8 Magnifiques faits sur la mangouste

La mangouste est un petit mammifère dynamique au corps long et aux pattes courtes. Les mangoustes sont célèbres pour leur résistance aux serpents venimeux, tant dans la littérature que dans la vie réelle, mais ce sont aussi des créatures complexes qui présentent de nombreuses autres bizarreries intéressantes.

Voici quelques éléments que vous ne connaissez peut-être pas sur les mangoustes.

1. Le pluriel est « Mangouste », mais on peut dire « Mangouste ».

Les anglophones étant habitués à ce que le pluriel de « goose » soit « oie », il peut sembler étrange de dire « mongooses » lorsque l’on parle de plus d’une mangouste. « Mongooses » est en effet la forme plurielle correcte, mais « mongeese » est également reconnu par certains dictionnaires comme une alternative.

Alors pourquoi le mot « oie » est-il utilisé en premier lieu ? Le nom de ces animaux peut provenir de mangus en marathi et en tamoul, de mangisu en telugu, ou de mungisi en kanarese. Selon Etymology Online, l’orthographe anglaise actuelle serait issue de l’étymologie populaire.

2. Il existe environ 30 espèces de mangoustes dans le monde

Les mangoustes appartiennent à la famille taxonomique des Herpestidae, qui comprend une trentaine d’espèces réparties en 20 genres. Elles sont originaires d’Afrique, d’Asie et du sud de l’Europe, mais certaines espèces se sont également répandues au-delà de leur aire de répartition d’origine. Leur taille varie de la mangouste naine, qui mesure environ 8 pouces de long et pèse moins d’une livre, à la mangouste à queue blanche, qui peut atteindre 2,3 pieds de long et peser 9 livres.

A lire :  Les Robins américains émigrent 12 jours plus tôt qu'il y a 25 ans

Les mangoustes sont étroitement apparentées aux civettes, aux genettes et aux euplérides. Ce dernier est un groupe de carnivores de Madagascar qui comprend la fosse ressemblant à un couguar.

3. Ils ont quelques astuces pour vaincre les serpents venimeux

Les humains ont longtemps admiré les mangoustes pour leur capacité à tuer les serpents venimeux, y compris les cobras et les vipères. Ce trait a également été dramatisé par Rudyard Kipling dans sa nouvelle de 1894 « Rikki-Tikki-Tavi », dans laquelle la mangouste titulaire sauve une famille humaine de cobras vilains.

Les mangoustes sont des adversaires redoutables pour les serpents, en grande partie grâce à leur vitesse et à leur agilité, qui leur permettent d’éviter les crocs des reptiles et de lancer des attaques rapides lorsqu’elles sentent une ouverture. Mais certaines espèces ont également un avantage supplémentaire : Elles ont développé une résistance au venin neurotoxique des serpents, ce qui leur permet de continuer à se battre même après avoir reçu une morsure qui tuerait la plupart des animaux de leur taille. Elles ne sont pas immunisées contre le venin, mais grâce à des mutations spéciales de leur système nerveux, la neurotoxine a du mal à se fixer sur leurs récepteurs nicotiniques d’acétylcholine, ce qui la rend moins efficace.

4. Ils ont des régimes alimentaires variés

Les mangoustes sont principalement carnivores, mais elles sont connues pour compléter leur alimentation avec des matières végétales. Malgré leurs défenses contre les serpents venimeux comme les cobras, elles ciblent souvent des animaux plus petits et plus simples comme proies. Leur régime alimentaire peut comprendre des insectes, des vers de terre, des crabes, des rongeurs, des oiseaux, des lézards et des serpents, ainsi que des œufs d’oiseaux et de reptiles.

5. Certaines espèces sont semi-aquatiques

Les mangoustes se sont adaptées à un large éventail d’habitats dans le monde entier, des déserts aux forêts tropicales. Elles peuvent même être semi-aquatiques, se révélant expertes dans l’eau lorsqu’elles chassent des poissons, des crabes et d’autres proies aquatiques. La mangouste des marais, par exemple, serait une excellente nageuse capable de plonger pendant 15 secondes tout en chassant.

A lire :  15 oiseaux avec des plumes de queue spectaculairement fantaisistes

6. Certains sont des solitaires, d’autres vivent en masse

De nombreuses mangoustes mènent une vie solitaire, tandis que d’autres forment des communautés sophistiquées. Les suricates, l’une des espèces de mangoustes les plus connues, sont bien connues pour leurs groupes sociaux comptant jusqu’à 50 membres, connus sous le nom de « mobs ».

Un groupe de suricates se compose de plusieurs groupes familiaux, généralement centrés autour d’un couple dominant. Les membres de la bande effectuent diverses tâches, comme chercher de la nourriture, s’occuper des bébés ou surveiller les prédateurs. Les guetteurs tirent la sonnette d’alarme si un problème approche, auquel cas les suricates peuvent s’enfuir ou affronter la menace en groupe.

7. La communication sur la mangouste peut être étonnamment complexe

Certaines espèces de mangoustes ont des capacités de communication relativement avancées. Les suricates émettent au moins dix appels ayant des significations diverses, allant de murmures et de grognements à des gloussements, des crachats et des aboiements. Et la mangouste baguée, dont les cris peuvent ressembler à de simples grognements, peut combiner des unités sonores discrètes, comme les humains utilisent une consonne et une voyelle pour former une syllabe.

« La première partie de l’appel fournit des indices sur l’identité de l’appelant, et la seconde partie code son activité actuelle », ont rapporté les chercheurs dans le journal BMC Biology. « Cela fournit le premier exemple connu chez les animaux de quelque chose qui ressemble aux consonnes et voyelles de la parole humaine ».

8. Ils peuvent faire des ravages en dehors de leur habitat naturel

Les humains ont parfois introduit des mangoustes dans de nouveaux habitats dans l’espoir de contrôler les serpents, ainsi que des nuisibles comme les rats. Cela s’est généralement retourné contre eux. Souvent, non seulement les mangoustes ne parviennent pas à arrêter les nuisibles, mais elles deviennent aussi une espèce envahissante, causant plus de problèmes que les serpents ou les rats ne l’ont jamais fait.

A lire :  Comment les fausses cheminées peuvent aider à sauver les oiseaux

La mangouste de Java, par exemple, a été introduite dans de nombreuses îles tropicales du monde au XIXe siècle, souvent pour lutter contre les rats dans les plantations de canne à sucre. Elle a ensuite décimé les oiseaux indigènes à Hawaii, et elle reste un problème sur toutes les îles hawaiiennes sauf Lanai et Kauai. Des résultats similaires ont été obtenus dans le monde entier, des Fidji aux Caraïbes.

En 1910, la mangouste de Java a été amenée à Okinawa pour aider à contrôler l’habu venimeux, une vipère des fosses indigène. Mais comme les serpents sont nocturnes alors que les mangoustes sont actives pendant la journée, leurs chemins ne se croisent pas assez souvent. Au lieu de cela, les mangoustes ont commencé à s’attaquer à d’autres espèces sauvages indigènes, y compris des espèces menacées comme le râle d’Okinawa.

Étant donné la menace d’invasion, les mangoustes sont interdites dans de nombreux endroits en dehors de leur aire de répartition d’origine, notamment aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!