Les oiseaux les plus rapides du monde

Le guépard gagnera presque toujours une course sur terre. Mais dans le ciel, le concours de l’oiseau le plus rapide dépend de la mesure dans laquelle vous mesurez le vol en palier ou la vitesse en plongeant après une proie.

Les chercheurs ne sont pas d’accord sur l’oiseau qui sera le plus récompensé. En fait, le Livre Guinness des records a été créé dans les années 1950 lorsque Sir Hugh Beaver, directeur général de la brasserie Guinness, s’est disputé avec des amis au sujet du gibier à plumes le plus rapide d’Europe. Personne ne pouvait trouver de réponse dans un livre de référence, alors Beaver a décidé d’en créer un.

Voici quelques uns des plus rapides pilotes dans le ciel.

Faucon pèlerin

En vol en palier, le puissant faucon pèlerin zoome à des vitesses moyennes de 40 à 55 km/h (25 à 34 mph). Mais c’est lorsque cet oiseau s’attaque à une proie qu’il montre vraiment ses capacités spectaculaires. Le faucon pèlerin s’élève jusqu’à de grandes hauteurs, puis plonge en profondeur – en s’abaissant – à une vitesse pouvant atteindre 320 km/h. Pour mettre les choses en perspective, un guépard peut régulièrement atteindre une vitesse de 112 km/h et un lévrier peut atteindre 72 km/h.

Le faucon pèlerin est l’un des oiseaux de proie les plus communs et se trouve sur tous les continents sauf l’Antarctique. Ils sont entraînés à la chasse depuis des siècles. Aux États-Unis, les sous-espèces de faucons pèlerins d’Amérique et de l’Arctique ont été classées comme menacées en 1970, mais elles ont rebondi après les restrictions sur le DDT et d’autres pesticides et grâce aux programmes de reproduction en captivité, rapporte le Service américain des pêches et de la faune.

Aigle royal

L’aigle royal, l’un des plus grands rapaces d’Amérique du Nord, est un puissant oiseau brun avec des plumes dorées caractéristiques sur la tête et le cou. Lorsqu’il s’attaque à des lapins, des écureuils terrestres et des chiens de prairie, l’aigle royal plonge à des vitesses de plus de 241 km/h (150 mph). L’aigle royal utilise ses serres massives pour capturer ses proies et il est même connu pour abattre des cerfs et du bétail. Autrefois craints et chassés par les éleveurs, ils sont aujourd’hui protégés par la loi.

A lire  Ce crapaud futé se fait passer pour une vipère mortelle

Queue d’aiguille à gorge blanche

Alors que le faucon pèlerin et l’aigle royal montrent une vitesse remarquable lorsqu’ils plongent après une proie, d’autres oiseaux sont beaucoup plus rapides en vol en palier. Bien que cela ne soit pas prouvé scientifiquement, de nombreux chercheurs pensent que la queue d’aiguille à gorge blanche est l’oiseau qui vole le plus vite en ligne droite. Anciennement connu sous le nom de martinet à queue épineuse, cet oiseau en forme de cigare à la gorge d’un blanc éclatant pourrait atteindre une vitesse de 169 km/h (105 mph).

Hobby eurasien

Reconnus pour leurs talents d’acrobate, les Eurasiens sont si athlétiques qu’ils peuvent se passer de nourriture en plein vol, alors qu’ils s’envolent dans le ciel. On pense que ces faucons peuvent atteindre des vitesses allant jusqu’à 159 km/h lorsqu’ils attrapent de petits oiseaux et des libellules dans les airs. Ils préfèrent les forêts claires, les landes et les terres agricoles. On les trouve en Afrique, en Asie et en Europe.

