Qu’est-ce que la psychologie positive ?

La psychologie positive est un sous-domaine relativement nouveau de la psychologie qui se concentre sur les forces humaines et les choses qui font que la vie vaut la peine d’être vécue. Le psychologue Martin Seligman est considéré comme le père de cette branche de la psychologie après avoir mené la charge pour la populariser en 1998. Depuis lors, la psychologie positive a suscité beaucoup d’intérêt, attirant l’attention des psychologues et du grand public.

Key Takeaways : Psychologie positive

  • La psychologie positive est l’étude scientifique de l’épanouissement et du bien-être de l’homme.
  • Si la psychologie positive a fait l’objet d’une grande attention, elle a également été critiquée pour plusieurs raisons, notamment parce qu’elle néglige les différences individuelles, qu’elle blâme la victime et qu’elle est biaisée en faveur d’une perspective occidentale, blanche et de classe moyenne.
  • Martin Seligman est considéré comme le père de la psychologie positive car il a introduit ce thème pour son mandat de président de l’Association américaine de psychologie en 1998.

Origines et définition de la psychologie positive

Alors que les psychologues ont étudié des sujets comme le bonheur, l’optimisme et d’autres forces humaines pendant des décennies, la psychologie positive n’a pas été officiellement identifiée comme une branche de la psychologie jusqu’en 1998, lorsque Martin Seligman a été élu président de l’Association américaine de psychologie (APA). Seligman a suggéré que la psychologie était devenue trop axée sur la maladie mentale. Alors que cela a permis de mettre au point des traitements utiles qui ont permis aux psychologues de traiter un certain nombre de pathologies et de dysfonctionnements qui ont aidé les gens à être moins malheureux, cela signifie que la psychologie néglige ce qui est bon dans la vie et ce que le citoyen moyen peut améliorer.

M. Seligman a appelé à la recherche sur ce qui rend la vie des gens normaux positive et épanouissante, et a suggéré que le domaine devrait développer des interventions qui pourraient rendre les gens plus heureux. Il a déclaré que la psychologie devrait être tout aussi concernée par le fait de nourrir les bonnes choses de la vie que par le fait de guérir les mauvaises. C’est de ces idées qu’est née la psychologie positive.

A lire  Déterminisme biologique : Définition et exemples

Seligman a fait de la psychologie positive le thème de son mandat de président de l’APA et a utilisé sa visibilité dans ce rôle pour faire passer le message. A partir de là, le terrain a pris son envol. Il a reçu beaucoup d’attention de la part des principaux médias. Entre-temps, le premier sommet de la psychologie positive s’est tenu en 1999, suivi de la première conférence internationale sur la psychologie positive en 2002.

L’intérêt pour la psychologie positive est resté élevé depuis lors. En 2019, 1 600 personnes ont assisté au Congrès mondial de psychologie positive, la recherche dans ce domaine a généré des dizaines de milliers d’articles universitaires et un quart des étudiants de premier cycle de l’université de Yale se sont inscrits à un cours consacré au sujet du bonheur en 2018.

Si Seligman est toujours le nom le plus étroitement associé à la psychologie positive, de nombreux autres chercheurs de renom ont contribué à ce sous-domaine, notamment Mihaly Csikszentmihalyi, Barbara Fredrickson, Daniel Gilbert, Albert Bandura, Carol Dweck et Roy Baumeister.

Aujourd’hui, la psychologie positive est parfois confondue avec les mouvements d’auto-assistance, comme la pensée positive. Cependant, comme toute la psychologie, la psychologie positive est une science et, par conséquent, elle utilise la recherche basée sur la méthode scientifique pour arriver à ses conclusions sur ce qui fait que les humains s’épanouissent. Le psychologue Christopher Peterson a également souligné que la psychologie positive est destinée à servir de complément et d’extension des domaines de la psychologie qui se concentrent sur la maladie mentale et la faiblesse humaine. Les psychologues positifs ne souhaitent pas remplacer ou écarter l’étude des problèmes humains, ils souhaitent simplement ajouter l’étude de ce qui est bon dans la vie au domaine.

Théories et idées importantes

Depuis que Seligman a attiré l’attention sur la psychologie positive, plusieurs théories, idées et résultats de recherche sont issus de ce sous-domaine, notamment

  • La fluidité et l’attention peuvent contribuer à favoriser un fonctionnement humain optimal.
  • Les gens ont tendance à être assez heureux et résistants.
  • Il existe différentes formes de bonheur : l’hédonisme, ou plaisir, et l’eudaimonie, ou bien-être. On a constaté que l’eudaimonie est plus importante que l’hédonisme pour une vie satisfaisante.
  • Des relations solides et des forces de caractère peuvent aider à contrer l’impact négatif des revers.
  • L’argent n’a pas d’impact sur le bonheur au-delà d’un certain point, mais dépenser de l’argent pour des expériences rendra les gens plus heureux que de le dépenser pour des choses matérielles.
  • La gratitude contribue au bonheur.
  • Le bonheur a une composante génétique ; cependant, chacun peut améliorer son bonheur par des pratiques comme l’optimisme et l’altruisme.
A lire  Hyperthymesia : une mémoire autobiographique de qualité supérieure

