Qu’est-ce que l’hypothèse de contact en psychologie ?

Contents

L’hypothèse du contact est une théorie en psychologie qui suggère que les préjugés et les conflits entre les groupes peuvent être réduits si les membres des groupes interagissent les uns avec les autres.

Key Takeaways : Hypothèse de contact

  • L’hypothèse du contact suggère que les contacts interpersonnels entre groupes peuvent réduire les préjugés.
  • Selon Gordon Allport, qui a été le premier à proposer cette théorie, quatre conditions sont nécessaires pour réduire les préjugés : l’égalité de statut, des objectifs communs, la coopération et le soutien institutionnel.
  • Bien que l’hypothèse du contact ait été étudiée le plus souvent dans le contexte des préjugés raciaux, les chercheurs ont constaté que le contact était capable de réduire les préjugés à l’encontre des membres de divers groupes marginalisés.

Contexte historique

L’hypothèse de contact a été développée au milieu du 20ème siècle par des chercheurs qui voulaient comprendre comment réduire les conflits et les préjugés. Des études menées dans les années 1940 et 1950, par exemple, ont montré que le contact avec des membres d’autres groupes était lié à des niveaux de préjugés moins élevés. Dans une étude datant de 1951, les chercheurs ont examiné le lien entre la vie dans des unités de logement séparées ou déségrégées et les préjugés et ont constaté qu’à New York (où le logement était déségrégé), les participants blancs à l’étude ont fait état de préjugés moins importants que les participants blancs de Newark (où le logement était toujours séparé).

L’un des premiers théoriciens clés qui a étudié l’hypothèse du contact est le psychologue de Harvard Gordon Allport, qui a publié en 1954 l’ouvrage influent The Nature of Prejudice. Dans son livre, Allport a passé en revue les recherches antérieures sur les contacts entre groupes et les préjugés. Il a constaté que les contacts réduisaient les préjugés dans certains cas, mais que ce n’était pas une panacée – il y avait aussi des cas où les contacts entre groupes aggravaient les préjugés et les conflits. Afin d’en tenir compte, Allport a cherché à déterminer à quel moment le contact permettait de réduire les préjugés avec succès, et il a développé quatre conditions qui ont été étudiées par des chercheurs ultérieurs.

Les quatre conditions d’Allport

Selon M. Allport, les contacts entre les groupes sont plus susceptibles de réduire les préjugés si les quatre conditions suivantes sont remplies :

  1. Les membres des deux groupes ont un statut égal. Allport pense que des contacts dans lesquels les membres d’un groupe sont traités comme des subordonnés ne réduiraient pas les préjugés – et pourraient même aggraver la situation.
  2. Les membres des deux groupes ont des objectifs communs.
  3. Les membres des deux groupes travaillent en collaboration. Allport a écrit : « Seul le type de contact qui amène les gens à faire des choses ensemble est susceptible d’entraîner un changement d’attitude ».
  4. Il existe un soutien institutionnel pour le contact (par exemple, si les chefs de groupe ou d’autres figures d’autorité soutiennent le contact entre les groupes).
A lire :  Claude Lévi-Strauss : Vie, travail et théories

Évaluation de l’hypothèse de contact

Dans les années qui ont suivi la publication de l’étude originale d’Allport, les chercheurs ont cherché à tester empiriquement si le contact avec d’autres groupes peut réduire les préjugés. Dans un article publié en 2006, Thomas Pettigrew et Linda Tropp ont réalisé une méta-analyse : ils ont examiné les résultats de plus de 500 études précédentes – avec environ 250 000 participants à la recherche – et ont trouvé des éléments de soutien à l’hypothèse du contact. En outre, ils ont constaté que ces résultats n’étaient pas dus à l’autosélection (c’est-à-dire que les personnes ayant moins de préjugés choisissent d’avoir des contacts avec d’autres groupes, et les personnes ayant plus de préjugés choisissent d’éviter les contacts), car le contact a un effet bénéfique même lorsque les participants n’ont pas choisi d’avoir ou non des contacts avec des membres d’autres groupes.

Bien que l’hypothèse du contact ait été étudiée le plus souvent dans le contexte des préjugés raciaux, les chercheurs ont constaté que le contact était capable de réduire les préjugés à l’encontre des membres de divers groupes marginalisés. Par exemple, le contact a permis de réduire les préjugés fondés sur l’orientation sexuelle et les préjugés à l’encontre des personnes handicapées. Les chercheurs ont également constaté que le contact avec les membres d’un groupe permettait non seulement de réduire les préjugés à l’égard de ce groupe particulier, mais aussi de réduire les préjugés à l’égard des membres d’autres groupes.

Qu’en est-il des quatre conditions d’Allport ? Les chercheurs ont constaté un effet plus important sur la réduction des préjugés lorsqu’au moins une des conditions d’Allport était remplie. Cependant, même dans les études qui ne remplissaient pas les conditions d’Allport, les préjugés étaient toujours réduits – ce qui suggère que les conditions d’Allport peuvent améliorer les relations entre les groupes, mais qu’elles ne sont pas strictement nécessaires.

