eu une place dans les stalles de Zeus lorsqu’il a atteint les cieux.

Bellerophon essayant d'atteindre le ciel en chevauchant Pégase. (Giovanni Battista Tiepolo / Domaine public)

Bellerophon essayant d’atteindre le ciel en chevauchant Pégase. (Giovanni Battista Tiepolo / Domaine public )

Dans une autre version du mythe, trouvée dans l’Astronomica de Pseudo-Hyginus, Bellerophon a presque atteint les cieux sur Pégase. Le héros, cependant, a décidé de regarder la Terre, et a été soudainement frappé par la peur. Il est alors tombé de Pégase et a été tué.

Dans les Fabulae de Pseudo-Hyginus, en revanche, on dit que Bellerophon s’est simplement luxé la hanche lors de la chute. Dans l’Astronomica, Pégase a poursuivi son voyage vers les cieux, et a finalement été placé par Zeus parmi les constellations. Soit dit en passant, même après la période classique, Pégase a continué à être utilisé comme emblème. Par exemple, il est un élément commun en héraldique, et se trouve sur le drapeau de la Toscane. À l’époque moderne, le vol de Pégase vers les cieux est considéré comme un symbole d’inspiration poétique.

Cependant, Bellerophon ne semble pas avoir fait aussi bien. Dans les différents récits de la chute du héros, il semble que la tragédie ait été provoquée soit par Bellérophon lui-même, soit par Pégase, et n’ait rien à voir avec les dieux. Une version populaire du mythe, cependant, affirme que Zeus, voyant ce que Bellérophon essayait de faire, a envoyé un taon pour piquer Pégase, lui faisant ainsi chasser le héros de son dos.

L’implication de Zeus dans cette version du mythe sert de leçon contre l’orgueil. Bellerophon, un simple mortel (ou au mieux un demi-dieu) se considérait comme l’égal des dieux, et essayait d’atteindre leur foyer par ses propres moyens. Pour les Grecs de l’Antiquité, c’était une manifestation d’orgueil excessif, que les dieux méprisaient. En conséquence, Zeus punit le héros en le faisant renvoyer sur Terre.

Image du haut : Selon la mythologie grecque ancienne, le héros Bellerophon, à l’aide du cheval ailé Pégase, a tué la monstrueuse créature connue sous le nom de Chimère. Source : insima / Adobe stock

Par Wu Mingren

Références

Atsma, A. J., 2017. Bellerophon (Bellerophontes). [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.theoi.com/Heros/Bellerophontes.html

Atsma, A. J., 2017. Chimère (Khimaira). [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.theoi.com/Ther/Khimaira.html

Atsma, A. J., 2017. Pegasus (Pegasos). [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.theoi.com/Ther/HipposPegasos.html

Encyclopédie Mythica, 1997. Bellerophon. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://pantheon.org/articles/b/bellerophon.html

greek-gods.org, 2018. Bellerophon. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.greek-gods.org/greek-heroes/bellerophon.php

greekgodsandgoddesses.net, 2017. Chimaera. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://greekgodsandgoddesses.net/myths/chimaera/

Encyclopédie du Nouveau Monde, 2020. Chimère (mythologie). [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.newworldencyclopedia.org/entry/Chimera_(mythologie)

Le British Museum, 2020. Plaque votive / relief. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://research.britishmuseum.org/research/collection_online/collection_object_details.aspx?images=true&objectId=461857&partId=1

Les éditeurs de l’Encyclopaedia Britannica, 2018. Bellerophon. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/Bellerophon-Greek-mythology

Les éditeurs de l’Encyclopaedia Britannica, 2018. Glaucus. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/Glaucus-Greek-mythology

Les rédacteurs de l’Encyclopaedia Britannica, 2019. Pégase. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/Pegasus-Greek-mythology

Les rédacteurs de l’Encyclopaedia Britannica, 2019. Sisyphe. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/Sisyphus

www.greekmythology.com, 2020. Bellerophon. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.greekmythology.com/Myths/Heroes/Bellerophon/bellerophon.html

www.greekmythology.com, 2020. Pegasus. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.greekmythology.com/Myths/Creatures/Pegasus/pegasus.html

.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!