Critiques et limites

Malgré sa popularité constante, la psychologie positive a été critiquée pour différentes raisons. Tout d’abord, les psychologues humanistes ont fait valoir qu’avec la psychologie positive, Seligman revendique le mérite de travaux précédemment effectués dans le domaine de la psychologie humaniste. Et en effet, des psychologues humanistes comme Carl Rogers et Abraham Maslow ont concentré leurs recherches sur le côté positif de l’expérience humaine des années avant que Seligman ne se tourne vers la psychologie positive. Maslow a même inventé le terme de psychologie positive, qu’il a utilisé dans son livre Motivation et personnalité en 1954. D’un autre côté, les psychologues positifs insistent sur le fait que leurs recherches sont basées sur des preuves empiriques alors que celles de la psychologie humaniste ne le sont pas.

Malgré les témoignages positifs des psychologues sur la nature scientifique de leurs conclusions, certains ont déclaré que les recherches produites par le sous-domaine sont invalides ou exagérées. Ces critiques estiment que le domaine est passé trop rapidement de la recherche aux interventions pratiques. Ils affirment que les résultats de la psychologie positive ne sont pas assez solides pour soutenir des applications dans le monde réel et que, par conséquent, elle est en train de se faire subsumer par les mouvements d’auto-assistance et la culture populaire.

De même, certains prétendent que la psychologie positive ne tient pas compte des différences individuelles, présentant plutôt les résultats comme s’ils allaient fonctionner pour tout le monde de la même manière. Par exemple, le professeur de psychologie Julie Norem a souligné que les stratégies de psychologie positive comme l’augmentation de l’optimisme et la culture d’émotions positives pourraient se retourner contre les individus qu’elle qualifie de pessimistes défensifs. Les pessimistes défensifs se prémunissent contre l’anxiété en tenant compte de tous les résultats négatifs qui pourraient découler d’une situation. Cela les incite à travailler plus dur pour éviter ces possibilités. En revanche, lorsque ces personnes sont poussées à se concentrer sur l’optimisme et les émotions positives, leurs performances diminuent. En outre, lorsque les personnes ayant une faible estime de soi répètent une affirmation personnelle (par exemple, « Je suis une personne aimable »), elles se sentent plus mal que les personnes ayant une faible estime de soi qui n’ont pas répété cette affirmation.

A lire  Qu'est-ce qu'un lapsus freudien ?

Une autre critique de la psychologie positive est qu’elle est trop individualiste, ce qui a conduit à blâmer les victimes. Ces critiques soutiennent que les messages du domaine impliquent que si un individu ne peut pas utiliser les techniques de la psychologie positive pour se rendre heureux, c’est sa propre faute.

Enfin, certains ont suggéré que la psychologie positive est limitée par les préjugés culturels. Non seulement la majorité des recherches dans ce domaine ont été menées par des universitaires occidentaux, mais les conclusions de la psychologie positive sont souvent issues d’une perspective de classe moyenne blanche qui ignore des questions telles que l’inégalité systémique et la pauvreté. Récemment, cependant, des tentatives ont été faites pour élargir les conclusions de la psychologie positive afin d’y incorporer des perspectives de pays non occidentaux et d’origines diverses.

Sources

  • Ackerman, Courtney E. « What Is Positive Psychology & Why Is It Important ? Positive Psychology, 28 novembre 2019. https://positivepsychology.com/what-is-positive-psychology-definition/
  • Azar, Beth. « La psychologie positive progresse, avec des douleurs croissantes. » Monitor on Psychology, vol. 42, no. 4, 2011, https://www.apa.org/monitor/2011/04/positive-psychology
  • Cherry, Kendra. « Le domaine de la psychologie positive. » VerywellMind, 1er octobre 2019. https://www.verywellmind.com/what-is-positive-psychology-2794902
  • La bonne thérapie. « Positive Psychology », 19 juin 2018. https://www.goodtherapy.org/learn-about-therapy/types/positive-psychology
  • Peterson, Christopher. « Qu’est-ce que la psychologie positive, et qu’est-ce qu’elle n’est pas ? » Psychology Today, 16 mai 2008. https://www.psychologytoday.com/us/blog/the-good-life/200805/what-is-positive-psychology-and-what-is-it-not
  • Smith, Joseph. « La psychologie positive, c’est tout ce qu’on peut craindre ? » Vox, 20 novembre 2019. https://www.vox.com/the-highlight/2019/11/13/20955328/positive-psychology-martin-seligman-happiness-religion-secularism
  • Seligman, Martin. « La nouvelle ère de la psychologie positive. » TED2004, février 2004.
  • Snyder, C.R., et Shane J. Lopez. Psychologie positive : Les explorations scientifiques et pratiques des forces humaines. Sage, 2007.
Bouton retour en haut de la page