Années d’or : Les techniques de revêtement des métaux utilisées il y a 2000 ans surpassent les méthodes modernes

La technologie ancienne utilisée par les artisans il y a 2000 ans pour appliquer de fines couches de métal sur leurs statues dépassait les normes modernes pour la production de DVD, de cellules solaires et d’appareils électroniques. On peut se demander comment ils y sont parvenus.

Un rapport sur la découverte dans le numéro de juillet 2013 de Comptes rendus de la recherche chimique l’affirme :

“[…] le haut niveau de compétence atteint par les artistes et les artisans de ces périodes antiques qui ont produit des objets d’une qualité artistique qui ne pouvait être améliorée dans l’Antiquité et qui n’a pas encore été atteinte dans les temps modernes ».

Plat en argent plaqué or - Période sasavide - Musée d'Azerbaïdjan - Tabriz - Azerbaïdjan iranien - Iran.

Plat en argent plaqué or – Période sasavide – Musée d’Azerbaïdjan – Tabriz – Azerbaïdjan iranien – Iran. ( Adam Jones/ CC BY SA 2.0 )

Les techniques traditionnelles de dorure au feu et d’argenture sont des procédés à base de mercure qui ont été utilisés pour recouvrir la surface d’objets tels que des bijoux, des statues et des amulettes de fines couches d’argent ou d’or. Souvent utilisées à des fins décoratives, elles ont également servi à tromper les acheteurs en leur faisant croire qu’un métal moins précieux était composé d’or ou d’argent.

11ème siècle : Un tas d'objets dorés.

11ème siècle : Un tas d’objets dorés. (Suraj Belbase /CC BY SA 4.0 )

Il y a 2000 ans, les anciens doreurs fabriquaient des revêtements métalliques particulièrement fins, adhérents et uniformes, ce qui augmentait la durabilité et permettait d’économiser des matériaux plus coûteux. Ce niveau de qualité n’avait pas encore été atteint dans le monde moderne.

Malgré leur manque apparent de connaissance des processus physico-chimiques, les anciens artisans pouvaient obtenir des résultats étonnants en manipulant le métal. Une technique qu’ils ont mise en pratique consistait à utiliser le mercure comme une colle, puis à appliquer de fines couches de métaux précieux sur les objets désirés.

On découvre aujourd'hui comment des artisans ont réussi, il y a des siècles, à réaliser des dorures sophistiquées, comme sur l'autel en or de Saint-Ambroise, datant de 825 après J.-C.

On découvre aujourd’hui comment des artisans ont réussi, il y a des siècles, à réaliser des dorures sophistiquées, comme sur l’autel en or de Saint-Ambroise, datant de 825 après J.-C. ( American Chemical Society )

Les résultats de l’étude peuvent contribuer à la préservation des trésors du passé, mais ils démontrent également que les peuples anciens avaient probablement des connaissances et des compétences beaucoup plus avancées que ce que beaucoup de gens leur attribuent.

Un autre exemple de connaissances avancées est le mécanisme Antikythera, vieux de 2000 ans, un dispositif métallique avec une combinaison complexe d’engrenages qui fonctionnait apparemment pour calculer les éclipses solaires et lunaires ainsi que la position des corps célestes.

Fragment de mécanisme anticythérapeutique (fragment A)

Fragment du mécanisme anticythérapeutique (fragment A). ( CC PAR SA 3.0 )

La Batterie de Bagdad entre aussi généralement dans la catégorie des connaissances anciennes avancées. Il s’agit d’un pot en argile qui contient un cylindre de cuivre avec une tige de fer au centre – c’est peut-être la forme la plus ancienne d’une batterie électrique.

Trois pièces de la batterie de Bagdad.

Trois pièces de la batterie de Bagdad. ( theironskeptic )

Bien que le niveau de sophistication d’il y a 2000 ans ou plus puisse être déconcertant pour certaines personnes aujourd’hui, cela ne signifie pas que des réalisations aussi importantes doivent être ignorées. Au contraire, nos livres d’histoire devraient applaudir les réalisations des anciens et promouvoir la curiosité sur la façon dont les connaissances avancées de l’Antiquité ont été acquises et sur leur origine.

Image du haut : Détail d’un r attle, 1100-1470 AD, Chimu, côte nord du Pérou, or ou argent plaqué or – Art Institute of Chicago. Source : Domaine public

Par April Holloway

.

Bouton retour en haut de la page