Reconstruction faciale médico-légale : Le voyage pour se rapprocher de nos ancêtres

Les reconstitutions faciales nous permettent de regarder nos anciens ancêtres dans les yeux et d’établir avec eux un rapport que les restes de squelette n’inspirent pas. Il peut être déshumanisant de regarder un crâne nu, et de nombreuses sociétés considèrent que regarder des restes corporels est tabou. Il peut être facile d’oublier qu’un squelette était autrefois une personne vivante qui respirait, alors que les os peuvent provoquer une telle réaction viscérale.

Donner un visage aux restes d’un squelette humain qui a vécu il y a des centaines, voire des milliers d’années, permet de se rapprocher plus facilement du passé, et il est attrayant et intéressant de présenter des reconstitutions faciales au grand public pour susciter un intérêt pour les sociétés et les personnes du passé.

Les progrès de la technologie font qu’il n’a jamais été aussi facile de reconstruire des visages à partir de vestiges antiques, mais le domaine existe depuis étonnamment longtemps et l’histoire de la reconstruction faciale est aussi fascinante que l’art lui-même.

3D forensic DEMO_reel Visualforensic/P_Froesch de Philippe FROESCH sur Vimeo.

Les origines de la reconstruction faciale

Au cours des 18e et 19e siècles, l’anatomie a connu un développement rapide. La demande de corps était si élevée qu’en Grande-Bretagne, l’Anatomy Act a été adopté en 1832 pour tenter de mettre un terme aux résurrectionnistes et aux voleurs de corps qui profitaient de la forte demande de corps à étudier.

C’est grâce au travail des anatomistes que nombre des principales techniques de reconstruction faciale ont pu être mises en œuvre. L’anatomiste et archéologue allemand Friedrich Welcker a joué un rôle particulièrement important, puisqu’il a étudié des cadavres pour créer une liste des profondeurs des tissus faciaux.

Un collègue anatomiste allemand, Wilhelm His, a créé la première reconstruction faciale en 1895. Il a recréé le visage de J.S Bach en utilisant les données de Welcker. La ressemblance de la reconstruction avec les portraits et bustes contemporains de Bach a été remarquée à l’époque et Welcker a ensuite produit plusieurs reconstructions faciales de son cru en utilisant ce qui est devenu la « technique de reconstruction faciale Welcker ».

A lire  Faire face aux faits : Quelle est la précision des reconstructions faciales ?

L’idée de la reconstruction faciale a immédiatement intéressé les spécialistes de l’anthropologie et de l’archéologie. En 1898, Kollman et Buchly ont publié un ensemble de données sur l’épaisseur des tissus faciaux avec plus de points de référence pour permettre une plus grande précision. Ces données ont été utilisées pour reconstruire les visages pendant des décennies après leur publication et elles sont encore utilisées aujourd’hui par certains anthropologues légistes.

La reconstruction faciale de la reine Judith de Thuringe - un projet organisé par l'archéologue Jiri Sindelar. Source : Cicero Moraes / CC BY-SA 4.0.

La reconstruction faciale de la reine Judith de Thuringe – un projet organisé par l’archéologue Jiri Sindelar. Source : Cicero Moraes / CC BY-SA 4.0 .

Un domaine en développement

Les techniques pionnières établies à l’époque victorienne ont joué un rôle important dans l’émergence de la science de la reconstruction faciale, mais celle-ci a d’abord été pratiquée plus comme une nouveauté que comme une science. Les reconstructions de Bach et de Kant étaient intéressantes et divertissantes, mais les premiers praticiens ne reconstituaient pas les visages des personnes qui n’étaient pas déjà bien documentées. Bach, Haydn, Kant et Schiller intéressaient le grand public, mais il semblait qu’un paysan des années 1300 ne l’était pas.

Ce n’est que dans les années 1940 que la technique a été affinée et qu’elle a commencé à devenir fiable pour aider les enquêtes médico-légales modernes. C’est également à ce moment que certains éléments importants qui avaient été négligés auparavant ont été pris en considération – une reconstruction en 3D est devenue beaucoup plus réaliste lorsque la symétrie faciale a été prise en compte et que des ensembles de données contenant des informations relatives à la race, l’âge et le sexe ont rendu la science beaucoup plus précise.

Etapes de la reconstruction faciale en 3D. (Cicero Moraes / CC BY-SA 3.0)

Etapes de la reconstruction faciale en 3D. (Cicero Moraes / CC BY-SA 3.0 )

L’ère moderne

La reconstruction faciale est désormais une discipline bien établie, mais dans les années 1970, elle était encore considérée comme une nouveauté par de nombreux anthropologues qui partageaient cette technique avec leurs étudiants comme rien de plus qu’une simple note de bas de page.

A lire  Pourquoi la culture évolue-t-elle parfois par le biais de soudaines poussées d'innovation ?

