Nilomètres : L’invention ingénieuse de l’Egypte ancienne utilisée jusqu’aux temps modernes

Pendant des milliers d’années, les nilomètres ont mesuré le niveau d’eau du Nil pendant la saison des crues annuelles. Ce niveau était ensuite utilisé pour prédire l’avenir de la récolte annuelle, les taxes à imposer (qui déterminaient les revenus de l’État), ainsi que les prix des denrées alimentaires. Le nilomètre était donc un instrument vital pour la civilisation de l’Égypte ancienne. L’importance du nilomètre est évidente dans le fait que même après la conquête de l’Égypte par des puissances étrangères, les nilomètres ont continué à être utilisés. En fait, le nilomètre n’est devenu obsolète qu’au cours du 20e siècle, lorsque le haut barrage d’Assouan a été achevé.

Les nilomètres du Nil

Il est bien connu que le Nil était la ligne de vie de l’Égypte ancienne. L’historien grec Hérodote, par exemple, qualifiait l’Égypte de « don du Nil ». Le fleuve a non seulement permis une culture intensive sur ses rives, mais il a également été utilisé comme moyen de transport. La crue annuelle du Nil était le phénomène naturel le plus important du fleuve, car il contribuait à fertiliser les terres agricoles du delta en déposant des millions de tonnes de limon chaque année. En outre, l’inondation du Nil permettait également de déterminer le moment où certaines fêtes religieuses et civiles devaient être célébrées, régulant ainsi le rythme de vie dans l’Égypte ancienne.

La saison annuelle des crues du Nil a duré de juillet à octobre et a été causée par les pluies de la mousson d’été sur le plateau éthiopien. Les eaux de pluie s’écoulent des hautes terres vers le Nil via ses affluents, dont le Nil Bleu et le fleuve Atbarah. Le niveau d’eau du Nil atteint son maximum vers la fin août, et ce niveau est maintenu jusqu’au début octobre, après quoi il baisse progressivement.

Outre le moment de la crue annuelle, la quantité d’eau apportée par les inondations a également été un aspect crucial de ce phénomène naturel. Trop ou pas assez d’eau aurait eu un impact négatif sur la vie de ceux qui dépendaient de la rivière. C’est pourquoi les anciens Égyptiens ont inventé le nilomètre, un appareil qui mesurait le niveau d’eau du Nil pendant la crue annuelle.

Dessin d'une tige de mesure à l'intérieur d'un nilomètre de la page 88 de

Dessin d’une tige de mesure à l’intérieur d’un nilomètre de la page 88 de « En amont du Nil, et à la maison. Un manuel pour les voyageurs et un livre de voyage pour la bibliothèque », 1862). (Images de livres d’archives sur Internet / Domaine public )

Le nilomètre étant un instrument extrêmement important, il est raisonnable de penser que beaucoup d’entre eux ont été construits par les anciens Egyptiens. Aujourd’hui, cependant, il ne reste pas beaucoup d’exemples de cet appareil. Selon un article publié par le National Geographic en 2016, « moins d’une vingtaine de ces appareils sont connus ». Il semble probable que certains nilomètres aient été détruits par des catastrophes naturelles, et non reconstruits. D’autres n’ont tout simplement pas été entretenus et sont tombés en ruine.

C’est le cas, par exemple, du nilomètre de Helwan, une ville située au sud du Caire, sur la rive du Nil, en face des ruines de Memphis. Ce nilomètre aurait été restauré ou construit en 699 après J.-C., environ un demi-siècle après la conquête de l’Égypte par les musulmans. En 714 après J.-C., cependant, le nilomètre était dans un tel état que le calife omeyyade, Al-Walid Ier, a ordonné au gouverneur de l’Égypte de construire un nouveau nilomètre.

Le nilomètre de l’île Roda

Le nouveau nilomètre a été construit sur l’île de Roda (ou Rhoda / Rawdah), non loin de Fustat, la capitale de l’Égypte à cette époque. L’île a été un lieu important depuis l’époque pharaonique et a rempli de nombreuses fonctions au cours de sa longue histoire, notamment un port, un arsenal, une forteresse et un riche jardin.

Le nilomètre de l’île, que l’on peut appeler le nilomètre Roda, est situé à la pointe sud de l’île et est peut-être l’exemple le plus célèbre de cet ancien appareil. On peut mentionner que le nilomètre original du 8e siècle a été détruit par une inondation vers 850 après J.-C. Un nouveau nilomètre a cependant été construit peu après la catastrophe, et c’est celui qui est toujours en place aujourd’hui.

