Théorie de la réduction de la conduite et comportement humain

La théorie de la réduction de la motivation est devenue populaire au cours des années 1940 et 1950 comme moyen d’expliquer le comportement, l’apprentissage et la motivation. Cette théorie a été créée par le comportementaliste Clark Hull et développée par son collaborateur Kenneth Spence. Selon cette théorie, la réduction des pulsions est la principale force qui sous-tend la motivation.

Alors que la théorie de la réduction de la motivation était autrefois une force dominante en psychologie, elle est aujourd’hui largement ignorée. Malgré cela, il est intéressant pour les étudiants d’en apprendre davantage sur les idées de Hull afin de comprendre l’effet de ses travaux sur la psychologie et de voir comment d’autres théoriciens ont réagi en proposant leurs propres théories.

Vue d’ensemble

Hull a été l’un des premiers théoriciens à tenter de créer une grande théorie destinée à expliquer tous les comportements. Il a commencé à développer sa théorie peu après avoir commencé à travailler à l’université de Yale, en s’inspirant des idées de plusieurs autres penseurs, dont Charles Darwin, Ivan Pavlov, John. B. Watson, et Edward L. Thorndike.

Hull a basé sa théorie sur le concept d’homéostasie, l’idée que le corps travaille activement pour maintenir un certain état d’équilibre ou de balance. Par exemple, votre corps régule sa température afin de s’assurer que vous n’ayez pas trop chaud ou trop froid. Selon Hull, le comportement est l’un des moyens par lesquels un organisme maintient cet équilibre.

Partant de cette idée, Hull a suggéré que toute motivation découle de ces besoins biologiques. Dans sa théorie, Hull a utilisé le terme « motivation » pour désigner l’état de tension ou d’excitation provoqué par des besoins biologiques ou physiologiques. La soif, la faim et le besoin de chaleur sont autant d’exemples de pulsions. Une pulsion crée un état désagréable, une tension qui doit être réduite.

A lire  Qu'est-ce que le conditionnement des opérateurs et comment fonctionne-t-il ?

Afin de réduire cet état de tension, les humains et les animaux cherchent des moyens de satisfaire ces besoins biologiques. Nous prenons un verre quand nous avons soif. Nous mangeons quand nous avons faim. Nous montons le thermostat quand nous avons froid. Il a suggéré que les humains et les animaux répètent ensuite tout comportement qui réduit ces pulsions.

Conditionnement et renforcement

Hull est considéré comme un penseur néo-behavioriste, mais comme les autres grands behavioristes, il pensait que le comportement humain pouvait s’expliquer par le conditionnement et le renforcement. La réduction de la pulsion agit comme un renforcement de ce comportement.

Ce renforcement augmente la probabilité que le même comportement se reproduise à l’avenir lorsque le même besoin se fera sentir. Afin de survivre dans son environnement, un organisme doit se comporter de manière à répondre à ces besoins de survie.

« Lorsque la survie est menacée, l’organisme est dans un état de besoin (lorsque les conditions biologiques de survie ne sont pas remplies), il se comporte donc de manière à réduire ce besoin », a expliqué M. Hull.

Dans une relation stimulus-réponse (S-R), lorsque le stimulus et la réponse sont suivis d’une réduction du besoin, cela augmente la probabilité que le même stimulus suscite à nouveau la même réponse à l’avenir.

Comportement mathématique

L’objectif de Hull était de développer une théorie de l’apprentissage qui puisse être exprimée mathématiquement, de créer une « formule » pour expliquer et comprendre le comportement humain.

Théorie mathématique déductive du comportement

sEr = V x D x K x J x sHr – sIr – Ir – sOr – sLr

  • sEr : potentiel excitateur, ou probabilité qu’un organisme produise une réponse (r) à un stimulus (s)
  • V : Dynamisme de l’intensité des stimuli, ce qui signifie que certains stimuli auront une plus grande influence que d’autres
  • D : Force motrice, déterminée par le degré de privation biologique
  • K : Motivation, ou taille ou ampleur de l’objectif
  • J : Le délai avant que l’organisme ne soit autorisé à chercher un renforcement
  • sHr : Force de l’habitude, établie par la quantité de conditionnement préalable
  • slr : Inhibition conditionnée, causée par un manque de renforcement antérieur
  • lr : Inhibition réactive, ou fatigue
  • sOr : Erreur aléatoire
  • sLr : Seuil de réaction, ou la plus petite quantité de renforcement qui produira un apprentissage
A lire  Choisir le bon traitement pour un adolescent en difficulté

L’approche de Hull a été considérée par beaucoup comme trop complexe, mais en même temps, les critiques ont suggéré que la théorie de la réduction de l’entraînement n’expliquait pas entièrement la motivation humaine. Ses travaux ont cependant eu une influence sur la psychologie et les futures théories de la motivation.

Critique contemporaine

Bien que la théorie de Hull ait été populaire au milieu du 20e siècle, elle a commencé à perdre de sa popularité pour plusieurs raisons. En raison de l’importance qu’elle accorde à la quantification de ses variables d’une manière si étroitement définie, sa théorie n’est pas généralisable. Cependant, l’importance qu’il accorde aux techniques expérimentales et aux méthodes scientifiques rigoureuses a eu une influence importante dans le domaine de la psychologie.

L’un des plus gros problèmes de la théorie de la réduction de l’entraînement de Hull est qu’elle ne tient pas compte de la façon dont les renforçateurs secondaires réduisent les entraînements.

Contrairement aux pulsions primaires telles que la faim et la soif, les renforçateurs secondaires ne réduisent pas directement les besoins physiologiques et biologiques. Prenez l’argent, par exemple. Si l’argent vous permet d’acheter des renforçateurs primaires, il ne fait rien en soi pour réduire les pulsions. Malgré cela, l’argent reste une puissante source de renforcement.

Une autre critique majeure de la théorie de la réduction des pulsions de l’apprentissage est qu’elle n’explique pas pourquoi les gens adoptent des comportements qui ne réduisent pas les pulsions. Par exemple, les gens mangent souvent quand ils n’ont pas faim ou boivent quand ils n’ont pas soif.

A lire  Sanctions positives et conditionnement des opérateurs

Dans certains cas, les gens participent effectivement à des activités qui augmentent la tension, comme le parachutisme ou le saut à l’élastique. Pourquoi les gens recherchent-ils des activités qui ne répondent pas aux besoins biologiques et qui les mettent en danger ? La théorie de la réduction de la conduite ne peut pas expliquer de tels comportements.

Impact

Si la théorie de Hull a largement perdu de sa popularité en psychologie, il est toujours intéressant de comprendre l’effet qu’elle a eu sur les autres psychologues de l’époque et comment elle a contribué à la recherche ultérieure en psychologie.

Afin de comprendre pleinement les théories qui ont suivi, il est important que les étudiants saisissent les bases de la théorie de Hull. Par exemple, de nombreuses théories de la motivation qui ont émergé dans les années 1950 et 1960 étaient soit basées sur la théorie originale de Hull, soit axées sur la fourniture d’alternatives à la théorie de la réduction de la conduite.

La célèbre hiérarchie des besoins d’Abraham Maslow, qui a émergé comme une alternative à l’approche de Hull, en est un bon exemple.

Bouton retour en haut de la page