Cependant, dans les années 80, le domaine s’est solidement ancré et a été respecté dans la sphère universitaire, et les chercheurs qui adoptaient désormais la technique ont commencé à ajouter aux techniques utilisées. Celles-ci impliquaient des processus tels que la superposition de photos d’une personne disparue sur un crâne non identifié pour voir si elles correspondaient et beaucoup des techniques qui ont émergé à cette époque n’ont pas contribué à faire progresser le domaine pour les archéologues.

Une technique qui est devenue inestimable pour les archéologues et les anthropologues légistes est le modelage de l’argile, dans lequel une reconstruction est construite autour d’un crâne en utilisant des données telles que la profondeur des tissus et la musculature faciale, cartographiées avec des chevilles qui ont été physiquement attachées au crâne. Si cette méthode a été utilisée pour la première fois dans les années 1940, ce n’est que dans les années 1980 et 1990 que les gens ont commencé à ajouter des détails tels que les lignes fines et les cils pour donner à la reconstruction une apparence plus réaliste. Malgré ces détails, les modèles en argile ont souvent un aspect carrément effrayant. La combinaison d’argile brun terne et d’yeux d’un réalisme troublant peut être très rebutante au lieu d’aider le spectateur à se représenter la personne telle qu’elle aurait été.

Une reconstruction anthropologique avec de l'argile du visage du tsar Kaloyan, réalisée par le professeur Yordan Yordanov sur la base du crâne. (Spiritia / CC BY-SA 3.0)

Une reconstruction anthropologique avec de l’argile du visage du tsar Kaloyan, réalisée par le professeur Yordan Yordanov sur la base du crâne. (Spiritia / CC BY-SA 3.0 )

Aujourd’hui, il est possible de scanner un crâne et de travailler sur une reconstruction faciale numérique. Il est beaucoup plus rapide et facile d’ajouter des chevilles numériques à un crâne en 3D que le temps et l’effort nécessaires à un modèle physique. Contrairement à leurs homologues en argile à l’aspect étrange, les reconstructions numériques peuvent être très réalistes. Il est également possible de les mettre à jour au fur et à mesure que de nouvelles informations sont disponibles. Il existe quelques reconstructions réalistes de visages en cire, mais la peau et les cheveux minutieusement détaillés de ces modèles ne peuvent être remplacés en quelques secondes si les preuves ADN montrent qu’ils étaient réellement faux.

A lire  Les Khoisan d'Afrique du Sud étaient autrefois les humains les plus peuplés de la planète

Avec l’avènement de technologies telles que l’impression 3D et la réalité virtuelle, les reconstructions faciales sont susceptibles d’évoluer encore. Les archéologues utilisent déjà l’impression en 3D pour aider à reconstruire des squelettes fragiles. Ce n’est donc qu’une question de temps avant que vous puissiez imprimer des modèles en 3D ou visualiser des reconstructions en réalité virtuelle et vous retrouver face à face avec les gens du passé dans le confort de votre propre maison.

Reconstruction faciale médico-légale de l'ALberto di Trento par l'équipe Arc-Team et Cicero Moraes. (Cicero Moraes / CC BY-SA 4.0)

Reconstruction faciale médico-légale de l’ALberto di Trento par l’équipe Arc-Team et Cicero Moraes. (Cicero Moraes / CC BY-SA 4.0 )

Image du haut : Reconstruction faciale de l’Homo erectus ( CC par SA 4.0 )

Par Sarah P Young

Références

3ders. 2017. Des archéologues impriment et reconstruisent en 3D le crâne du premier roi viking du Danemark, Gorm le vieux. [Online] Disponible sur : https://www.3ders.org/articles/20171121-archaeologists-3d-print-and-reconstruct-skull-of-denmarks-first-viking-king-gorm-the-old.htmlBandyopadhyay, S., Basu, N., et Nag, S. 2015. Facial Reconstruction – A Review. [Online] Disponible à l’adresse suivante : http://ierj.in/journal/index.php/ierj/article/viewFile/63/55Gupta, S et al . 2015. Reconstruction faciale médico-légale : The Final Frontier. [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4606364/Hutton, F. 2013. Le fonctionnement de la loi sur l’anatomie de 1832 à Oxford et à Manchester. [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1179/175138106x146142Mitchell, P et al . 2011. L’étude de l’anatomie en Angleterre de 1700 au début du 20ème siècle. [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3162231/Omstead, J. 2011. Reconstruction faciale. [Online] Disponible à l’adresse suivante : https://ir.lib.uwo.ca/cgi/viewcontent.cgi?article=1070&context=totemRhine, S. 1998. Bone Voyage : Un voyage dans l’anthropologie médico-légale. University of New Mexico Press Welcker, H. 1883. Schiller’s Schädel und todenmaske, nebst mittheilungen über Schädel und todenmaske Kants . Braunschweig.

.

Bouton retour en haut de la page