L’actuel nilomètre Roda a été conçu par l’astronome Abu al-‘Abbas Ahmad ibn Muhammad ibn Kathir al-Farqhani (également connu sous le nom d’Alfraganus en Occident). Le nilomètre a été restauré à plusieurs reprises, par exemple, une fois entre 872 et 873 après J.-C., et une autre fois en 1092 après J.-C. Des restaurations ont également été effectuées pendant la période ottomane, ainsi qu’à une époque plus récente.

Plafond du bâtiment du nilomètre, une construction égyptienne de l'époque omeyyade, utilisée pour mesurer le niveau du Nil, situé sur l'île de Roda, fleuve du Nil, au Caire, en Égypte. (Khaled El-Adawi / Adobe stock)

Plafond du bâtiment du nilomètre, une construction égyptienne de l’époque omeyyade, utilisée pour mesurer le niveau du Nil, situé sur l’île de Roda, fleuve du Nil, au Caire, en Égypte. ( Khaled El-Adawi / Adobe stock)

Le nilomètre Roda se compose de deux éléments principaux – un puits et une colonne. Le puits est un trou carré de 10 m de large et d’une profondeur de 13 m. L’un des défis auxquels les constructeurs de ce nilomètre ont dû faire face était la nature du sol avec lequel ils devaient travailler. Pour créer le puits, il a fallu enlever au moins 1300 m 3 de terre et d’argile.

Cela fait, les constructeurs doivent stabiliser la structure et l’empêcher de s’enfoncer dans l’argile. Pour ce faire, ils ont soulevé la structure sur une fondation constituée d’épais troncs d’arbres. Le puits est revêtu de pierre et est accessible par un escalier sur ses murs intérieurs. Le puits, qui est circulaire en bas, mais rectangulaire en haut, a trois étages, chacun ayant une ouverture tournée vers une direction différente. Ces ouvertures sont reliées au Nil par des tunnels, et permettent donc à l’eau de pénétrer dans le puits pendant la saison des crues annuelles.

Combien a coûté une bonne inondation ?

La colonne octogonale est la partie du nilomètre qui est utilisée pour mesurer le niveau d’eau du Nil pendant son inondation. Cette colonne est faite de marbre, et est placée au centre du puits. Elle est surmontée d’une colonne corinthienne, et maintenue en place par une poutre en bois au sommet qui enjambe le nilomètre. La colonne est graduée et est divisée en 19 coudées égyptiennes, chaque coudée mesurant environ 50 m (164 ft). Ce nilomètre a donc pu mesurer des inondations jusqu’à environ 9,5 m.

Le puits du nilomètre à Kom Ombo en Egypte. Source : Claudio Caridi / Adobe stock

Le puits du nilomètre à Kom Ombo en Egypte. Source : Claudio Caridi / Adobe stock

Cependant, avec 19 cubits d’eau, l’Egypte était confrontée à de graves inondations. Lorsqu’une telle situation se produisait, des enfants portant des turbans jaunes couraient dans les rues pour alerter la population du Caire de la catastrophe imminente. D’autre part, 12 cubits d’eau, c’était trop peu, et c’était le signe que le pays allait être confronté à une famine cette année-là. 16 cubits était la quantité idéale d’eau de crue nécessaire pour une récolte abondante. Le niveau de la crue du Nil peut également être lu en utilisant l’escalier sur les parois intérieures du puits. L’escalier se compose de 45 marches de 24 cm de haut chacune. Le niveau des eaux de crue peut donc être facilement calculé par ce moyen.

On peut mentionner que la définition d’un « bon niveau d’inondation » n’a pas été la même à travers les âges. Le géographe grec Strabon, par exemple, a écrit qu’avant l’époque de Petronius (préfet romain d’Égypte dans les années 20 avant J.-C.), « la récolte était la plus importante et la montée la plus forte lorsque le Nil atteignait quatorze coudées, et lorsqu’il n’atteignait que huit coudées, une famine s’ensuivait ; ». Cependant, à l’époque de Petronius, « lorsque le nilomètre n’enregistrait que douze coudées, la récolte était la plus importante, et une fois, lorsqu’elle n’enregistrait que huit coudées, personne ne ressentait la faim ».

