Les oiseaux de rivière ingèrent jusqu’à 200 morceaux de microplastique par jour

Cette découverte troublante faite par des chercheurs britanniques est l’une des premières à suivre le plastique dans la chaîne alimentaire en eau douce.

Une nouvelle étude a examiné comment les microplastiques voyagent à travers la chaîne alimentaire d’eau douce. Il est bien connu que les animaux rencontrent les plastiques dans les environnements marins et sur terre, mais on sait peu de choses sur la façon dont de minuscules morceaux de plastique (mesurant 5 mm ou moins) entrent dans leur corps. Pour en savoir plus, des scientifiques de l’université de Cardiff, au Pays de Galles (Royaume-Uni), ont examiné des oiseaux appelés plongeurs, qui chassent les insectes et les petits poissons sous-marins en pataugeant ou en plongeant dans les rivières d’eau douce.

Les cincles plongeurs sont depuis longtemps considérés comme une espèce indicatrice environnementale clé sur les cinq continents. Dès l’introduction de l’étude : « Les cinq espèces de Cinclus sont limitées aux rivières de piémont ou de montagne à courant rapide, où elles occupent une niche très spécialisée se nourrissant presque exclusivement de proies invertébrées aquatiques. » Il est connu que les microplastiques sont présents en grande quantité dans les invertébrés aquatiques dont les plongeurs dépendent pour se nourrir, ils semblent donc « un modèle approprié pour évaluer le transfert de plastique à travers les niveaux trophiques ».

« Parce que les plongeurs fournissent des jeunes nidifiés en utilisant des charges de proies multiples et entières provenant de taxons bien définis, ils permettent également d’évaluer si des objets en plastique sont donnés par inadvertance à la progéniture nidifiée par transfert intergénérationnel. Ce phénomène a été illustré chez certains oiseaux de mer, mais seulement dans des captures régurgitées ou sous forme d’objets en plastique entiers ».

A lire :  10 faits surprenants sur les chimpanzés

Dans ce cas, les chercheurs ont examiné des boulettes et des excréments régurgités et ont constaté qu’environ la moitié des 166 échantillons prélevés sur des adultes et des oisillons dans 14 des 15 sites étudiés contenaient des fragments microplastiques. Les concentrations étaient plus élevées dans les zones urbaines et semblaient provenir de textiles synthétiques (95 % étaient des fibres) et de déchets de construction. Sur cette base, les chercheurs estiment que les plongeurs consomment jusqu’à 200 fragments microplastiques par jour dans le cadre de leur alimentation habituelle, et que ces fragments sont déjà présents dans le corps des organismes que les plongeurs chassent.

L’un des auteurs de l’étude, Joseph D’Souza, a déclaré à la BBC : « Le fait que tant d’insectes de rivière soient contaminés rend inévitable le ramassage de ces proies polluées par les poissons, les oiseaux et autres prédateurs – mais c’est la première fois que ce type de transfert par les réseaux alimentaires est clairement démontré chez les animaux de rivière vivant en liberté ».

Il semble que les fragments passent rapidement à travers les oiseaux, car les quantités trouvées dans les matières fécales étaient similaires à celles que les chercheurs pensaient avoir ingérées, mais on s’inquiète des contaminants potentiels qui pourraient être introduits dans le corps des oiseaux par ces plastiques, ainsi que d’un sentiment artificiel de satiété.

Steve Ormerod, professeur à l’Institut de recherche sur l’eau de l’Université de Cardiff, a exprimé sa consternation face à ces résultats. Il est cité dans EcoWatch :

« Ces oiseaux emblématiques, les plongeurs, ingèrent chaque jour des centaines de morceaux de plastique. Ils donnent également cette matière à leurs poussins… En presque 40 ans de recherche sur les rivières et les plongeurs, je n’aurais jamais imaginé qu’un jour notre travail révélerait que ces oiseaux spectaculaires sont menacés par l’ingestion de plastique – une mesure de la façon dont ce problème de pollution s’est emparé de nous ».

A lire :  Comment les fausses cheminées peuvent aider à sauver les oiseaux

Nous espérons que cela aidera les gens à réfléchir à la pollution par le plastique dans la faune sauvage plus proche de chez eux. Les reportages que nous voyons se concentrent souvent sur des animaux marins exotiques, comme une baleine qui a ingéré trop de plastique, une tortue de mer avec une paille dans le nez, un hippocampe serrant un coton-tige. Cela perpétue l’idée que la contamination du plastique tout au long de la chaîne alimentaire se produit ailleurs, loin de chez nous, et pourtant, elle se produit dans nos propres cours.

Cette étude vient s’ajouter aux preuves de plus en plus nombreuses que le plastique est insidieusement envahissant, qu’il ne s’arrête à aucun niveau de la chaîne alimentaire mais qu’il continuera à se bioaccumuler, compromettant la santé de toutes les espèces. La seule solution est de stopper la production de plastique superflu à la source, de limiter l’utilisation des plastiques à usage unique et d’opter pour les réutilisables chaque fois que cela est possible, et nous avons besoin de politiques gouvernementales pour garantir que cela se fasse de manière approfondie et cohérente.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension!