Le bonheur eudaimonique contre le bonheur hédonique

Le bonheur peut être défini de plusieurs façons. En psychologie, il existe deux conceptions populaires du bonheur : hédonique et eudaimonique. Le bonheur hédonique est atteint par des expériences de plaisir et de jouissance, tandis que le bonheur eudaimonique est atteint par des expériences de sens et de but. Les deux types de bonheur sont atteints et contribuent au bien-être général de différentes manières.

Key Takeaways : Le bonheur hédonique et eudaimonique

  • Les psychologues conçoivent le bonheur de deux manières différentes : le bonheur hédonique, ou plaisir et jouissance, et le bonheur eudaimonique, ou signification et but.
  • Certains psychologues défendent une idée hédonique ou eudaimonique du bonheur. La plupart s’accordent cependant à dire que les gens ont besoin à la fois de l’hédonisme et de l’eudaimanisme pour s’épanouir.
  • L’adaptation hédonique affirme que les gens ont un point de consigne de bonheur auquel ils retournent indépendamment de ce qui se passe dans leur vie.

Définir le bonheur

Bien que nous le sachions quand nous le ressentons, le bonheur est difficile à définir. Le bonheur est un état émotionnel positif, mais l’expérience de chaque individu de cet état émotionnel positif est subjective. Le moment et la raison du bonheur peuvent être le résultat de la conjonction de plusieurs facteurs, dont la culture, les valeurs et les traits de personnalité.

Étant donné la difficulté de parvenir à un consensus sur la définition du bonheur, les psychologues s’abstiennent souvent d’utiliser ce terme dans leurs recherches. Les psychologues parlent plutôt de bien-être. Bien qu’il puisse être considéré comme un synonyme de bonheur, la conceptualisation du bien-être dans la recherche psychologique a permis aux chercheurs de mieux le définir et le mesurer.

Cependant, même ici, il existe de multiples conceptions du bien-être. Par exemple, Diener et ses collègues ont défini le bien-être subjectif comme une combinaison d’émotions positives et de la mesure dans laquelle on apprécie et on est satisfait de sa vie. Pendant ce temps, Ryff et ses collègues ont remis en question la perspective hédonique du bien-être subjectif de Diener en proposant l’idée alternative du bien-être psychologique. Contrairement au bien-être subjectif, le bien-être psychologique est mesuré à l’aide de six concepts liés à l’épanouissement de soi : l’autonomie, la croissance personnelle, le but dans la vie, l’acceptation de soi, la maîtrise et les relations positives avec les autres.

A lire  Qu'est-ce que le complexe d'Oedipe ?

Les origines du concept de bonheur hédonique

L’idée du bonheur hédonique remonte au IVe siècle avant J.-C., lorsqu’un philosophe grec, Aristide, a enseigné que le but ultime de la vie devrait être de maximiser le plaisir. Tout au long de l’histoire, un certain nombre de philosophes ont adhéré à ce point de vue hédonique, dont Hobbes et Bentham. Les psychologues qui étudient le bonheur selon une perspective hédonique ont jeté un large filet en conceptualisant l’hédonie en termes de plaisirs de l’esprit et du corps. Dans cette optique, le bonheur consiste donc à maximiser le plaisir et à minimiser la douleur.

Dans la culture américaine, le bonheur hédonique est souvent défendu comme le but ultime. La culture populaire a tendance à présenter une vision sociale et joyeuse de la vie et, par conséquent, les Américains croient souvent que l’hédonisme sous ses diverses formes est le meilleur moyen d’atteindre le bonheur.

Les origines du concept de bonheur eudaimonique

Le bonheur eudaimonique retient moins l’attention dans la culture américaine dans son ensemble, mais n’est pas moins important dans la recherche psychologique du bonheur et du bien-être. Comme l’hédonisme, le concept d’eudaimonie remonte au IVe siècle avant J.-C., lorsqu’Aristote l’a proposé pour la première fois dans son ouvrage, L’éthique de Nicomaque. Selon Aristote, pour atteindre le bonheur, il faut vivre sa vie en accord avec ses vertus. Il affirmait que les gens s’efforcent constamment de réaliser leur potentiel et d’être au mieux de leur forme, ce qui conduit à un but et un sens plus grands.

Tout comme la perspective hédonique, un certain nombre de philosophes se sont alignés sur la perspective eudaimonique, notamment Platon, Marc-Aurèle et Kant. Les théories psychologiques comme la hiérarchie des besoins de Maslow, qui désigne la réalisation de soi comme le but le plus élevé de la vie, défendent une perspective eudaimonique du bonheur et de l’épanouissement de l’homme.