Frigatebird

Les frégates peuvent voler pendant des semaines. Ils passent la plus grande partie de leur vie à voler dans les nuages, et dorment souvent en plein vol. Ces oiseaux de mer capturent leurs proies dans l’eau ou dans les airs. Parfois, ils dérangent les autres oiseaux, les irritant tellement qu’ils crachent le poisson qu’ils ont mangé et la frégate le vole, dit NPR. Les frégates font tout cela à des vitesses remarquables, atteignant environ 153 km/h en vol. Les mâles ont une poche rouge caractéristique sous le bec qu’ils gonflent pendant la reproduction.

A lire  Combien y a-t-il d'ours polaires ?

Faucon gerfaut

Le faucon gerfaut est le plus grand faucon du monde. Il chasse généralement les oiseaux en plein air, en vol et en hauteur, et se précipite rapidement sur ses proies depuis le haut. Il chasse souvent les oiseaux en rase campagne, volant parfois haut et attaquant d’en haut. Ils chassent également leurs proies, les suivant par derrière, rapidement et à ras du sol. Selon certaines estimations, le faucon gerfaut (prononcé « JER-falcon ») vole à au moins 145 km/h en vol en palier et à 241 km/h lorsqu’il se penche.

L’oie à éperon

Ce gibier d’eau à long cou, principalement noir, a un visage blanc et de grandes taches blanches sur les ailes. C’est le plus grand oiseau aquatique d’Afrique et la plus grande oie du monde. Elle se nourrit principalement de plantes dans les zones humides et les prairies, mais lorsqu’elle s’élève dans le ciel, elle s’envole. On estime que l’oie à bec court peut atteindre une vitesse de 142 km/h (88 mph).

Harle bièvre à poitrine rousse

Ce canard plongeur a une tête distinctive avec des plumes hérissées. Ces canards rapides sont connus pour voler aussi vite que 130 km/h, mais ils ont besoin d’aide pour atteindre le ciel. Pour s’envoler, ils doivent avoir un départ en courant, rapporte le laboratoire d’ornithologie de Cornell. Leurs jambes sont situées près de leur arrière, ce qui leur rend la marche plus difficile, mais leur anatomie les aide lorsqu’ils plongent.

Albatros à tête grise

Des chercheurs français et britanniques travaillant dans la région subantarctique ont enregistré un albatros à tête grise volant en moyenne à 127 km/h lors d’un voyage de recherche de nourriture. Dans leur rapport, publié dans le journal The Auk, ils ont déclaré que l’albatros a maintenu cette vitesse pendant près de neuf heures « sans pratiquement aucun repos » pendant une tempête antarctique. « Malgré sa vitesse élevée et la violence de la mer, l’albatros a réussi à localiser et à capturer des proies à un rythme comparable à celui obtenu dans des conditions moins extrêmes », ont écrit les chercheurs.

A lire  Les pandas rouges sont en fait deux espèces distinctes

Swift commun

Bien que la plupart de ces vitesses soient basées sur des estimations, les scientifiques ont pu en calculer une avec précision. En 2009, des chercheurs de l’université de Lund, dans le sud de la Suède, ont utilisé un radar de poursuite pour suivre les martinets communs pendant la migration de printemps, les vols de perchage d’été et la migration d’automne. Ils ont constaté qu’ils volaient à 75 km/h, et qu’un martinet commun atteignait une vitesse maximale de 111,6 km/h.

Lorsque des martinets communs se rassemblent pour s’accoupler – lors de ce que les scientifiques appellent des « fêtes criardes » – ils accélèrent leur vitesse. « Ils étaient généralement connus pour voler très vite pendant ce comportement. Cependant, il n’y a pas vraiment eu de mesures précises de la vitesse de ces vols », a déclaré à la BBC l’auteur principal, Per Henningsson de l’université de Lund. Il est remarquable qu’un oiseau qui, autrement, semble être « finement réglé » pour fonctionner dans une gamme étroite de vitesses de vol en même temps, soit capable de voler plus de deux fois plus vite lorsqu’il en a besoin ».

Bouton retour en haut de la page