Le nilomètre de Roda était autrefois recouvert d’un dôme conique, qui a malheureusement été détruit pendant l’occupation française de l’Égypte. Heureusement, la mission scientifique qui a accompagné l’expédition française a fait des descriptions minutieuses et complètes du nilomètre de Roda, y compris de son architecture. Grâce à ces documents, il a été possible de faire une reconstruction du dôme. La structure actuelle date du règne de Farouk Ier, l’avant-dernier roi d’Égypte et du Soudan.

Structure conique reconstruite au nilomètre à l'extrémité sud de l'île de Roda sur le Nil au Caire. (Chasseur de dent / CC BY-SA 3.0)

Structure conique reconstruite au nilomètre à l’extrémité sud de l’île de Roda sur le Nil au Caire. (Chasseur de dent / CC BY-SA 3.0 )

Nilomètres des époques pharaonique et gréco-romaine

L’une des différences entre le nilomètre Roda et ses prédécesseurs des périodes pharaonique et gréco-romaine est que le premier ne se trouvait pas dans l’enceinte d’une structure religieuse. Bien qu’il y ait une mosquée près du nilomètre de Roda, celle-ci n’a été construite que plus tard, c’est-à-dire au cours du 11e siècle.

D’autre part, les nilomètres pharaoniques et gréco-romains étaient communément associés aux temples, et étaient donc sous le contrôle des prêtres. En prédisant avec précision le niveau de crue du Nil, les prêtres devaient avoir l’air de faire de la magie, et auraient sûrement impressionné la population générale.

L’un des temples dans lesquels un nilomètre a été trouvé est le temple de Kom Ombo, situé à 48 km au nord d’Assouan. Ce temple a été construit pendant la période ptolémaïque, et est inhabituel car il s’agit d’un temple double. Cela signifie que le temple était dédié à deux dieux, Sobek et Horus, ce qui se reflète dans la symétrie parfaite du temple le long de son axe principal. Dans tous les cas, le nilomètre est situé dans l’enceinte du temple, mais pas dans le temple lui-même.

L'extérieur du nilomètre est un puits à Kom Ombo. (JMCC1 / CC BY-SA 3.0)

L’extérieur du nilomètre est un puits à Kom Ombo. (JMCC1 / CC BY-SA 3.0 )

Le nilomètre de Kom Ombo est sensiblement différent de son homologue de Roda. Contrairement à ce dernier, le premier n’a pas de colonne. Le nilomètre de Kom Ombo se compose uniquement d’un puits. Comme le puits du nilomètre de Roda, celui de Kom Ombo possède également des marches le long de ses parois intérieures, ce qui permet de lire le niveau de crue du Nil. Un tunnel avec une ouverture dans le puits relie le nilomètre au Nil, qui se trouve au-delà des murs du temple. Au niveau du sol, le nilomètre est identifié par un petit mur cylindrique.

L’un des nilomètres les plus importants d’Égypte est celui d’Eléphantine, une île située en face de la ville d’Assouan. Pendant une grande partie de l’histoire ancienne de l’Égypte, Eléphantine était la ville la plus méridionale du pays. C’est donc là que les premières mesures du niveau de la crue du Nil pour la saison ont été effectuées. Bien que le nilomètre actuel d’Eléphantine date de la période romaine, les archéologues pensent qu’il s’agit d’une restauration, et que les pièces d’origine ont été remplacées à un moment donné. On a également émis l’hypothèse que l’appareil d’origine était peut-être le plus ancien nilomètre d’Égypte.

Nilomètre sur le côté sud-est de l'île d'Eléphantine à Assouan, en Egypte. (Olaf Tausch / CC BY 3.0)

Nilomètre sur le côté sud-est de l’île d’Eléphantine à Assouan, en Egypte. (Olaf Tausch / CC BY 3.0 )

Strabo fournit une description détaillée du nilomètre d’Eléphantine, qui est la suivante : « Le nilomètre est un puits sur la rive du Nil construit avec des pierres serrées, dans lequel se trouvent des marques indiquant les plus grandes, les plus petites et les moyennes montées du Nil ; car l’eau du puits monte et descend avec le fleuve. En effet, l’eau du puits monte et descend avec le fleuve. En conséquence, il y a des marques sur la paroi du puits, des mesures des montées complètes et des autres. Ainsi, lorsque les observateurs les inspectent, ils en informent le reste de la population, afin qu’elle puisse savoir, bien à l’avance, d’après ces signes et les jours, ce que sera la future montée, et la révéler à l’avance. Cela est utile, non seulement aux agriculteurs en ce qui concerne la distribution de l’eau, les digues, les canaux et autres choses de ce genre, mais aussi aux préfets, en ce qui concerne les revenus ; car plus les hausses sont importantes, plus les revenus le seront aussi ».

