Tchernobyl est devenu un « sanctuaire de la faune accidentelle » qui prospère avec la vie

Depuis plus de 30 ans que la zone sinistrée a été évacuée, les animaux rares et menacés prospèrent.

En 1986, les films de catastrophes et les cauchemars dystopiques ont pris vie avec l’incendie et l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, dans le nord de l’Ukraine.

La catastrophe a libéré 400 fois plus de matières radioactives que le bombardement d’Hiroshima, ce qui a rendu de vastes étendues des zones environnantes dangereuses pour l’habitation humaine. Aujourd’hui, la « zone d’aliénation » de la centrale nucléaire de Tchernobyl, également connue sous le nom de zone d’exclusion, couvre 2 600 km2 en Ukraine et 2 100 km2 en Biélorussie.

Avant l’accident, la région abritait quelque 120 000 personnes vivant dans les villes de Tchernobyl et de Pripyat. Aujourd’hui, avec seulement quelques poignées de résistance humaine, les villes fantômes et les banlieues connaissent le plus ironique des retours : la faune sauvage s’épanouit en l’absence de l’homme.

Les animaux prennent le dessus

Nous avons déjà abordé ce sujet, d’abord lorsque les chercheurs ont trouvé une communauté de mammifères abondante, indépendamment des radiations. Ils ont trouvé un rare cheval de Przewalski et un lynx d’Europe, qui avaient auparavant disparu de la région mais qui sont maintenant revenus. Ils ont également trouvé un ours brun européen dans la zone d’exclusion. Les ours bruns européens n’ont pas été vus dans cette région depuis plus d’un siècle.

©

Nous l’avons encore écrit lorsque d’autres recherches ont révélé que les villes fantômes étaient devenues des paradis pour les loups gris (Canis lupus), avec des densités de population dans la zone d’exclusion dépassant celles des réserves non contaminées de la région.

Et maintenant, l’épanouissement de la nature est devenu si prononcé que la Biélorussie a commencé à proposer des circuits de découverte de la faune et de la flore.

En tournée à Tchernobyl

La partie biélorusse de la zone est appelée la réserve radioécologique d’État de Palieski, et comme le rapporte le Guardian, « la réserve prétend être la plus grande expérience de reconstruction en Europe, et les bénéficiaires improbables de la catastrophe nucléaire ont été les loups, les bisons et les ours qui errent maintenant dans le paysage dépeuplé, et les 231 (sur les 334) espèces d’oiseaux que l’on peut également trouver ici ».

La compagnie d’écotourisme APB-Birdlife Belarus, qui qualifie Tchernobyl de « réserve naturelle accidentelle », dirige les visites, qui ont débuté en décembre dernier. Depuis leur site :

« L’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl a entraîné l’abandon complet d’un immense territoire en Biélorussie ainsi que de terres du côté ukrainien, créant ainsi la plus grande expérience jamais réalisée sur ce que fait la nature lorsque les gens partent. Trente ans plus tard, cette région est la plus proche de la nature sauvage d’Europe et donne des leçons essentielles sur le fait que la faune n’a pas besoin de nous ! La zone est un exemple classique de parc involontaire. Sa beauté ne peut être surestimée ».

L’auteur du Guardian, Tom Allan, a participé à l’une de ces visites et raconte comment les animaux habituels qui se mêlent aux humains – comme les moineaux et les corbeaux – ont fait place à des choses plus sauvages, comme les aigles, les lynx et les loups.

Les effets des radiations

Pour les personnes visitant la région, les niveaux de radiation seraient inférieurs à ceux auxquels une personne serait exposée lors d’un vol transatlantique. Mais comment les animaux qui y vivent le gèrent-ils ?

Allan note que certaines recherches ont trouvé des signes de maladies et de mutations liées aux retombées, tandis que d’autres études, comme celles citées ci-dessus, et des preuves anecdotiques suggèrent la présence de grandes populations de mammifères dans la zone.

© Chistyakosha

Allan écrit : « Nous n’avons pas encore une vue d’ensemble, selon Viktar Fenchuk, chef de projet pour le programme de conservation de la nature en Biélorussie, et l’un des plus éminents défenseurs de la nature du pays. La réserve « pourrait être un « piège » écologique, où les animaux se déplacent […] et ensuite développer des problèmes de santé », me dit-il. Mais jusqu’à présent, il est évident que l’effet des radiations n’est pas visible au niveau de la population ».

Seul le temps nous dira ce qu’il est advenu des habitants les plus récents de la zone, mais en attendant, cela donne certainement matière à réflexion.

Allan note que près de 350 000 personnes au total ont été évacuées de la zone. Et bien que le nombre de décès associés à la catastrophe soit contesté et probablement en cours – l’accident était évidemment catastrophique.

Mais il est poignant de constater que la vie sauvage est florissante. Et surtout à la lumière de l’énorme rapport des Nations unies (largement ignoré) qui constate que les habitudes voraces de l’humanité conduisent à un effondrement imminent de la nature. Les auteurs affirment qu’un million d’espèces animales et végétales sont aujourd’hui menacées d’extinction, dont beaucoup d’ici quelques décennies, plus que jamais dans l’histoire de l’humanité – et cela ne se termine pas bien pour notre espèce non plus.

Mais dans une région sinistrée, au moins, la faune et la flore sont à l’honneur. Ce qui pourrait être une zone d’aliénation pour les humains est devenu un refuge ironique pour les animaux. Et cela soulève la question : Et si, à la fin, notre cauchemar dystopique devenait un rêve devenu réalité pour le reste de la nature ?

Pe3k | Parc d’attractions abandonné dans la zone d’exclusion de Tchernobyl.

Bouton retour en haut de la page