A lire  Franz Boas, père de l'anthropologie américaine

Recherche sur le bonheur hédonique et eudaimonique

Si certains chercheurs en psychologie qui étudient le bonheur se placent d’un point de vue purement hédonique ou purement eudaimonique, beaucoup s’accordent à dire que les deux types de bonheur sont nécessaires pour maximiser le bien-être. Par exemple, dans une étude sur les comportements hédoniques et eudaimoniques, Henderson et ses collègues ont constaté que les comportements hédoniques augmentaient les émotions positives et la satisfaction de vivre et aidaient à réguler les émotions, tout en réduisant les émotions négatives, le stress et la dépression. Parallèlement, le comportement eudaimonique a donné un plus grand sens à la vie et a permis de vivre plus d’expériences d’élévation, ou le sentiment que l’on éprouve lorsqu’on est témoin de la vertu morale. Cette étude indique que les comportements hédoniques et eudaimoniques contribuent au bien-être de différentes manières et sont donc tous deux nécessaires pour maximiser le bonheur.

Adaptation hédonique

Alors que le bonheur eudaimonique et hédonique semblent tous deux servir un objectif de bien-être général, l’adaptation hédonique, également appelée « tapis roulant hédonique », note qu’en général, les gens ont une base de bonheur à laquelle ils retournent quoi qu’il arrive dans leur vie. Ainsi, malgré des pics de plaisir et de jouissance lorsqu’on vit une expérience hédonique, comme aller à une fête, manger un délicieux repas ou gagner un prix, la nouveauté s’estompe rapidement et les gens retrouvent leur niveau de bonheur habituel.

Des recherches psychologiques ont montré que nous avons tous un point de consigne de bonheur. La psychologue Sonya Lyubomirsky a décrit les trois éléments qui contribuent à ce point de consigne et l’importance de chacun. Selon ses calculs, 50 % du seuil de bonheur d’un individu est déterminé par la génétique. Un autre 10 % est le résultat de circonstances qui échappent au contrôle d’une personne, comme le lieu de naissance et l’identité des parents. Enfin, 40 % de la valeur de référence du bonheur est sous son contrôle. Ainsi, si nous pouvons déterminer notre degré de bonheur dans une certaine mesure, plus de la moitié de notre bonheur est déterminé par des choses que nous ne pouvons pas changer.

A lire  Biais de statu quo : définition, exemples, impact

L’adaptation hédonique est plus susceptible de se produire lorsque l’on s’adonne à des plaisirs éphémères. Ce type de plaisir peut améliorer l’humeur, mais ce n’est que temporaire. Une façon de lutter contre un retour au point de consigne de votre bonheur est de s’engager dans des activités plus eudaimoniques. Les activités significatives comme les passe-temps demandent plus de réflexion et d’efforts que les activités hédonistes, qui ne demandent que peu ou pas d’efforts pour s’amuser. Cependant, si les activités hédoniques deviennent moins efficaces pour évoquer le bonheur avec le temps, les activités eudaimoniques deviennent plus efficaces.

Si cela peut donner l’impression que le chemin du bonheur est l’eudaimonie, il n’est parfois pas pratique de s’engager dans les activités qui évoquent le bonheur eudaimonique. Si vous vous sentez triste ou stressé, vous offrir un simple plaisir hédonique, comme manger un dessert ou écouter votre chanson préférée, peut être un stimulant rapide de l’humeur qui demande beaucoup moins d’efforts que de s’engager dans une activité eudaimonique. Ainsi, l’eudaimonie et l’hédonie ont toutes deux un rôle à jouer dans le bonheur et le bien-être général d’une personne.

Sources

  • Henderson, Luke Wayne, Tess Knight et Ben Richardson. « Une exploration des avantages pour le bien-être du comportement hédonique et eudaimonique ». The Journal of Positive Psychology, vol. 8, no. 4, 2013, p. 322-336. https://doi.org/10.1080/17439760.2013.803596
  • Huta, Veronika. « Un aperçu des concepts de bien-être hédonique et eudaimonique ». The Routledge Handbook of Media Use and Well-Being, édité par Leonard Reinecke et Mary Beth Oliver, Routledge, 2016. https://www.taylorfrancis.com/books/e/9781315714752/chapters/10.4324/9781315714752-9
  • Joseph, Stephen. « Qu’est-ce que le bonheur eudaimonique ? » Psychology Today, 2 janvier 2019. https://www.psychologytoday.com/us/blog/what-doesnt-kill-us/201901/what-is-eudaimonic-happiness
  • Pennock, Seph Fontane. « Le tapis roulant hédonique – Chassons-nous à jamais les arcs-en-ciel ? » PositivePsychology, 11 février 2019. https://positivepsychology.com/hedonic-treadmill/
  • Ryan, Richard M., et Edward L. Deci. « Sur le bonheur et les potentiels humains : A Review of Research on Hedonic and Eudaimonic Well-Being ». Annual Review of Psychology, vol. 52, no. 1, 2001, pp. 141-166. https://doi.org/10.1146/annurev.psych.52.1.141
  • Snyder, C.R., et Shane J. Lopez. Psychologie positive : Les explorations scientifiques et pratiques des forces humaines. Sage, 2007.
Bouton retour en haut de la page