La beauté et la complexité de la fabrication du verre dans le monde antique

Dans la société actuelle, le verre est un matériau facilement disponible. En raison de la production de masse, les objets en verre sont considérés comme communs et peuvent être trouvés partout. Dans l’Antiquité, cependant, la fabrication du verre était un savoir spécialisé que seules certaines sociétés avaient à leur disposition. Par conséquent, le verre ne pouvait être obtenu qu’auprès de ces quelques sociétés, l’élevant ainsi au statut d’objet de luxe.

Les premiers verriers : Phéniciens, Mésopotamiens et Égyptiens

Si le verre naturel, comme l’obsidienne, est utilisé depuis l’âge de la pierre, on ne sait pas exactement quand les êtres humains ont commencé à fabriquer du verre. Selon l’auteur romain, Pline l’Ancien, le verre a d’abord été produit (accidentellement) par des marchands amarrés sur la rivière Belus dans la région syrienne de Phénicie. On dit que ces marchands transportaient du nitre (nitrate de potassium) dans leur bateau. Alors qu’ils préparaient leur repas sur la plage, les marchands ne trouvaient pas de pierres appropriées pour soutenir leurs chaudrons. Ils ont donc décidé de prélever quelques morceaux de nitre sur leur navire à cette fin. Lorsque le nitre se combinait avec le sable de la plage et réagissait avec la chaleur du feu, « ils voyaient des courants transparents s’écouler d’un liquide jusqu’alors inconnu ».

Pendentif phénicien en forme de tête barbue. (IVe-IIIe siècle av. J.-C.)

Pendentif phénicien en forme de tête barbue. (IVe-IIIe siècle avant J.-C.) ( Wikimedia Commons )

Pline attribue la découverte du verre aux Phéniciens, mais les archéologues ont suggéré que le verre a d’abord été produit par les anciens Mésopotamiens ou les anciens Egyptiens. Les plus anciens objets en verre fabriqués par l’homme, par exemple, étaient principalement des perles de verre non transparentes, trouvées à la fois en Égypte et en Mésopotamie.

On pense que ces objets datent d’environ le milieu du 4e millénaire avant Jésus-Christ. Au cours du 3e millénaire avant J.-C., le verre était utilisé en Mésopotamie pour produire des glaçures sur des pots et des vases. Comme les Phéniciens dans le récit de Pline, on pense que cette découverte a été faite par hasard. Il a été suggéré que du sable calcifère a réussi à se frayer un chemin dans un four surchauffé, combiné à de la soude, et a formé une glaçure colorée sur les récipients en céramique.

Les récipients en verre creux ont été produits plus tard, car les plus anciens fragments connus de récipients en verre datent du XVIe siècle avant J.-C. Une fois de plus, ces artefacts ont été trouvés en Mésopotamie.

Bouteille en verre cannelée de Mésopotamie (1300-1200 avant J.-C.)

Bouteille en verre cannelé de Mésopotamie (1300-1200 avant J.-C.) (The British Museum)

La plus ancienne verrerie connue n’a cependant pas été découverte en Mésopotamie, mais en Égypte. Cette usine, qui a été datée du milieu du XIIIe siècle avant J.-C., a été découverte à Qantir, dans le delta oriental du Nil. J.-C., c’était la ville de Piramesses, la capitale de Ramsès II. C’est sur ce site que des équipements et du matériel de verrerie ont été identifiés.

Vases égyptiens portant le nom de Ramsès II.

Vases égyptiens portant le nom de Ramsès II. ( Wikimedia Commons )

Techniques anciennes pour la production de verre

Plusieurs techniques utilisées pour produire du verre dans le monde antique sont connues. Il s’agit de la formation de noyaux, de l’affaissement et de la formation de moules. La première technique consistait à enrober du verre fondu autour d’une masse faite de fumier ou d’argile. Un procédé similaire était utilisé pour former des perles de verre, bien qu’une tige recouverte d’un matériau de démoulage ait remplacé le noyau.