La construction du barrage a tout changé

Alors que l’Égypte a été gouvernée par différentes puissances au cours de sa longue histoire, le nilomètre a continué à remplir sa fonction. En fait, la collecte des taxes basée sur le niveau de la crue du Nil a duré jusqu’au milieu du 20e siècle. Le nilomètre est finalement devenu obsolète lorsque la construction du haut barrage d’Assouan a été achevée en 1970 (et officiellement inauguré l’année suivante).

La construction du barrage a marqué un grand changement dans les relations entre le Nil et les populations qui vivaient sur ses rives. Pour la première fois dans l’histoire de l’Egypte, c’est l’homme qui a contrôlé la crue annuelle du Nil. Le haut barrage d’Assouan permettait de stocker les eaux de crue dans un réservoir, et de ne les libérer qu’en cas de besoin. D’autre part, l’un des effets négatifs du haut barrage d’Assouan est que le limon, apporté par les crues annuelles, n’atteignait plus les terres agricoles égyptiennes, réduisant ainsi progressivement leur fertilité.

Bien que les nilomètres ne remplissent plus leur fonction initiale, ils n’ont pas été abandonnés. Au contraire, ils ont trouvé une nouvelle vie en tant que patrimoine culturel et attractions touristiques. Le nilomètre de Roda, par exemple, a été désigné par le gouvernement égyptien comme site du patrimoine mondial de l’UNESCO et figure actuellement sur sa liste indicative.

Image du haut : L’intérieur de la tige de mesure du nilomètre Roda. (Baldiri / CC BY-SA 3.0 )

Par : Wu Mingren

Références

AaronNetsky, 2020. Nilomètre. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.atlasobscura.com/places/nilometer

Dunn, J., 2011. Le nilomètre sur l’île de Rawda (Roda) au Caire. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.touregypt.net/featurestories/nilometerroda.htm

Dunn, J., 2020. Égypte : Île de Rawdah (Roda). [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.touregypt.net/featurestories/rawdah.htm

Rédacteurs de History.com, 2019. Achèvement du haut barrage d’Assouan. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.history.com/this-day-in-history/aswan-high-dam-completed

Hurst, H. E., El-Kammash, M. M. & Smith, C. G., 2019. Nile River. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/place/Nile-River

Bijou, 2018. Exploration des nilomètres en Égypte. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://roaming-jewel.com/2018/03/02/nilometers/

Lonely Planet, 2020. Nilomètre. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.lonelyplanet.com/egypt/cairo/attractions/nilometer/a/poi-sig…

Romeo, N., 2016. Ancien dispositif de détermination des impôts découvert en Égypte. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.nationalgeographic.com/news/2016/05/160517-nilometer-discove…

Strabo, Géographie [Online]

[Jones, H. L. (trans.), 1917-32. Strabo’s Geography .]

Disponible à l’adresse suivante : http://penelope.uchicago.edu/Thayer/E/Roman/Texts/Strabo/home.html

Szendrey, J., 2020. Temple de Kom Ombo. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.atlasobscura.com/places/temple-of-kom-ombo

Les éditeurs de l’Encyclopaedia Britannica, 2010. Eléphantine. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/place/Elephantine

Les éditeurs de l’Encyclopaedia Britannica, 2019. Haut barrage d’Assouan. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/topic/Aswan-High-Dam

Tournée en Égypte, 2011. Voyage en Égypte – Assouan : L’île d’Eléphantine. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.touregypt.net/elephantine.htm

Tour d’Egypte, 2020. Voyage en Égypte – Assouan – Nilomètre : L’île d’Eléphantine. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.touregypt.net/niloelephant.htm

UNESCO, 2020. Raoudha nilomètre au Caire. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://whc.unesco.org/en/tentativelists/1826/

www.ancient-egypt-online.com, 2020. Le temple de Kom Ombo. [Online]Disponible à l’adresse suivante : https://www.ancient-egypt-online.com/kom-ombo.html

www.waterhistory.org, 2020. Le Nilomètre au Caire. [Online]Disponible à l’adresse suivante : http://www.waterhistory.org/histories/cairo/

.

Bouton retour en haut de la page