Pourquoi le contact réduit-il les préjugés ?

Les chercheurs ont suggéré que le contact entre les groupes peut réduire les préjugés car il réduit les sentiments d’anxiété (les gens peuvent être anxieux à l’idée d’interagir avec les membres d’un groupe avec lequel ils ont eu peu de contacts). Le contact peut également réduire les préjugés parce qu’il augmente l’empathie et aide les gens à voir les choses du point de vue de l’autre groupe. Selon le psychologue Thomas Pettigrew et ses collègues, le contact avec un autre groupe permet aux gens « de sentir comment les membres de l’extérieur se sentent et voient le monde ».

A lire :  À quelle vitesse les humains peuvent-ils courir ?

Le psychologue John Dovidio et ses collègues ont suggéré que le contact peut réduire les préjugés car il modifie la façon dont nous classons les autres. Un des effets du contact peut être la décatégorisation, qui consiste à voir quelqu’un comme un individu, plutôt que comme un simple membre de son groupe. Un autre résultat du contact peut être la re-catégorisation, dans laquelle les gens ne voient plus quelqu’un comme faisant partie d’un groupe avec lequel ils sont en conflit, mais plutôt comme un membre d’un groupe plus large et partagé.

Une autre raison pour laquelle le contact est bénéfique est qu’il favorise la formation d’amitiés au-delà des limites du groupe.

Limites et nouvelles orientations de la recherche

Les chercheurs ont reconnu que les contacts entre groupes peuvent se retourner contre eux, surtout si la situation est stressante, négative ou menaçante, et que les membres du groupe ont choisi de ne pas avoir de contact avec l’autre groupe. Dans son livre The Power of Human (2019), le chercheur en psychologie Adam Waytz a suggéré que la dynamique du pouvoir peut compliquer les situations de contact intergroupe, et que les tentatives de réconciliation des groupes en conflit doivent tenir compte de l’existence d’un déséquilibre de pouvoir entre les groupes. Par exemple, il a suggéré que, dans les situations où il existe un déséquilibre de pouvoir, les interactions entre les membres du groupe peuvent être plus susceptibles d’être productives si le groupe le moins puissant a la possibilité d’exprimer ce qu’il a vécu et si le groupe le plus puissant est encouragé à pratiquer l’empathie et à voir les choses du point de vue du groupe le moins puissant.

A lire :  Génie Wiley, l'enfant sauvage

Un contact peut-il promouvoir l’alliance ?

Une possibilité particulièrement prometteuse est que le contact entre les groupes pourrait encourager les membres plus puissants du groupe majoritaire à travailler en tant qu’alliés, c’est-à-dire à œuvrer pour mettre fin à l’oppression et aux injustices systématiques. Par exemple, Dovidio et ses collègues ont suggéré que « le contact offre également une occasion potentiellement puissante pour les membres du groupe majoritaire d’encourager la solidarité politique avec le groupe minoritaire ». De même, Tropp, l’un des co-auteurs de la méta-analyse sur le contact et les préjugés, déclare dans The Cut du New York Magazine que « le contact peut également modifier le comportement futur des groupes historiquement favorisés au profit des défavorisés ».

Si le contact entre groupes n’est pas une panacée, il constitue un outil puissant pour réduire les conflits et les préjugés – et il peut même encourager les membres de groupes plus puissants à devenir des alliés qui défendent les droits des membres des groupes marginalisés.

Sources et lectures complémentaires :

  • Allport, G. W. The Nature of Prejudice. Oxford, Angleterre : Addison-Wesley, 1954. https://psycnet.apa.org/record/1954-07324-000
  • Dovidio, John F., et al. « Reducing Intergroup Bias Through Intergroup Contact : Vingt ans de progrès et d’orientations futures ». Group Processes & Intergroup Relations, vol. 20, no. 5, 2017, pp. 606-620. https://doi.org/10.1177/1368430217712052
  • Pettigrew, Thomas F., et al. « Recent Advances in Intergroup Contact Theory ». International Journal of Intercultural Relations, vol. 35 no. 3, 2011, pp. 271-280. https://doi.org/10.1016/j.ijintrel.2011.03.001
  • Pettigrew, Thomas F., et Linda R. Tropp. « Un test méta-analytique de la théorie des contacts intergroupes ». Journal of Personality and Social Psychology, vol. 90, no. 5, 2006, pp. 751-783. http://dx.doi.org/10.1037/0022-3514.90.5.751
  • Chante, Jesse. « L’hypothèse de contact offre un espoir pour le monde. » New York Magazine : The Cut, 10 février 2017. https://www.thecut.com/2017/02/the-contact-hypothesis-offers-hope-for-the-world.html
  • Waytz, Adam. Le pouvoir de l’homme : comment notre humanité partagée peut nous aider à créer un monde meilleur. W.W. Norton, 2019.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!