L’affaissement était utilisé pour produire des récipients ouverts tels que des bols et des assiettes. Le verre fondu était versé dans un moule résistant à la chaleur (soit sous forme réfractaire positive ou négative), et on le laissait s’écouler vers le bas sous l’effet de la gravité. Lorsque le verre refroidissait, il prenait la forme souhaitée. Des bols et des plaques étaient également produits par la technique du moulage. Cependant, la façon de créer ces objets ne repose pas sur la gravité, mais forme le récipient en pressant du verre mou entre deux moules réfractaires façonnés.

Les grands changements dans la fabrication du verre

C’est entre 27 avant J.-C. et 14 après J.-C. que l’industrie du verre a connu un changement majeur. C’est à cette époque que la technique du soufflage du verre a été découverte. Grâce à cette technique, il était possible de produire une plus grande variété de récipients en verre creux plus rapidement et plus facilement.

Les souffleurs de verre égyptiens de la 12e dynastie (environ 2 200 av. J.-C.)

Les souffleurs de verre égyptiens de la 12e dynastie (environ 2 200 av. J.-C.) ( Wikimedia Commons )

Si l’on pense que le soufflage de verre a d’abord été utilisé par les artisans phéniciens, il a rapidement été adopté par les Romains également, et on trouve des exemples de récipients en verre soufflé dans tout l’Empire romain. Finalement, des récipients en verre élégants et bien faits ont voyagé le long de la route de la soie ; ils ont été trouvés jusqu’en Chine, preuve que ces objets étaient suffisamment luxueux pour servir de marchandises commerciales. Au fur et à mesure que les techniques secrètes de la fabrication du verre se sont fait connaître par le commerce, le verre s’est répandu comme un outil utile pour créer toutes sortes de beaux récipients.

Plus tard dans l’histoire, certaines des plus belles créations en verre sont venues des serres vénitiennes utilisant des techniques secrètes de soufflage du verre. De 1500 à 1700 environ, des souffleurs de verre talentueux à Venise détenaient le monopole de la création et du commerce du verre de luxe dans toute l’Europe. Le souffleur de verre et chercheur William Gudenrath, du Corning Museum of Glass dans l’État de New York, s’intéresse vivement à cet artisanat et a révélé quelques-unes des méthodes secrètes de certains des plus célèbres souffleurs de verre de l’histoire. Ses travaux contribuent à la diffusion de la connaissance et de l’appréciation de la fabrication traditionnelle du verre.

Aujourd’hui encore, le soufflage du verre est la méthode la plus utilisée par les artisans qui produisent du verre à la main.

Image en vedette : Unguentarium piriforme en verre marbré romain. ( Wikimedia Commons )

Par Ḏḥwty

Références

GlassOnline, 2011. Une brève histoire du verre. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://web.archive.org/web/20110415194738/http://www.glassonline.com/infoserv/history.html

Owen, J., 2005. Une ancienne ville égyptienne produit les plus anciennes verreries du monde. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://news.nationalgeographic.com/news/2005/06/0616_050616_egyptglass.html

Musée Penn, 2015. La verrerie à l’époque romaine. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.penn.museum/sites/roman%20glass/Glassmaking/glassmaking_intro.html

Pline l’Ancien, Histoire naturelle [Online]

[Bostock, J., Riley, H. T. (trans.), 1917-32. Pliny the Elder’s Natural History .]Disponible à l’adresse suivante : http://www.perseus.tufts.edu/hopper/text?doc=Perseus:text:1999.02.0137

Le British Museum, 2015. Techniques anciennes du verre : noyautage, affaissement, moulage et soufflage. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.britishmuseum.org/explore/highlights/articles/a/ancient_glass_techniques_core.aspx

Wren, K., 2005. L’Égypte a transformé les DST en trésors de verre. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.nbcnews.com/id/8221331/ns/technology_and_science-science/t/how-egypt-turned-dust-treasures-glass/#.VccNPfmqqko

www.historyofglass.com, 2015. La fabrication du verre à l’ancienne. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.historyofglass.com/glass-invention/ancient-glass/

www.touregypt.net, 2013. Égypte : Verre égyptien antique. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.touregypt.net/historicalessays/lifeinegypt12.htm

.

Bouton retour en haut de la page