l’éruption mortelle du mont St. Helens

« Vancouver ! Vancouver ! C’est ici ! »

La voix de David Johnston crépitait sur la liaison radio depuis le poste d’observation en eau froide, au nord du mont St. Helens, par un clair dimanche matin du 18 mai 1980. Quelques secondes plus tard, le volcanologue du gouvernement était englouti dans l’explosion latérale gigantesque du volcan. D’autres personnes sont mortes ce jour-là (dont trois autres géologues), mais pour moi, la mort de David est survenue tout près de chez moi – c’était un de mes collègues de travail dans les bureaux de l’U.S. Geological Survey dans la région de la baie de San Francisco. Il avait beaucoup d’amis et un brillant avenir, et lorsque « Vancouver », la base temporaire de l’USGS à Vancouver, Washington, est devenue une institution permanente, elle a pris son nom pour lui rendre hommage.

La mort de Johnston, je m’en souviens, a été un choc pour ses collègues. Non seulement parce qu’il avait été si vivant et si jeune, mais aussi parce que la montagne avait semblé coopérer ce printemps-là.

Le mont St. Helens : contexte et éruption

Le mont St. Helens était connu depuis longtemps comme un volcan menaçant, ayant été en éruption pour la dernière fois en 1857. Dwight Crandall et Donal Mullineaux de l’USGS, dès 1975, l’avaient considéré comme le plus probable des volcans de la chaîne des Cascades à entrer en éruption, et ils ont demandé un programme de surveillance régulière et de préparation civique. Ainsi, lorsque la montagne s’est réveillée le 20 mars 1980, la communauté scientifique a fait de même.

A lire  Géologie et utilisation des roches brèches

La technologie de pointe a été poussée – des capteurs ont été mis en place tout autour du pic qui ont diffusé leurs relevés à des ordinateurs d’enregistrement de données à plusieurs kilomètres des gaz polluants et du sol tremblant. Des méga-octets de données propres (rappelez-vous que nous sommes en 1980) ont été rassemblés et des cartes précises du volcan, compilées à partir de mesures de distance par laser, ont été établies en quelques jours seulement. Ce qui est aujourd’hui une pratique de routine était alors tout nouveau. L’équipe du Mont St. Helens a donné des séminaires de formation sur les sacs bruns pour enthousiasmer les foules dans les bureaux de l’USGS dans la région de la Baie. Il semblait que les scientifiques maîtrisaient le pouls du volcan et que les autorités pouvaient être alertées avec des heures ou des jours de préavis, procéder à des évacuations en bon ordre et sauver des vies.

Mais le Mont St. Helens a explosé d’une manière que personne n’avait prévue, et 56 personnes plus David Johnston sont mortes ce dimanche de feu. Son corps, comme celui de beaucoup d’autres, ne fut jamais retrouvé.

L’héritage du Mont Sainte-Hélène

Après l’éruption, les recherches se sont poursuivies. Les méthodes testées pour la première fois à Sainte-Hélène ont été déployées et perfectionnées au cours des années suivantes, puis lors des éruptions d’El Chichón en 1982, du Mont Spurr et du Kilauea. Malheureusement, d’autres volcanologues sont morts sur l’Unzen en 1991 et sur les Galeras en 1993.

En 1991, ces recherches ont porté des fruits spectaculaires lors de l’une des plus grandes éruptions du siècle, à Pinatubo aux Philippines. Là, les autorités ont évacué la montagne et ont évité des milliers de morts. L’Observatoire Johnston a une bonne histoire sur les événements qui ont conduit à ce triomphe, et sur le programme qui l’a rendu possible. La science a de nouveau servi l’autorité civique à Rabaul dans le Pacifique Sud et à Ruapehu en Nouvelle-Zélande. La mort de David Johnston n’a pas été vaine.

A lire  Le naufrage des plaques tectoniques

La Sainte-Hélène d’aujourd’hui

Aujourd’hui, l’observation et la recherche au Mont St. Helens battent toujours leur plein ; ce qui est nécessaire, car le volcan est toujours très actif et a montré des signes de vie depuis. Parmi ces recherches avancées, on peut citer le projet iMUSH (Imaging Magma Under St. Helens), qui utilise des techniques d’imagerie géophysique ainsi que des données géochimiques et pétrologiques pour créer des modèles des systèmes magmatiques sous toute la zone.

Au-delà de l’activité tectonique, le volcan a une renommée plus récente : il abrite le plus récent glacier du monde, situé en plein dans la caldeira du volcan. Cela peut sembler difficile à croire, étant donné le cadre et le fait que la plupart des glaciers du monde sont en déclin. Mais l’éruption de 1980 a laissé un cratère en fer à cheval, qui protège la neige et la glace accumulées du soleil, et une couche de roche isolante, qui protège le glacier de la chaleur sous-jacente. Cela permet au glacier de se développer avec peu d’ablation.

Le Mont Sainte-Hélène sur le Web

Il existe de nombreux sites web qui traitent de cette histoire ; pour moi, quelques-uns se démarquent.

  • L’énorme site du Mont St. Helens de l’USGS à l’Observatoire de Volcan des Cascades de Johnston a une histoire scientifique approfondie avant, pendant et après l’explosion, ainsi qu’une étude du programme continu pour observer la respiration subtile du pic qu’ils appellent « MSH » dans son repos temporaire. Fouillez également dans la galerie de photos.
  • The Columbian, le journal de la ville voisine de Vancouver, Washington, propose une chronologie informative sur l’histoire du Mont St.
  • L’Atlantique dispose d’une puissante galerie d’images des conséquences immédiates.
A lire  Principales zones sismiques dans le monde

PS : Assez bizarrement, il y a un autre David Johnston qui s’occupe des volcans aujourd’hui en Nouvelle-Zélande. Voici un de ses articles sur la façon dont les gens réagissent à la menace d’une éruption.

Publié sous la direction de Brooks Mitchell

Bouton retour en haut de la page