Modèle de synthèse d’activation du rêve

La théorie de l’activation-synthèse est une explication neurobiologique de la raison pour laquelle nous rêvons. La question de savoir pourquoi les gens rêvent laisse les philosophes et les scientifiques perplexes depuis des milliers d’années, mais ce n’est que très récemment que les chercheurs ont pu examiner de plus près ce qui se passe exactement dans le corps et le cerveau pendant le rêve.

Origines de la théorie

Les psychiatres de Harvard J. Allan Hobson et Robert McCarley ont proposé leur théorie pour la première fois en 1977, suggérant que le rêve résulte de la tentative du cerveau de donner un sens à l’activité neuronale qui a lieu pendant le sommeil.

Même lorsque vous dormez, votre cerveau est actif. Hobson et McCarley ont suggéré que pendant le sommeil, l’activité de certains des niveaux inférieurs du cerveau qui sont principalement responsables des processus biologiques de base est ensuite interprétée par les parties du cerveau responsables des fonctions d’ordre supérieur telles que la pensée et le traitement de l’information.

Le cerveau endormi

Le modèle d’activation-synthèse suggère que les rêves sont causés par les processus physiologiques du cerveau. Alors que les gens croyaient autrefois que le sommeil et les rêves étaient un processus passif, les chercheurs savent maintenant que le cerveau est tout sauf silencieux pendant le sommeil.

Quel genre de choses se passe dans le cerveau endormi ? Une grande variété d’activités neuronales se déroulent pendant le sommeil.

Le sommeil aide le cerveau à effectuer un certain nombre d’activités, notamment à nettoyer le cerveau et à consolider les souvenirs de la veille. La théorie de l’activation-synthèse suggère que les processus physiologiques qui se déroulent pendant le sommeil sont à l’origine des rêves.

L’activité cérébrale joue un rôle dans le rêve

Comment l’activité cérébrale pendant le sommeil conduit-elle au rêve ?

  • Selon Hobson et d’autres chercheurs, des circuits dans le tronc cérébral sont activés pendant le sommeil paradoxal.
  • Une fois ces circuits activés, les zones du système limbique impliquées dans les émotions, les sensations et les souvenirs, y compris l’amygdale et l’hippocampe, deviennent actives.
  • Le cerveau synthétise et interprète cette activité interne et tente de créer un sens à partir de ces signaux, ce qui aboutit au rêve.

Caractéristiques communes des rêves

Hobson a également suggéré qu’il y a cinq caractéristiques clés des rêves. Les rêves ont tendance à contenir un contenu illogique, des émotions intenses, l’acceptation d’un contenu étrange, des expériences sensorielles étranges et des difficultés à se souvenir du contenu du rêve.

Points clés à retenir

Pour résumer, la théorie de l’activation-synthèse repose essentiellement sur trois hypothèses clés :

  1. Un niveau d’activité élevé dans le tronc cérébral est nécessaire pour que le rêve puisse se réaliser.
  2. L’activation de ces zones du cerveau entraîne un sommeil paradoxal et des rêves, et par corollaire, tous les rêves ont lieu pendant le sommeil paradoxal.
  3. Le cerveau antérieur tente de donner un sens aux signaux aléatoires créés par l’activation du tronc cérébral, ce qui donne lieu à des rêves cohérents.

Alors pourquoi le cerveau essaie-t-il de donner un sens à ces signaux aléatoires qui ont lieu pendant le sommeil ?

« Le cerveau est si inexorablement en quête de sens qu’il attribue et même crée du sens quand il n’y a pas ou peu de données qu’on lui demande de traiter », a suggéré M. Hobson.

Réaction à la théorie

La publication initiale de leurs recherches a suscité une grande controverse, notamment parmi les analystes freudiens. Comme de nombreux chercheurs et thérapeutes spécialisés dans le domaine du rêve consacrent beaucoup de temps et d’efforts à essayer de comprendre la signification sous-jacente des rêves, l’idée que les rêves sont simplement la façon dont le cerveau donne un sens à l’activité pendant le sommeil n’a pas plu à beaucoup.

Les rêves sont-ils dénués de sens ?

Si le modèle d’activation-synthèse du rêve repose sur des processus physiologiques pour expliquer le rêve, il n’implique pas que les rêves soient dénués de sens.

Selon Hobson, « le rêve est peut-être notre état de conscience le plus créatif, un état dans lequel la recombinaison chaotique et spontanée d’éléments cognitifs produit de nouvelles configurations d’informations : de nouvelles idées. Si beaucoup de ces idées, voire la plupart, sont absurdes, si même quelques uns de ses produits fantaisistes sont vraiment utiles, notre temps de rêve n’aura pas été gaspillé ».

Le modèle de rêve de l’AIM

Grâce aux progrès modernes de l’imagerie cérébrale et à la possibilité de surveiller l’activité cérébrale, les chercheurs comprennent désormais mieux le cycle veille-sommeil, les différents stades du sommeil et les différents états de conscience.

La version la plus récente de la théorie de l’activation-synthèse est connue sous le nom de modèle AIM, qui signifie activation, porte d’entrée-sortie et modulation.

Ce modèle plus récent tente de saisir ce qui se passe dans l’espace cerveau-esprit lorsque la conscience change à travers les états de veille, de sommeil non-REM et de sommeil paradoxal.

Un mot de Troovez.com

Les raisons et les significations qui se cachent derrière le rêve fascinent les philosophes et les chercheurs depuis des siècles. La théorie de l’activation-synthèse a ajouté une dimension importante à notre compréhension des raisons pour lesquelles nous rêvons et a souligné l’importance de l’activité neurale pendant le sommeil.

Avec l’émergence de nouvelles technologies pour l’étude du cerveau et des processus du sommeil, les chercheurs continueront à faire de nouveaux progrès dans la compréhension de la raison pour laquelle nous rêvons, dans la connaissance des états de conscience et dans la compréhension de la signification possible de nos rêves.

Bouton retour en haut de la page